Créer une entreprise n'est jamais évident, passer au travers de sa première année d'activité encore moins. Pour nous, plusieurs compagnies reviennent sur leurs douze premiers mois d'entrepreneuriat et se confient sur leurs échecs, leurs doutes, mais aussi leurs aspirations, tout en offrant quelques conseils au passage.

Lancée en 2016, la plateforme Poparide était déjà utilisée par des milliers de covoitureurs en Amérique du Nord pour voyager d'une ville à l'autre. Ce n'est toutefois que depuis l'été 2017 que celle-ci est disponible au Québec. Un concept lancé localement sous l'initiative de Philippe Langlois qui semble déjà avoir séduit de nombreux Québécois.

poparide-quebecoriginal-10

Bonjour Philippe! Tout d'abord, peux-tu nous parler un peu de toi et de ton parcours professionnel?

J’ai étudié en design graphique à l’Université Laval de septembre 2015 à mai 2018. Entre temps, je me suis intéressé au covoiturage sur Facebook au point de devenir administrateur de différents groupes de covoiturage, car je voulais aider la communauté et j’étais blasé des frais de réservation d’Amigo Express (en plus de l’abonnement annuel). Je me suis vite rendu compte que malgré les problèmes d’Amigo, les groupes Facebook en avaient eux aussi. J’ai donc songé à créer ma propre plateforme avec mon partenaire Yan Poirier.

Mais on s’est vite rendu compte que les coûts de lancement de ce genre de système sont exorbitants (en temps et en ressources financières). Plutôt que de se faire une «guerre de tranchées» pour s’arracher les mêmes covoitureurs avec la même mission et la même vision, on a trouvé une alternative qui existait déjà dans l’Ouest canadien et on a ainsi fait un partenariat avec eux pour la lancer au Québec. On croyait fort au potentiel de Poparide et ça nous évitait de devoir tout programmer nous même, alors on est devenus intrapreneurs! On a lancé la plateforme à l’été 2017 et je n’avais pas encore terminé mes études. C’était difficile de jongler entre les études et l’entrepreneuriat, mais je suis maintenant à 110% dans Poparide au Québec et on a de beaux résultats avec toujours plus de réservations et de trajets publiés à chaque semaine. C’est un long processus!

En quoi les services de Poparide sont-ils différents des autres plateformes de covoiturage?

Ce qui nous différencie des autres plateformes au sens large, c’est la transparence. Sur Poparide, les profils sont juste assez complets pour détenir l’essentiel (photo de profil, véhicule, courte description, évaluations avec un système d’étoile). Les autres plateformes de covoiturage préfèrent garder l’anonymat de leurs membres, mais nous préférons que nos membres puissent savoir avec qui ils embarquent et communiquer entre eux avant de réserver. Un exemple personnel: ma copine fait de l’anxiété et elle ne se sent pas à l’aise de réserver un trajet si elle ne peut pas savoir si elle embarquera avec un homme ou une femme. Sur Poparide, ce n’est plus un problème! Une fois la réservation confirmée, le passager et le conducteur reçoivent le numéro de cellulaire de l’un et l’autre par SMS automatique. 

Pour payer, notre plateforme procède par paiement en ligne seulement (comme Airbnb, par exemple). On est aussi la seule plateforme de covoiturage qui fonctionne avec un site web et une application mobile Android/iOS.

Pour les conducteurs, le plus gros avantage réside dans la politique d’annulation qui peut uniquement exister grâce aux réservations par carte de crédit. En fait, le conducteur reçoit 50% du montant si le passager annule moins de 24h avant le départ et le montant complet s'il ne se présente pas. Après avoir attendu au moins 10-15 minutes et avoir essayé de contacter le passager à plusieurs reprises, ils ont le droit de partir.

Pour les passagers, le plus grand avantage proposé est une fonction qui permet d’économiser un temps fou à se trouver un conducteur. Lorsqu'on publie une requête sur Poparide, on reçoit une notification dans l'application dès qu'un conducteur poste un trajet qui match avec le jour de notre requête. Plus besoin donc d’actualiser constamment la recherche, ça se fait tout seul avec notre application.

À quelle date Poparide s'est officiellement implanté ici?

Le 16 juillet 2017, on sortait notre vidéo de lancement! 

À quel moment as-tu réalisé personnellement que tu souhaitais partir en affaires un jour?

