PxPixel
Dent-de-lion: Faire place à la diversité dans la littérature jeunesse - Baron Mag
Permettre à tous les enfants de se reconnaître à travers des histoires inclusives et captivantes, voici le but de Stéphanie Barahona et Rachel Arsenault, créatrices de Dent-de-lion, une maison d’édition de littérature jeunesse féministe et intersectionnelle.

C’est en septembre 2018 que leur premier projet, Derrière les yeux de Billy, une co-création de Chloloula et Vincent Bolduc verra le jour.

Avec des personnages non stéréotypés, des quêtes narratives non genrées et une juste représentation de la diversité familiale, culturelle, raciale, sexuelle, corporelle et fonctionnelle, la maison d’édition Dent-de-lion vise à défendre des valeurs féministes et antiracistes. «Dent-de-lion est un autre nom du pissenlit. Nous aimons ce nom à la fois pour l’image charmante qu’il évoque et pour l’allusion à la rébellion et à la persévérance inhérente de cette plante» confie Rachel Arsenault, cofondatrice du projet. Rencontre. 

Dentdelion (1)

Bonjour Rachel! Dis-nous, comment est née l’idée de partir votre maison d’édition jeunesse?

Rachel Arsenault: Stéphanie Barahona et moi sommes passionnées de livres en général. Nous avons toutes les deux étudié en littérature et en études féministes, et sommes entourées d’enfants. Alors que nous cherchions à mettre en pratique notre amour des histoires d’une manière qui garderait tout son sens par rapport à nos valeurs, nous sommes allées au Salon du livre, en novembre 2016. Je crois qu’on avait oublié que la majorité des livres pour enfants affichent des stéréotypes de genre! Nous avons ensuite poursuivi nos recherches et après avoir consulté des libraires, il nous a paru évident qu’il existait un besoin pour une littérature jeunesse diversifiée. 

Quelles sont les étapes que vous avez suivies ensuite pour créer Dent-de-lion?

Rachel Arsenault: C’est d’abord le projet d’un lancement d’entreprise. Nous avons commencé par réaliser une étude de marché, des prévisions financières et un plan d’affaires. En même temps, nous avons fait connaître le projet en assurant une présence en ligne et en prenant contact avec des artistes près de nous qui souhaitaient écrire ou illustrer un livre pour enfants. Nous lancerons ainsi notre premier livre en septembre, Derrière les yeux de Billy, dont le texte est écrit par Vincent Bolduc et les images illustrées par Chloloula.

Notre objectif à moyen terme est d’obtenir les subventions gouvernementales dont dépendent la grande majorité des maisons d’édition. Elles nous seront accessibles après avoir publié entre quatre et huit livres, selon les critères. Nous considérons donc que le projet de «mise sur pied» s’étalera sur trois ans environ.

Jusqu’à maintenant, le principal défi est de trouver le financement nécessaire à la publication de nos premiers livres. L’édition est un milieu à haut risque financier, c’est-à-dire qu’il exige beaucoup d’investissements pour des promesses de vente toujours incertaines. Il n’est pas évident d’atteindre la rentabilité au départ et l’accès aux subventions n’est pas immédiat. Il s’agit donc d’un travail bénévole et possiblement même d’un investissement sans bénéfices pendant les premières années!

Dentdelion

D'ailleurs, comment allez-vous sélectionner les prochaines œuvres que vous publierez?

Pour la suite, nous choisirons des projets selon leur qualité et leur pertinence par rapport à la mission de la maison d'édition. Nous souhaitons que les valeurs de la maison d'édition soient incarnées à tous les niveaux de l'organisme et comptons continuer de travailler avec des auteur-es, illustratrices et illustrateurs dont la diversité d'expériences reflète le féminisme et l’intersectionnalité.

À l’heure où l’on retrouve énormément de clichés dans la littérature et le divertissement destinés aux jeunes publics, pourquoi votre projet est-il important? 

Il manque encore beaucoup de livres pour enfants qui rompent avec les stéréotypes de genres, qui présentent des familles différentes (deux parents de même sexe, un ou des parents transgenres, un seul parent, trois parents, etc.) ainsi que des livres qui présentent une diversité raciale réelle (pas seulement un ami du personnage principal).

Dentdelion (3)

Des libraires de la librairie Racines et de la librairie féministe L’Euguélionne nous ont confirmé que la demande en littérature jeunesse était impressionnante et que, dans les deux cas, elles auraient besoin de plus de livres de ce genre en français. Il existe bien sûr des initiatives intéressantes, mais l’offre demeure limitée et nous sommes convaincues qu’il est important de contribuer à l’essor d’une littérature jeunesse où davantage d’enfants pourront se reconnaître.

Comment le public réagit-il à votre initiative?

Jusqu’à maintenant, les gens à qui nous parlons du projet sont très enthousiastes. Notre campagne de sociofinancement a été un succès: nous avons atteint notre objectif en moins d’une semaine! Les activités de la campagne ont aussi connu un succès considérable, surtout la dernière: la drag queen Barbada de Barbades a lu trois contes à la librairie L’Eugélionne. La place était pleine à craquer! Les personnes du milieu de l’édition à qui nous avons parlé ont aussi fait preuve de beaucoup d’accueil et de soutien, cela nous a d'ailleurs aidé à élaborer des plans réalistes.

Dentdelion (6)

👉 Éditions Dent-de-lion

Site web | Facebook