Le Festival d'été de Québec: Une tradition musicale et écologique - Baron Mag
De plus en plus d’évènements culturels extérieurs désirent adopter des valeurs écoresponsables. Le Festival d’été de Québec (FEQ) dont la 51e édition débutera le 5 juillet en fait partie. Depuis 2008, ce grand festival de la province met en place différentes initiatives qu’on décortique pour une meilleure compréhension de cette position sociale.

Programme B

«On entend beaucoup parler des divers problèmes reliés à l'environnement et il est impossible d'ignorer ce problème d'envergure», déclare Kenza Bélaichouche, coordonnatrice à la promotion internationale du FEQ. «Étant conscients de la grande empreinte écologique engendrée par notre organisation, nous avons décidé d’agir.»

Parmi ses actions, depuis 2008, l’événement a établi un centre de tri optimisé pour mieux gérer la gestion des matières résiduelles sur les sites. Ce qui a permis d’ajouter le compostage en 2016. Le FEQ est aussi certifié, depuis 2014, carboneutre par Planetair grâce à la collaboration de Rio Tinto. 

Crédit photo: Sébastien Dion

«Pour être un évènement homologué carboneutre, il faut calculer et compenser l’ensemble de nos émissions de gaz à effet de serre généré par notre évènement en achetant des crédits-carbone forestier certifiées Gold standard par l’agence Planetair, explique Andy Thierry, coordonnateur marketing et commandites et responsable du comité vert. Ces crédits-carbone proviennent de projets de reboisement en zones urbaines et semi-urbaines au Québec.»

Prendre conscience de son impact

Les premiers concernés par ses initiatives sont les festivaliers qui sont aussi acteurs des changements souhaités par le Festival. «Nous avons remarqué que nos festivaliers sont de plus en plus conscients et sensibles de la façon dont ils consomment et de leur empreinte écologique, partage Madame Bélaichouche. Ils tentent de faire des efforts lorsqu'ils sont sur nos sites. Nous avons des bacs de recyclage sur place et les festivaliers font un effort pour garder leurs bouteilles de plastique ou canettes avec eux et de les jeter après les spectacles.»

Cela s’inscrit également dans une tendance autant pour les événements culturels que pour ceux qui les fréquentent. «Nous savons également que de nos jours, les amateurs de musique veulent des événements verts, que la sensibilisation au CO2 dans les festivals a beaucoup augmenté et que le vert est important lors de l'achat de billets. Cela influence le sentiment d’appartenance de beaucoup de festivaliers.»

Des défis pour la prochaine édition

Le Festival peut se dire sur une bonne lancée d’un point de vue écologique. Par exemple, selon Madame Bélaichouche, en 2017, le FEQ a compensé pour l’équivalent de 827,56 tonnes de CO2 générées et pour un total de 3715,44 tonnes depuis 2014. Soit l’équivalent de 6 hectares d’arbres replantés. Mais le travail ne s’arrête pas là.

«Nous aimerions continuer et pousser plus loin nos initiatives, par exemple, en aménageant une zone verte, totalement consacrée à un environnement écoresponsable, ajoute-t-elle. Nous aimerions y installer des jeux et des activités éducatives et interactives pour éduquer et donner le plus d’information possible à nos festivaliers et ainsi les sensibiliser davantage.» Ces défis ne seraient pas envisageables sans les partenariats financiers, logistiques et institutionnels.

Dans l’objectif d’être un événement durable, elle souligne qu’il n’y a pas que le côté environnement qui importe. Être un évènement durable ne se limite pas non plus qu’aux aspects écologiques et environnementaux. «Il faut également prendre conscience des deux autres aspects des initiatives durables, soit sociaux et économiques, déclare la coordonnatrice. Ce que nous développons également de plus en plus en nous associant à des causes.»

Pour connaître toutes les initiatives du FEQ Durable, ainsi que les partenaires, visitez le infofestival.com/FEQ/FEQ-durable.

Festival d'été de Québec 

Du 5 au 15 juillet 2018

Laissez-passer en vente au infofestival.com