Constamment à l’affût des nouvelles technologies dans les domaines de la télévision, du cinéma et des médias interactifs, l’organisme à but non lucratif L’inis a récemment adapté son microprogramme sur les médias sociaux afin d’offrir une formation adéquate en parallèle au développement de ces technologies en constante évolution. Car personne n'ignore que les médias sociaux représentent désormais un outil clé voire indispensable pour toute entreprise.

Programme B

En réfléchissant aux nouvelles réalités vécues par les entreprises au moment de penser leur stratégie de promotion et d’appliquer un plan de communication efficace, L’inis a décidé de modifier son microprogramme médias sociaux en proposant un accompagnement plus personnel. 

Malgré les similitudes des problématiques rencontrées par la collectivité, chaque entreprise se bute à des obstacles qui lui sont propres, selon sa clientèle, son domaine d’activité ou sa base d’expérience et d’utilisation des médias sociaux.

Une formation en deux temps

Cette nouvelle mouture de la formation se divisera en deux volets. D’abord, un volet d’enseignement de 27 heures, pendant lequel les étudiants survoleront les différents aspects de la problématique avec des spécialistes dont Myriam Daguzan Bernier, fondatrice du défunt blogue Ma mère était hipster, qui cumule maintenant plusieurs expériences en matière de gestion de communauté, ainsi que Shanti Loiselle, stratège en communications numériques qui a fondé sa boîte d’accompagnement en marketing social numérique Collaboration Spéciale.

L’utilisation efficace des outils et plateformes médias sociaux n’est pas si simple. C’est une nouvelle réalité à laquelle se frappent parfois certaines personnes qui n’ont pas réussi à se tenir à jour avec les constantes évolutions. «Les médias sociaux sont devenus des outils incontournables de toute stratégie de marketing. Or, avec les années, ces outils se sont complexifiés et quoiqu'en disent les faux gourous du web, non, une campagne de médias sociaux ne s'organise pas en 10 étapes faciles!», évoque Shanti Loiselle.

À la suite des quatre cours spécialisés qui abordent les stratégies globales de communication, les outils, les fonctionnalités et l’analyse numérique, les élèves bénéficieront de 12 heures d’accompagnement individuel afin d’être en mesure d’appliquer les acquis de la formation aux réalités du quotidien. 

katka-pavlickova-797153-unsplash

Pour Shanti Loiselle, la formation représente un excellent complément pour quiconque ayant une base d’études en marketing ou en communication. «La formation à L'inis est axée sur la pratique, la compréhension du fonctionnement des algorithmes et la connaissance des outils incontournables pour une stratégie de marketing numérique réussie. De plus, tout cela est axé sur du concret puisque chaque étudiant doit arriver avec un projet et est invité à appliquer les connaissances acquises en cours de formation.»

À l’affût des changements

Malgré le côté D.I.Y [do it yourself] des plateformes, apprendre par soi-même demeure plutôt laborieux et il difficile d’aller au-delà d’une utilisation basique sans formation. «Se former, c'est être en contact direct avec des expertes et experts qui ont pas mal d'expérience cumulée et qui sont capables de synthétiser des informations et vulgariser pour permettre une meilleure compréhension des enjeux liés à la gestion de médias sociaux et des communications. C'est avoir accès à une expertise et de véritables cas de figure qui peuvent nous en apprendre énormément sur, par exemple, la gestion de crise, les méthodes de travail, les outils pour mieux s'organiser, etc.», explique Myriam Daguzan Bernier.

«Être gestionnaire de communauté, c'est un travail prenant qui demande beaucoup d'organisation, de souplesse et de curiosité, étant donné la fluctuation constante de ce milieu, renchérit Mme Daguzan Bernier. Les enjeux majeurs sont donc de s'assurer de suivre le rythme, de bien s'informer des changements des différentes plateformes (par exemple, les fonctionnalités de Facebook sont souvent mises à jour) afin d'adapter ses stratégies en conséquence et d'avoir à coeur de toujours mener sa marque plus loin, d'innover et de se démarquer.»

Rappelons que le métier de gestionnaire de communauté est apparu il y a une dizaine d’années seulement, et peu à peu, les gens et les domaines professionnels ont commencé à prendre ces tâches au sérieux. Mais s'il était facile d’apprendre les outils de base au départ, ceux-ci ce sont complexifiés avec les années. 

tim-bennett-538189-unsplash

«La plateforme Business Manager de Facebook comprend des outils presque inconnus de la plupart des animateurs de médias sociaux débutants et c'est sans mentionner la labyrinthique suite des outils et plateformes de Google (Analytics, Adwords, YouTube, Tag Manager, etc.). L'apprentissage du métier de gestionnaire de communauté en autodidacte est aujourd'hui beaucoup plus long et ardu qu'il y a dix ans!», soutient Mme Loiselle.

Au terme du Microprogramme en médias sociaux, L’inis souhaite que chaque étudiant.e.s puissent partir avec des solutions pour appliquer des stratégies adaptées en fonction de leurs objectifs.

💻📲➡ La prochaine session du microprogramme débutera le 16 mai prochain.

Pour en apprendre davantage sur le microprogramme et pour s’inscrire, rendez-vous sur le site web de l’inis.

🔎 Envie d'en savoir plus sur le métier de gestionnaire de communauté? On vous invite à (re)lire notre dossier spécial Essais/erreurs. 🔍