Frederic Forest Côté, finissant de l'École d'Ébénisterie d'Art de Montréal - Baron Mag
«Je m’inspire de l’architecture moderne et contemporaine, je lis sur des gens inspirants, je regarde des TEDTalks ou des TED-Ed, je fais la vaisselle et je laisse dériver mes pensées. Quand j’ai une amorce, je fais quelques sketchs et ensuite, comme je suis à l’aise avec les logiciels de dessin 3D, je modélise des formes.»
Crédit photo: ÉÉAM

Crédit photo: ÉÉAM

Qui êtes-vous et quel est votre parcours?

Je suis dans la vingtaine, plus vieux qu’un jeune homme, cheveux châtains (courts depuis peu), yeux pairs, mais myopes, et grand de corps. Je viens d’une banlieue tranquille de Québec, L’Ancienne-Lorette, et d’une famille grande et chaleureuse. Au secondaire, je voulais être musicien, j’ai donc étudié la lutherie (violon) au cégep, ça me semblait plus simple... J’ai bifurqué vers l’ébénisterie, parce qu’en fait, c’est la matière, les formes et les techniques de fabrication qui me font vibrer. Depuis plus d’un an, je suis cofondateur du Collectif Kopo dont le but est de permettre aux associés de partager les ressources, connaissances et visibilité. 

Un mot pour définir le type de travailleur que vous êtes...

Aventureux avec précaution.

Crédit photo: Annie Rossano

Crédit photo: Annie Rossano

Quels outils sont essentiels à votre vie? 

Ma vie d’ébéniste: Mon petit rabot Stanley, OnShape et Kijiji!

Ma vie quotidienne: Un peu de musique et de l’eau fraîche (ou qui fait des bulles sur une terrasse l’été avec des drôles de gens)

À quoi ressemble votre espace de travail? 

Bordélique, jusqu’à ce que je me tanne et que je me prenne un peu trop au sérieux. Dans ce cas, dégagé et les outils rangés si non utiles à la tâche présente. Autrement, j’ai toujours une ampoule à proximité pour bien voir la surface que je travaille, bien que ce soit difficile parfois dans les ateliers de l’école...

Qu’écoutez­-vous comme musique en travaillant?

C’est une question qui me laisse toujours un peu incertain... Au moins c’est pas «quel genre de musique écoutez-vous»! J’ai des phases qui changent plusieurs fois par jour. Avant les fêtes, c’était le rock un peu kitsch qui m’a permis de finir mes contrats à travers la fin de sessions, genre le dernier album de The War on Drugs ou Journée d’Amérique de Richard Séguin, haha! Depuis près d’un an, je reviens sans cesse à Old Man Luedecke, son banjo me transporte bin bin loin de Montréal... Sinon c’est Klezmer, électro, chanson, jazz, hip-hop et plaisirs coupables.

Crédit photo: Annie Rossano

Crédit photo: Annie Rossano

Qu’est-ce qui vous inspire à créer?

Presque rien... Puis finalement... Ce que je cherchais! Je fonctionne en essais et erreurs. Je m’inspire de l’architecture moderne et contemporaine, je lis sur des gens inspirants, je regarde des TEDTalks ou des TED-Ed, je fais la vaisselle et je laisse dériver mes pensées. Quand j’ai une amorce, je fais quelques sketchs et ensuite, comme je suis à l’aise avec les logiciels de dessin 3D, je modélise des formes. C’est plus rapide pour moi de recommencer une modélisation que de faire un beau dessin, d’autant plus que ce qui me tracasse souvent, ce sont les proportions, ce que je rate inévitablement à la main. Je demande toujours à ma copine ce qu’elle pense de ce que je fais. J’aime la critique, même si c’est parfois difficile à accepter. J’ai le débat facile, mettons...

D’où provient votre désir de travailler le bois? 

Papi André et ses petites goélettes, et Papi Claude et sa mécanique!  

Qu’est-ce que L’École d’Ébénisterie d’Art de Montréal vous a apporté? 

De la débrouillardise sur tous les plans. Le guide à Guy. Poursuivre un concept, mais pas trop. Imprimer des plans en vraie grandeur... Et plus, bien sûr!

Quels sont vos projets à venir?

1- Payer mes prêts et bourses.

2- Développer ma signature et Collectif Kopo avec mes associés.

ÉÉAM

site web | facebook

5445 avenue Lorimier -Montréal