«On est clairement coupables de gourmandise» - L'entrevue bouffe non conventionnelle avec Comment Debord - Baron Mag
Le 10 août prochain, le groupe émergent Comment Debord participera à l’édition 2018 Petite-Patrie du festival SOIR. Comme les visuels de la formation sont une crevette et un artichaut(!), on s'est demandé si on partageait comme passion commune la nourriture et on a décidé de les rencontrer.

Fondé en 2016, Comment Debord s’inspire de la musique soul et funk des années 70 pour offrir une chanson québécoise moderne et rafraichissante.

Comme les précédentes musiques du groupe, Les nouveaux arrivants, deuxième single d’un EP à paraître cet automne, «donne envie de bouger les hanches». Après l'avoir écouté et réécouté, et s'être épuisé en dansant, on a souhaité en savoir plus sur leurs goûts culinaires. Si leurs réponses ne nous ont pas déçues, on sait maintenant qu'il faut se méfier de Rémi, autant en cuisine que sur scène... Ne les manquez pas lors du festival SOIR!

🍺🧀🦐🍷

Comment Debord - Les nouveaux arrivants

Qui êtes-vous, quel est votre parcours?

On s’appelle Comment Debord on fait de la musique ensemble depuis un peu plus que deux ans, mais la formation actuelle date à peine de ce printemps. On fait régulièrement des petits shows dans des bars à Montréal.

En quelques mots, comment définiriez-vous votre style musical?

On fait de la chanson franco, smooth/groovy influencée par la musique funk/R&B et soul des années 70. On met beaucoup d'effort dans les textes et on tient à ce que ça sonne très québ.

Quelle est votre relation avec la nourriture?

On est clairement coupables de gourmandise. On parle tout le temps de bouffe pendant nos répètes et on ne manque pas une occasion d’aller se chercher des snacks ou de se faire concocter des radlers.

Quelle musique écoutez-vous lorsque vous cuisinez?

Du gros gros Motown.

Si vos tounes étaient un plat, quel serait-il selon vous?

On pense que nos tounes pourraient être comparées à des levures sauvages qui se retrouvent dans certaines bières: on vise la twist funky.

Quels sont les aliments dont vous ne pouvez jamais vous passer et pourquoi?

Vin, bière, fromage! C’est bon quand c’est fermenté.

Votre dernier repas et la dernière musique que vous écouteriez… Si vous deviez mourir demain?!

On écouterait l’album Rejuvenation du band The Meters en faisant un gros surf'n'turf sur le BBQ.

On passerait chez Pascal le boucher pour la viande et le vin du Québec, par la poissonnerie Les Délices de la mer pour le homard et au Peluso Beaubien pour les bières de micro.

Avez-vous des demandes spéciales aux promoteurs de spectacles lorsque vous êtes en tournée?

Vin, bière, fromage! On aimerait trooooop ça, aller faire une tournée en France.

Quel est votre plus gros «fail» culinaire?

Demandez jamais à Rémi de vous préparer une soupe Miso ça peut donner une espèce de grosse pâte molle et beige.

…Et votre plus gros «fail» musical?

La fois où Rémi utilisait une pédale de tuner brisée qui faisait des bruits provenant des confins de l’espace; depuis ce temps-là il est traumatisé pis il a toujours ses trois tuners sur le stage.

Si je vous invite à manger, qu’est-ce que je devrais cuisiner et faire passer comme musique pour vous impressionner?

Pas compliqué: des bons produits locaux avec de l’afrobeat.

Photo de presse - Comment Debord

👉 Comment Debord

soundcloud | instagram | facebook