Créer une entreprise n'est jamais évident, passer au travers de sa première année d'activité encore moins. Pour nous, plusieurs compagnies reviennent sur leurs douze premiers mois d'entrepreneuriat et se confient sur leurs échecs, leurs doutes, mais aussi leurs aspirations, tout en offrant quelques conseils au passage.

Si vous êtes un amateur de bonnes choses, vous connaissez sûrement cette adresse située dans Villeray! Depuis presque deux ans, le Comptoir Sainte-Cécile se souhaite être le refuge des gourmets. À la fois épicerie fine, traiteur, café et restaurant de quartier, le petit établissement offre plusieurs services, des plats à emporter et même un brunch la fin de semaine.

Familial et chaleureux, le lieu appartient à Adèle Prud’homme, qui travaille depuis plus de dix ans dans la restauration, et au chef cuisinier Ségué Lepage. Pour Baron, la cofondatrice revient sur les premiers mois d'activités du Comptoir Sainte-Cécile, un endroit rassembleur qui séduit par sa simplicité et ses saveurs cuisinées sur place.

Crédit photo: Ulysse Lemerise.

Crédit photo: Ulysse Lemerise.

Prêt personnel avec un mauvais crédit. Vous pouvez découvrir un prêt personnel pour les personnes ayant un mauvais crédit en ligne pour et sans souscripteur. Globalement, il est moins difficile d'obtenir une approbation anticipée pour des avances de crédit terribles que pour les avances conventionnelles ici et maintenant. La période d'avance plus longue rend le remboursement mensuel plus modéré et plus accessible sous forme de prêts personnels non garantis à long terme.

Bonjour Adèle! Comment en êtes-vous venu à créer le Comptoir Sainte-Cécile?

J’ai toujours travaillé en cuisine dans des milieux divers; restaurants, salles de spectacle, organismes communautaires, etc. Le Comptoir Sainte-Cécile est né de Adèle Super Épicerie, une épicerie en ligne de plats prêt-à-manger livrés chaque semaine à domicile que j’ai dirigé pendant trois ans. J’aimais mon entreprise, mais j’avais envie d’avoir un espace qui m’offrirait de plus grandes possibilités d’expansion et qui me permettrait de travailler dans un environnement vivant où se côtoient des gens qui partagent l’amour de bien manger. Mon ami et chef cuisinier Ségué Lepage, s’est alors joint à moi dans ce projet.

Une phrase pour résumer les débuts du Comptoir Sainte-Cécile?

Une opportunité, un spot parfait. Ça a été assez rapide, on a signé le bail et un mois après, on était ouvert! 

Crédit photo: Ulysse Lemerise.

Crédit photo: Ulysse Lemerise.

Et vous avez donc ouvert vos portes le 16 décembre 2016. Après plus d'un an en affaires, comment votre perception de votre compagnie et de votre projet a-t-elle évolué?

Je veux maintenant que mon entreprise soit au service de ce que j’ai envie de faire dans la vie, plutôt que le contraire. Je veux qu’elle me permette de multiplier les rencontres inspirantes et d’approfondir mes connaissances.

Quelle est la chose la plus importante que vous ayez apprise pendant la première année?

D’écouter mon feeling. En général, j’ai regretté toutes les décisions que j’ai prises en n’écoutant pas mon intuition.

Est-ce que vos expériences professionnelles passées vous ont été utiles afin de bien diriger votre projet ?

Bien sûr, tout a été utile! Mais c'est autre chose de se retrouver à s’occuper de l'ensemble d'une entreprise. Ça prend surtout beaucoup de maturité pour arriver à gérer des situations imprévues… 

Crédit photo: Ulysse Lemerise.

Crédit photo: Ulysse Lemerise.

Pensez-vous qu’une formation en gestion vous aurait été également utile?

Oui, je suis plus une passionnée de mon métier qu’une femme d’affaires, peut-être qu’une formation en gestion m’aurait poussé à certains moments à faire des choix plus raisonnables!