À l’école secondaire, quand on faisait des tests pour savoir quel genre de métier on voudrait faire. J’aimais beaucoup l’idée de l’entrepreneuriat, de changer les choses. Malheureusement, la documentation était limitée et j’avais l’impression que c’était seulement si on voulait être «entrepreneur général» ou avoir une boutique issue d’une franchise. C’est à l’université que j’ai compris tout ce qu’un entrepreneur-designer pouvait réaliser et à quel point le monde des affaires est vaste. Étant donné que Poparide n’est pas mon projet, je me considère plutôt comme un intrapreneur.

Une phrase pour résumer la première année de Poparide au Québec…

«Ce n’est pas une course, c’est un marathon!»

Ta plus grosse erreur et ta plus grande victoire lors de cette première année?

Ma plus grosse erreur a été de croire que les amis sont les clients. La vérité: ce n’est pas parce que tes amis «like» ce que tu fais qu’ils vont nécessairement utiliser ta plateforme. Les likes, les partages, les concours, c’est de la vanité. Ce qui compte vraiment, c’est de trouver les conducteurs et les passagers qui ont réellement besoin du problème que tu veux résoudre.

Ma plus grosse victoire: trouver des conducteurs qui font souvent la route et prendre le temps de discuter avec chacun d’entre eux autour d’un café (que j’offre, évidemment). Pourquoi? Pour simplement apprendre à les connaître et pour leur montrer comment Poparide peut simplifier leurs déplacements. Après avoir créé ce lien de proximité, c’est plus facile de garder contact et d’être là pour eux en cas de problème. D’ailleurs, si après la lecture de cet article, il y en a certains qui sont intéressés à me rencontrer autour d’un café, ils peuvent simplement m’écrire à phil@poparide.com!

Courtoisie Poparide

Courtoisie Poparide

Quelle est la chose la plus importante que tu as apprise après ces premiers mois d'activités?

Avoir un lancement incroyable n’est pas assez, il faut souffler sur les braises pour que la croissance n’arrête jamais. On croyait être bien partis à nos débuts: plus de 80 000 visionnements sur la vidéo de lancement, 5000 inscriptions dès les premières semaines et plus de 1000 trajets publiés dans le premier mois. La vérité: ce n’est jamais assez et il faut constamment ramener les gens.

Est-ce que tes expériences passées t'ont été utiles pour bien diriger ce projet?

On pourrait dire que oui. C’est moi le designer graphique de l’équipe.

As-tu des employés?

Non, je n'ai pas d’employés. Mon partenaire au début de l’aventure a dû se trouver un emploi pour subvenir à ses besoins et on est maintenant quatre dans l’équipe: les deux cofondateurs à Vancouver, notre développeur mobile à Toronto et moi à Québec.

Courtoisie Poparide

Courtoisie Poparide

Qu’est-ce qui t'inspire et te motive à aller travailler chaque jour?

Ce qui me motive le plus, c’est qu’on aide vraiment les gens à simplifier leurs déplacements. On est convaincus que d’organiser un covoiturage devrait prendre au maximum 30 secondes et Poparide permet exactement cela. C’est fou le nombre de conducteurs qui nous écrivent parce qu’ils peuvent économiser d’importantes sommes d’argent grâce à nos services et à quel point Poparide rend cela simple et sans frictions.

Quel conseil donnerais-tu à quelqu’un qui souhaite lancer sa propre compagnie?

Ne sous-estimez pas la force du bon design. Le design, c’est avant tout quelque chose qui est fonctionnel (l’esthétique, c’est autre chose). Ça passe par une bonne expérience utilisateur et une bonne interface (UX/UI), mais les gens oublient trop souvent l’importance d’une image de marque claire, autant pour la conception du nom, du logo que du territoire visuel. Si vous enlevez le logo, êtes-vous toujours capables de reconnaître de quelle marque il s’agit? On peut tous le faire pour Vidéotron (noir et jaune), Bell (bleu et blanc), Telus (les animaux sur fond blanc) sans qu’on ait besoin du logo. Les gens veulent tous un nom simple comme Apple et un logo aussi beau que celui de la pomme, mais c’est réellement le territoire visuel d’une marque qui en fait son élégance.

Bref, le design n’est pas une dépense, c’est un investissement. Ne vous improvisez pas designer, car les designers graphiques sont là pour ça!

Poparide-logo-tagline-fr

👉 Poparide

site web | facebook | instagram | twitter | youtube