Les associations de travailleurs autonomes SMart poussent un peu partout en Europe depuis les vingt dernières années. L’initiative belge explore à présent une première incursion en sol canadien au Québec.

Le 26 octobre dernier, Stéphanie Guico a lancé l’idée d’une coopérative de travailleurs autonomes au Québec dans les locaux tout indiqués de l’espace de coworking Temps Libre dans le Mile-End. Avec pour ambition de rendre le travail autonome moins précaire, SMart offre aux pigistes un éventail de services concentrés au même endroit pour faciliter leur quotidien et tisser des liens entre celles et ceux qui ont choisi ce mode de vie. Elle-même travailleuse autonome, la promotrice de la station québécoise Stéphanie Guico étudie la possibilité d’ouvrir une franchise québécoise depuis sa rencontre avec les fondateurs de SMart à New York en 2015.

La coopérative européenne assure un revenu régulier aux pigistes grâce à la gestion d’un Fonds de garantie salariale. «On va contre la norme actuelle du client qui paie “quand ça lui tente” et on allège le stress pour le travailleur autonome d’administrer ses comptes à recevoir», explique la stratège. 

Slogan de SMart au Québec. 

Slogan de SMart au Québec. 

SMart offre également une assistance juridique et administrative, notamment en rédaction de contrat et en gestion de projets. Le-la pigiste peut, entre autres, inscrire les contrats sur la plateforme et l'association assure le suivi avec les employeurs. «Les réseaux informels créés permettent aux pigistes de connaître les normes et les droits du marché, des ressources auxquelles on a pas nécessairement accès en travaillant seul-e, ajoute Stéphanie Guico. Il y a beaucoup d’éléments administratifs qu’on apprend comme résultat de mauvaises surprises, alors que ça pourrait être évité.» L'organisation favorise aussi l'accès à des assurances collectives et privées, une denrée rare pour les travailleurs autonomes.  

La première succursale sera implantée à Montréal, mais des ancrages en région sont à prévoir dès que possible. Le modèle fondé sur quatre piliers de services sera décliné selon la saveur de chaque région québécoise. 

Stéphanie Guico, promotrice de SMart au Québec. 

Stéphanie Guico, promotrice de SMart au Québec. 

L’accueil de la communauté d’affaires pour ce projet a, jusqu'à maintenant, été très positif selon Stéphanie Guico. «Après, les gens ont besoin d'être rassurés. Il va falloir qu’on ait des conversations très honnêtes, si on veut que les travailleurs autonomes nous confient leur pratique, sur comment ça peut affecter le revenu, la relation client, etc, de faire partie d’une telle association», concède la fondatrice.

En attendant les résultats de l'étude exploratoire, Stéphanie Guico invite les travailleurs autonomes à remplir un sondage pour en savoir plus sur leurs impressions et leurs besoins à l’égard du projet, avant de nouvelles annonces au retour des Fêtes.

📋 SMart au Québec

Site web | Sondage