Laurence Deschamps-Léger est une illustratrice montréalaise que l’on reconnait grâce à ses dessins portant sur l’agriculture, les fruits et les légumes en tout genre. Bien qu’elle ait toujours eu un intérêt particulier pour les arts visuels et les couleurs, tout a commencé il y a environ cinq ans lorsqu’elle crée Laucolo, un projet où elle souhaite parler d’alimentation et du système agroalimentaire.
37 BRASSEURS + 37 RECETTE DES BIÈRES || C'est avec un énorme plaisir que Baron Mag présente sa toute première édition imprimée du livre/magazine. ENTREVUES ET RECETTES EN COLLABORATION AVEC : Avant Garde, Beau's, Microbrasserie Kahnawake Brewing, Le BockAle, Boréale, Brasserie Générale, Dunham, Les Grands Bois, Griendel : Brasserie Artisanale, Le temps d'une pinte, Mille-Îles, Pie Braque, L'Espace public Riverbend et plusieurs autres!!! RECETTES POUR DIVERS STYLES DE BIÈRES : American Brown Ale, Bitter , English Brown Ale, Farmhouse, Fruit Beer, IPA, Kölsch, Lager, Pale Ale, Porter, Roggenbier, Saison , Sour & Stout. RECETTES DE BIÈRES & INDUSTRIE BRASSICOLE 2018. EN VENTE : ICI

37 BRASSEURS + 37 RECETTE DES BIÈRES || C'est avec un énorme plaisir que Baron Mag présente sa toute première édition imprimée du livre/magazine. ENTREVUES ET RECETTES EN COLLABORATION AVEC : Avant Garde, Beau's, Microbrasserie Kahnawake Brewing, Le BockAle, Boréale, Brasserie Générale, Dunham, Les Grands Bois, Griendel : Brasserie Artisanale, Le temps d'une pinte, Mille-Îles, Pie Braque, L'Espace public Riverbend et plusieurs autres!!! RECETTES POUR DIVERS STYLES DE BIÈRES : American Brown Ale, Bitter , English Brown Ale, Farmhouse, Fruit Beer, IPA, Kölsch, Lager, Pale Ale, Porter, Roggenbier, Saison , Sour & Stout. RECETTES DE BIÈRES & INDUSTRIE BRASSICOLE 2018. EN VENTE : ICI

Au secondaire comme au Cégep, Laurence Deschamps-Léger choisissait souvent les cours d’arts plastiques. C’est d’ailleurs elle qui faisait les illustrations pour quelques événements scolaires organisés. «J’aimais ça et je ne pensais pas que cela pouvait être mon métier, dit-elle avec franchise. Je n’ai pas vraiment eu de membres dans ma famille qui étaient entrepreneurs ou qui œuvraient dans le milieu artistique et, c’est pour cette raison, je crois, que le déclic s’est fait plus tard.»

Ses études en développement international l’ont ainsi menée à allier deux de ses passions: l’agroalimentaire et l’illustration. «Je m’intéressais à ce qui se passait ailleurs dans le monde, les inégalités mondiales, les enjeux environnementaux, la justice sociale. Je me suis rendu compte que le droit à la terre, le mouvement des paysans et l’alimentation sont un axe qui relie de nombreuses problématiques que je trouve vraiment importantes. J’ai d’ailleurs fait mon mémoire de maîtrise sur la souveraineté alimentaire. Depuis ce moment-là, mon intérêt n’a fait que grandir», affirme-t-elle, manifestement passionnée.

Crédit photo: Alex Tran

Crédit photo: Alex Tran

La naissance d’un projet à la fois ludique et éducatif

Laucolo, pour «Laurence qui colorie», est né en 2014 de cette envie d’informer les gens sur l’industrie agroalimentaire à travers l’illustration. Ce nom a également des sonorités qui renvoient au local. «Ce n’était pas mon intention à la base, mais c’est surement mon subconscient qui a parlé!», souligne l’artiste qui croit en l’importance de se nourrir de produits locaux.

Son expérience de travail aux Fermes Lufa lui donne la piqure. «À l’époque, la compagnie en était à ses débuts. C’était mon école d’entrepreneuriat, je m’occupais des communications, du blogue, des relations avec les producteurs, du développement des points de vente. Ça m’a permis de comprendre le système alimentaire québécois. Je voyais tous les arrivages, j’avais accès aux légumes frais directement du toit ou de la ferme. Ç’a été l’incubateur de mon projet.»

