L’alimentation est un facteur clé en étroite liaison avec l’entretien d’une bonne santé. En effet, un régime alimentaire sain et équilibré contribue grandement au maintien du bien-être et de la santé. De ce fait, il devient primordial de savoir manger sainement et connaître les bonnes pratiques relatives à cet effet.

Cependant, à part l’adoption d’un régime alimentaire particulier, il existe une autre pratique relative à l’alimentation permettant de préserver la santé, à savoir le jeûne. D’ailleurs, cette pratique devient actuellement de plus en plus populaire en raison de multiples avantages qu’elle propose.

Les bienfaits du jeûne pour la santé

De nombreuses études scientifiques ont déjà démontré que le jeûne apporte divers effets bénéfiques sur la santé. En effet, il permet à la fois de stimuler le renouvellement cellulaire et de mobiliser les réserves de l’organisme, dont les graisses. Selon des travaux menés par les docteurs Christian Mottet et Sophie Sierro du Centre Hospitalier et Universitaire Vaudois, le jeûne permettrait notamment d’augmenter la résistance de l’organisme au stress oxydatif tout en en réduisant les effets de la toxicité provoquée par la chimiothérapie.

D’autres études soulignent également le fait que le fasting contribue à la lutte contre les maladies cardio-vasculaires. Cependant, une planification méticuleuse est un préalable nécessaire à son bon déroulement. L’excès de toute chose est nuisible : et cette assertion est d’autant plus vrai dans le cas d’espèce. Mal réalisé un jeûne intermittent non maîtrisé peut avoir des effets dévastateurs sur la santé.

Les avantages du jeûne par rapport au régime conventionnel

Le jeûne figure parmi les plus anciennes pratiques diététiques du monde. Ce type de régime présente plusieurs techniques d’approche qui le rend très facile à appliquer.

Contrairement au régime conventionnel qui amène souvent à la confusion, notamment sur sa composition, le fasting est largement plus simple et plus efficace. En effet, dans le cas où sa composition ne correspond pas au métabolisme du patient, un régime spécifique peut s’avérer inefficace même s’il est suivi correctement. Or, la pratique du jeûne se résume généralement en deux règles, à savoir :

Ne “rien” manger ; petite nuance cependant, le jeûne correspond plus à une période d’austérité qu’un arrêt total de l’alimentation. L’une des finalités de la manoeuvre étant de pousser le corps à puiser dans ses réserves.

Boire de l’eau, du café ou du thé.

Attention tout de même, bien qu’il soit relativement simple à mettre en place, le fasting existe sous diverses méthodes (24 heures, 16/8, 5/2, etc.).

Ce qui rend cette technique applicable à presque tout le monde excepté les femmes enceintes et les personnes souffrant d’un trouble de l’alimentation. À noter qu’en termes de règles diététiques, les plus simples sont souvent les plus efficaces.

Se nourrir de façon efficace

Le jeûne propose bien des solutions face à un certain nombre de problèmes diététiques. Mais plus qu’un style de vie, il s’agit d’une thérapie qui mal conduite sera plus nocive que bénéfique. Aussi l’idéal serait-il de ne jamais avoir à effectuer un jeûne pour des raisons comme la surcharge pondérale. Ceci passe donc par un style de vie et un mode alimentaire adéquats.

Les théories vont bon train dès qu’on évoque la problématique de l’alimentation saine. Manger bio, manger sans gras, sans sucre, sans gluten, suivre un régime exclusivement bio ou paléo, bannir les produits industriels… Le tri est d’autant plus compliqué que les lobbies agroalimentaires et la communauté scientifique nous livrent des informations parfois contradictoires.

Mais au final, le but ultime de l’alimentation est de fournir à l’organisme les nutriments nécessaires en quantité et qualité suffisante. Ceci suppose également qu’à terme l’utilisation par l’organisme de ces nutriments ne devienne pas problématique.

Les consensus de l’alimentation saine

Bien que les contradictions soient nombreuses, il existe quelques points autour desquels la majorité des scientifiques et nutritionniste est d’accord.

Les fruits et légumes constituent un point sur lequel tout le monde se met d’accord.

Et en dehors des aficionados du régime 100% sans sucre, les fruits sont également assez plébiscités. Mais il est question ici des fruits entiers puisque de nombreux jus de fruit sont en réalité bourrés de sucres ajoutés. Et en plus du sucre, les fruits entiers apportent aussi à l’organisme, de nombreux micronutriments tels que des antioxydants, des sels minéraux et des vitamines. De façon globale, les végétaux se retrouvent en tête des aliments à consommer pour une alimentation saine. Cependant, la viande et les protéines animales tiennent également un rôle non négligeable dans l’alimentation.

Les aliments d’origine animale

En ce qui concerne les aliments d’origine animale, il est conseillé de privilégier les viandes blanches et les poissons. En effet, certains poissons comme le saumon, la sardine ou le thon sont riches en oméga 3 et oméga 6. Des nutriments qui favorisent la réduction des risques de maladies cardiaques.

L’alimentation saine n’est pas qu’une affaire d’assiette. Le corps humain est comparable à une machine complexe dont les aliments que nous ingérons représentent le carburant. Lorsque celui-ci n’est pas dépensé, la machine a tendance à réaliser des stocks. Et c’est à ce moment que les ennuis s'annoncent. Il est donc tout aussi important d’associer une activité physique suffisante au régime alimentaire.

Hugo Blanc est nutritionniste et éditeur de Sagessesanté.fr, un site d’information sur la diététique et les régimes alimentaires