Les 9 et 10 juin prochains, la toute première édition d'un événement qui mettra en lumière la vulve et ses multiples facettes verra le jour à Montréal. En effet, le Festivulve promet d'être tout aussi festif qu'instructif afin d'offrir à ses participant-es de précieuses informations ainsi que de l'art visuel, des spectacles et de nombreux ateliers se déployant tous autour du sexe féminin. Entrevue avec sa fondatrice Mel Goyer.

Cette fin de semaine, le Loft Hôtel​ accueillera au total 20 conférences et discussions, 12 ateliers pratiques, 9 organismes, 11 DJs, une dizaine de représentations et plusieurs kiosques de joaillerie, vêtements, tatouages, sculptures, peintures, jouets érotiques et produits menstruels, entres autres. 

L'objectif de ce nouveau rassemblement montréalais? Développer une «saine curiosité vaginale», informer efficacement le public, décloisonner les tabous autour des menstruations, de l’accouchement, de la masturbation, de la santé sexuelle, du champ lexical du sexe des femmes, ainsi que célébrer cet organe «porte d'entrée dans le monde». Ouvert à tous, inclusif et résolument audacieux, le Festivulve est une initiative de Mel Goyer, activiste et fondatrice du blogue Vagin Connaisseur qui prône la sexualité positive depuis plus de deux ans. 

Celle qui souhaite «inspirer un regard différent​ sur cette partie du corps humain» - si intime, si précieuse, mais dont on parle si peu en société -, s'est confiée à nous sans compromis. Elle nous en dit plus sur son impulsion à créer ce festival, déjà victime de son succès avant même d'avoir existé, tant l'engouement autour des problématiques de consentement et de la diversité corporelle est désormais important. 

Mel Goyer et un clitoris en 3D, taille réelle

Bonjour Mel! Dis-nous, comment as-tu eu l’idée d’organiser le Festivulve? Quelles ont été tes principales motivations, revendications et inspirations?

Ça fait deux ans que j'ai créé la page Facebook et le site web du Vagin Connaisseur. L'idée est simple; réunir de l'info «vulvement» pertinente sur une même plateforme. Après la vague de #moiaussi, le désir d'organiser un événement positif devenait urgent. Et un beau matin, le mot «Festivulve» a poppé dans mon cerveau! J'ai tellement ri. Quoi de mieux que l'humour pour dédramatiser un sujet encore tabou en 2018?! Alors j'ai brodé autour du mot en ayant en tête toutes les créations vulviennes que je voulais faire découvrir.

Ma principale inspiration, c'est mon parcours sexuel. J'ai volontairement touché un premier pénis à 12 ans, je faisais ma première fellation à 13 ans et je perdais ma virginité à 14 ans. Parce que j'étais curieuse et que je manquais de réponses. Aujourd'hui, quand je regarde les préadolescents de 12 ans, ça me fait quelque chose de penser que certaines d'entre elles auront le même parcours précoce. D'où ma motivation; offrir une alternative à celles et ceux qui cherchent de l'information, ailleurs que sur des sites de pornographie.

Ma seule revendication, c'est l'importance de la communication. Il n'y a pas de recette magique pour amener une personne au septième ciel. Pas de position miracle non plus. Tous les humains sont uniques, avec des goûts différents. Ça me semble donc primordial d'apprendre à se parler des vraies affaires au lieu d'attendre que l'autre devine ce qu'on aime. Il est tout aussi important de comprendre la notion de consentement.

Dessin original © Nina Flageul

Le festival semble avoir une mission éducative et informative, tout en se voulant divertissant. On y retrouvera à la fois des conférences variées, des produits et objets en vente, de l'art, ainsi que des performances. Du contenu sérieux appuyé par un ton léger et joyeux! Pourquoi as-tu eu envie d’offrir autant de ressources et d'activités? 

Je voulais que tout le monde y trouve son compte. Avec le Vagin Connaisseur, j'ai accumulé beaucoup de stock. Vidéos, arts, témoignages, etc. Je savais qu'il y avait un grand potentiel à ouvrir la porte aux artistes. Les trois mots-clés de ma ligne directrice pour sélectionner les candidatures ont été diversité, originalité et qualité. J'en ai reçu près de 300! La sélection n'a pas été facile!

Plusieurs personnes ont pris connaissance du Festivulve après le lancement de la programmation et m'ont demandé de participer. J'ai réalisé que j'avais laissé la chance à des personnes moins connues pour la première édition du Festivulve puisque ces personnes me suivent depuis mes débuts. Une belle façon de leur dire merci!

Vulva Booth - miroir - Young woman with mirror © Mariano Vargas

Avec Vagin Connaisseur qui est né en mars 2016, comme tu le dis toi-même «la révolution vulvienne» est bel et bien commencée! Comment ton blogue a-t-il évolué depuis ses débuts?

En deux ans, je suis passé de zéro abonné à plus de 9000! Mais je te dirais qu'honnêtement, ce n'est pas tant le portail qui a évolué, sinon moi-même. J'ai appris tellement de choses! Parce que je le répète, je ne suis pas une experte, je suis une passionnée et une rassembleuse. Mon esprit s'est également ouvert sur la réalité des personnes transgenres par exemple. Et le Festivulve promet de m'en apprendre davantage sur différents sujets!

C'est quoi les défis que tu as rencontré en souhaitant partir un tout nouveau festival, qui en plus, un festival qui met en lumière une thématique encore très tabou socialement? 

OMG! Il y en a beaucoup. Il faut être solide!

1. Trouver une salle. J'ai dû me faire dire non au moins 50 fois avant de trouver le Loft Hôtel. Et j'avais le budget!
2. La censure sur Facebook et Instagram (ils m'ont bloqué pour une semaine, et me menacent de me bloquer pendant 30 jours si je ne me tiens pas tranquille.)
3. Le Registraire des Entreprises avec qui j'ai dû me battre pour que le mot Festivulve soit accepté (il était jugé immoral, obscène et scandaleux...)

34050237_1859300324113184_799428000880787456_n


4. Le monde pas content en général qui vient «cracher» sur l'initiative et qui me traitent de «lesbienne finie», de «féminazie», de «fille-pas-de-vie-qui-n'a-rien-à-dire», etc.
5. Les animateurs des radios-poubelle qui me qualifient de «fausse victime» (et certains médias qui rapportent n'importe quoi aussi.)
6. Les imposteurs! Un agresseur sexuel condamné pour onze agressions s'est fait passer pour un photographe du Festivulve afin d'approcher des femmes (ARK!!)

7. Mais aussi, la vente des billets. Quand j'ai lancé l'événement, je pensais que ça serait un petit event underground. Le lendemain, il y avait déjà 3500 personnes d'intéressées et le HuffPost partageait la nouvelle... OUF. J'ai dû m'ajuster et les frais ont augmenté. J'espère juste réussir à faire un peu d'argent parce que je ne compte plus mes heures à travailler sur ce festival! Aujourd'hui, il y a plus de 8000 personnes intéressées par l'événement. J'espère qu'on vendra au moins 1000 billets! 

Pour obtenir plus d'infos sur la programmation et la billetterie: par ici

🌸 Festivulve organisé par Vagin Connaisseur 🌸

site web | facebook | instagram | événement facebook

La moitié des profits issus de la vente des billets seront reversés aux organismes invités par le festival.