Sa source d’inspiration provient de sa volonté de comprendre et d’améliorer le système alimentaire. Au-delà du caractère artistique, voire décoratif, de ses illustrations, l’artiste fait beaucoup de recherches. «Il y a une infinité de choses à apprendre, que ce soit sur la production, la transformation et la diffusion, sur les tendances alimentaires, l’origine de certains fruits et légumes, leur histoire, leurs variétés et évidemment sur qui les cultivent», révèle-t-elle.

Crédit photo: Juk Photographe

Crédit photo: Juk Photographe

Avant de sketcher au crayon, de faire les contours à l’encre et de colorer à l’aquarelle, il y a tout un processus de préparation. Autant pour ses propres projets que pour les contrats qu’elle reçoit. 

La phase d’étude est une étape que la travailleuse autonome apprécie particulièrement. «J’aime me plonger dans les encyclopédies et les livres illustrés pour me donner des références et créer ma propre illustration. Parfois, il m’arrive de m’inspirer des vrais aliments surtout dans la saison des récoltes à l’été. Aller au marché et jardiner, c’est mon espace créatif.»

L’illustratrice aime également l’aspect éducatif de son travail. C’est pour cette raison qu’elle a créé un blogue dans lequel elle présente plusieurs femmes œuvrant au sein du domaine alimentaire (chef cuisinière, chasseuse d’épices, etc.). «J’ai pu rencontrer de nombreuses personnes dans ce milieu-là dont des femmes et je voulais mettre en valeur leur travail, transmettre leurs visions des choses entourant l’alimentaire parce que ce qu’elles font est extraordinaire et passionnant.»

«Tomates ancestrales». Courtoisie Laucolo.

«Tomates ancestrales». Courtoisie Laucolo.

Vivre de l’art agroalimentaire

Depuis trois ans, l’illustratrice se consacre à temps plein à Laucolo. Le réseau qu’elle s’est construit grâce à son travail au sein des Fermes Lufa lui a permis entre autres d’obtenir ses premiers contrats d’illustration. 

«J’ai des demandes de petites entreprises, de producteurs, d’initiatives relativement locales qui correspondent à ce que j’avais envie de faire», indique-t-elle, heureuse de travailler avec des personnes qui partagent les mêmes valeurs qu’elle. D'ailleurs, pour l’artiste, il n’est pas nécessaire de cogner aux portes, il suffit d’entretenir un réseau actif. «Il ne faut pas être passif. Il faut interagir avec les gens sur les réseaux sociaux, aller dans des événements pour créer des rencontres.»

La jeune femme a notamment collaboré avec Prana Bio, avec l’Association des producteurs de fraises et framboises du Québec (APFFQ), illustré le livre du nutritionniste Hubert Cormier, conçu un design pour l’entreprise Les Urbainculteurs, et bien d’autres.

Crédit photo: Alex Tran

Crédit photo: Alex Tran

Aujourd’hui, si elle refuse des contrats, c’est principalement en raison d’un manque de temps. «Pour garder mes projets personnels, créer de nouveaux produits pour ma ligne de papeterie, il faut parfois dire non. Apprendre à dire non, c’est un défi. C’est aussi prendre le risque d’avoir moins de contrats, moins de revenus, mais c’est important de faire ce que l’on aime.»

Laurence Deschamps-Léger aime son travail d’illustratrice pour de nombreuses raisons dont son horaire flexible et son caractère solitaire, mais elle apprécie aussi le travail d’équipe. L’organisme On Sème, un OBNL qu'elle a cofondé en 2016 avec Sara Maranda-Gauvin lui a permis de s’épanouir dans cet aspect collectif, rassembleur ainsi que de pouvoir échanger et comprendre la réalité d’autrui.

Courtoisie Laucolo.

Courtoisie Laucolo.

Parmi ses projets, deux livres qu’elle a illustrés verront le jour prochainement. Quelques-unes de ses illustrations se retrouveront ce printemps dans le magazine Caribou et elle a également reçu pour mandat d’illustrer les étapes du café, c’est-à-dire de la naissance du grain jusqu’à son arrivée dans la tasse, pour le café H8S situé à Lachine, lieu où elle a grandi. 

Il s’agit de divers mandats qu’elle a acceptés avec grand enthousiasme et que les amateurs de son coup de crayon - mais aussi de fruits et légumes joliment dessinés - attendent sans doute avec impatience.

🥕 Laucolo

site web | facebook | instagram

🔎 Continuez votre lecture: Dans l’atelier de Cécile Gariépy: Raconter des histoires à travers l’illustration ludique