Les créations magnétiques d'Annie Sama sont non seulement imprégnées de son amour pour la danse et la mode, mais aussi de son goût pour la bonne bouffe en studio. À l'occasion de la sortie de son EP «Clear», l'artiste canado-congolaise nous partage ses recettes-antidotes quand les tournages et les enregistrements s'étirent trop longtemps.

Annie Sama a lancé le 27 septembre dernier un nouvel EP intitulé Clear lors du Festival Pop Montréal. Soeur cosmique de M.I.A. et Grimes, l'artiste a troqué son ancien pseudonyme APigeon pour son nom réel et confectionne à présent sous une nouvelle direction musicale des sonorités électro-pop assumées, contagieuses et résolument avant-gardistes.

Mais peu importe le nom de scène qu'elle souhaite utiliser, on aime Annie Sama pour son énergie sur scène et son univers artistique authentique. On lui a donc posé nos questions bouffe. Car on aime ça tout autant qu'elle apparemment.   

🍵🍓🥢🍹

Crédit: Johanna Siring.

Crédit: Johanna Siring.

Bonjour Annie! Peux-tu nous parler un peu de ton parcours qui mélange, entre autres, musique et mode? 

Quand j’ai joué pour la première fois au Festival Mode et Design, j’ai collaboré avec l’artiste-peintre Scooter Laforge qui peignait une robe blanche sur scène pendant que je chantais. Patricia Field, styliste pour l'émission Sex and the City, donnait une conférence à ce même festival. Je suis allée la rencontrer après l'entretien pour lui proposer de chanter dans sa boutique à New York sur la rue Bowery. 

Deux mois plus tard, je donnais une prestation là-bas pour un vernissage qu'elle avait habillé. J’ai toujours la robe dans mes archives. Deux semaines plus tard, je retourne à New York pour jouer à l'hôtel Carlyle pour le départ de Raf Simons chez Dior. J’y ai rencontré ASAP Rocky et fait la fête. Champagne! 

Wow, on est clairement impressionnés. Comment a démarré ton projet musical?

Sur la route en composant en Europe et à New York. Il y a un an, j'avais comme surnom APigeon et j'ai décidé de reprendre mon vrai nom Annie Sama aka spécialiste en smoothies.

Comment décrirais-tu ton univers musical? 

De la pop avant-gardiste sexy qui goûte la tartine à l'avocat et la sauce sriracha! 

Quelle est ta relation avec la nourriture?

Intime. 

C'est quoi la «recette» qui rend la musique d'Annie Sama aussi savoureuse?

Un smoothie le matin, des trips de bouffe à toutes les 2-3 heures, des bouillons en studio toute la journée, une récompense sucrée à la fin de la session de production, du vin et de l'eau! 

Si ton EP «Clear» était un plat, quel serait-il?

Un bol poké personnalisé. 

Es-tu aussi douée aux fourneaux que sur scène? 

Oui, j'adore faire à manger à tout le monde pendant les tournages. Demandez à Julie Sotto qui a produit mes deux derniers vidéoclips! 

Quels sont les aliments dont tu ne pourrais jamais te passer?

Les smoothies, les salades, le riz frit et la soupe Phở

Quel est ton plus gros «fail» culinaire?

J'ai oublié mon cuiseur à riz chez le réalisateur Alexis Bel-Humeur Coupal après la production de mon vidéoclip «Tree House» qui va d'ailleurs sortir le 26 octobre prochain.

Et ton pire «fail» musical?

Jouer du saxophone.

Si je t'invite à souper, qu’est-ce que je devrais cuisiner et passer comme musique pour t'impressionner?

N'importe quoi de frais du marché sur Control de Shifted.

Ton dernier repas et la dernière musique que tu écouterais... Si tu devais mourir demain?!

Une soupe Phở et le mix de David August à Boiler Room.

🥑 Annie Sama

Site web | Facebook | Instagram