Quel a été votre plus grand défi jusqu'à présent?

Trouver du personnel en cuisine. On a beaucoup d’idées, de projets de développement avec Sainte-Cécile, mais il y a malheureusement juste 24h dans une journée et on a besoin de renfort pour arriver à tout faire. Et puis il y a la famille et les amis qu’on ne doit pas oublier. Je suis confiante, avec l'intérêt qu'il y a autour de la place, qu'on va finir par trouver, c'est juste une question de temps.

Crédit photo: Ulysse Lemerise.

Crédit photo: Ulysse Lemerise.

Vous avez déjà plusieurs employés. Comment appréhendez-vous votre rôle d’employeur et chef d’équipe?

Oui, nous sommes sept en tout. Ce n'est pas trop dans ma nature d’être une chef d’équipe, j’essaie que nos employés soient heureux et aient envie de faire de leur mieux!

Qu’est-ce qui vous motive à aller au travail chaque jour?

J’adore être dans mon épicerie, m’occuper de l’espace et le voir évoluer! C’est aussi un plaisir de pouvoir travailler avec des artisans qui mettent leur coeur et leur passion dans les produits qu’ils nous livrent, je me fais un honneur de les représenter.

Quel conseil auriez-vous aimé recevoir juste avant de développer le Comptoir Sainte-Cécile? 

Je pense qu’aucun conseil n’est aussi pertinent que de vivre sa propre expérience, il faut se lancer!

Crédit photo: Ulysse Lemerise.

Crédit photo: Ulysse Lemerise.

Crédit photo: Ulysse Lemerise.

Crédit photo: Ulysse Lemerise.

Lors des premiers mois d'activité, quelle a été votre principale erreur et comment avez-vous réussi à rebondir?

Je crois que de ne pas vouloir trop investir, de faire avec le minimum, ça ne nous a pas aidés. On n'aurait pas dû avoir peur de mettre le paquet dès le départ sur ce qu'était notre vision de Sainte-Cécile, car aujourd’hui nous montre qu’un grand bassin de clients se sent interpellé par ce qu’on fait.

Quel conseil donneriez-vous à quelqu’un qui veut lancer sa propre compagnie? 

Bien s’entourer, c’est un luxe de pouvoir partager, discuter et recevoir des conseils sur les enjeux d'une entreprise.

Le Comptoir Sainte-Cécile est un espace «hybride» et polyvalent puisque vous proposez plusieurs services à la fois. Quels sont les enjeux de tenir un tel lieu?

C'est plus de travail! Mais, ce qui est beau là-dedans, c'est que ça crée un espace unique où se côtoient différentes générations; des grands-parents qui viennent boire un café et faire les devoirs avec leurs petits enfants, des parents pressés qui attrapent un repas tout fait, des travailleurs du coin qui s'installent au comptoir pour déguster l'un de nos fameux sandwichs, des jeunes foodies qui viennent bruncher ou se chercher la dernière découverte en vin québécois. Je pense que ça plait vraiment de pouvoir fréquenter un endroit aussi rassembleur. C'est vraiment stimulant de vivre dans cette mixité et de sans cesse réfléchir à améliorer notre formule.

Crédit photo: Ulysse Lemerise.

Crédit photo: Ulysse Lemerise.

À ce propos, avez-vous des nouveautés à venir? 

Oui, plein de produits pour le temps des fêtes, un menu traiteur spécial Noël et des nouvelles recettes pour les plats réconfortants dans le prêt-à-manger pour vous aider à traverser l'hiver. On continue de toujours agrandir notre sélection des meilleurs produits d'ici et aussi à partager le plaisir de boire des vins, cidres et bières du Québec avec notre clientèle. C'est un milieu en pleine effervescence qui nous pousse à toujours évoluer!

👉 Comptoir Sainte-Cécile

site web | facebook 

232, rue de Castelnau Est, Montréal.

⏩ Continuez votre lecture: «Bref Mtl: La première année en affaires» ✨