Plusieurs expositions à visiter en mars et avril à Montréal - Baron Mag
Le printemps est presque à notre porte! Pour vous aider à patienter jusqu'aux beaux jours, on vous propose une quinzaine d'expositions aussi diverses que variées qui ont lieu en ce moment à Montréal afin de profiter de l'effervescence artistique de la ville, même par températures hivernales!

«E V E R Y D A Y» Hélène Cenedese à la Galerie C.O.A. Jusqu'au 21 avril.

Capture d’écran 2018-03-18 à 16.00.35

«Pour la première fois, la Galerie C.O.A présente une exposition solo de l’artiste montréalaise Hélène Cenedese. Articulée autour de puissantes impressions des espaces et des individus qu’elle croise, l’oeuvre de Hélène Cenedese propose une discussion axée sur son environnement. Certaines images, fort iconiques et symboliques, sont récurrentes dans son travail: on reconnait des profils de têtes, des maisons, abris et roulottes; des objets du quotidien tels un casque d’écoute ou une paire de pantalons. Le temps d’une exposition, elle livre sa relation à l’objet banal et commun comme porteur d’une mémoire vivante, et d’un lien social important. Sous la texture travaillée de ses oeuvres, elle nous offre une interprétation pudique d’un réel transfiguré.» galeriecoa.com

«At First I Thought I Was A Mannequin» Daniel Barrow au Centre Clark. Jusqu'au 7 avril.

calqnb01

«Le travail multidisciplinaire de Daniel Barrow, incluant entre autres l’installation, la sculpture, l’animation et les œuvres sur papier, prend racine dans une pratique quasi compulsive du dessin, un dessin foisonnant et excessif. Conviant des référents anachroniques, qui touchent autant l’esthétique du jeu vidéo vintage ou de la bande dessinée que la sombre théâtralité de l’époque victorienne, les œuvres de Barrow se donnent comme des constructions narratives dans lesquelles le langage, réel ou présumé, occupe une place prépondérante. Déjà, la pratique performative pour laquelle l’artiste est davantage connu, où celui-ci manipule ses dessins devant public en y ajoutant une narration, a fait émerger une voix tragi-comique d’une honnêteté entremêlée d’ironie qui se retrouve dans cette exposition.» centreclark.com

«Natural Gesture» Anne-Renée Hotte à la Galerie Trois Points. Jusqu'au 21 avril.

28685738_10155159108216105_4752400590381606993_n

«Ce récent travail s’intéresse à plusieurs formes de liens dans lesquelles la parole est absente et laisse place à un dialogue entre les corps. En isolant des gestes socialement codés, Anne-Renée Hotte explore dans un corpus vidéo la notion de comportement collectif et intime à travers un langage non verbal. Par une absence de narration, l’artiste nous transporte au plus près de ce rapport à l’autre, aux confins de ce frottement entre sphère sociale et intime. Qu’il soit amoureux dans un échange de baiser, performatif dans une pratique sportive ou encore bienveillant par le soin de l’autre, chacun de ces gestes est appréhendé par l’artiste d’une façon à la fois frontale et sensible.» galerietroispoints.com

«Visages d'Outremer» de FrancoKaraïbes à l'Écomusée du fier monde. Jusqu'au 25 mars.

28471370_1463162933806848_1585566109860699186_n

«Afin de pallier le manque de visibilité des Français des Outre Mer dans l’espace public FrancoKaraïbes présente Visages d’Outremer une exposition photos racontant une histoire collective d’immigration vers le Québec et Montréal via 9 ultramarin(e)s. Basé sur une approche documentaire, Visages d’Outremer est le portrait d’une collectivité, à travers son déracinement et de son enracinement dans son pays d’adoption. Pour ce 2e volet, FrancoKaraïbes à choisi la photographe Nytha Oronga pour la réalisation d’un triptyque présentant chaque ultramarin(e) sous 3 angles: identitaire, socioculturel et socio-économique.» francokaraibes.ca

«Autrement Dit…» Patrick Bérubé à la galerie Art Mûr. Jusqu'au 28 avril.

Capture d’écran 2018-03-18 à 15.30.19

«Autrement dit, nouvelle exposition solo de Patrick Bérubé à la galerie Art Mûr, nous propose une dérive au foisonnement baroque. L’artiste nous plonge dans une installation rejouant les codes d’un espace de travail all-included inspiré librement de la compagnie ACME, société fictive apparue dans l’univers Looney Tunes. Du grec, acmé signifie l’apogée, le point critique d’un propos ou d’une situation et désigne, dans la tragédie, le paroxysme du mal dont un personnage est atteint. Se tenant sur une fine ligne séparant le comique du tragique, l’installation de Bérubé est dense; la narration, faite de multiples couches. Il est question, tout à la fois, de désir de pouvoir et d’impuissance, du temps dans ses répétitions et ses immobilités.» Laure Bourgault/artmur.com

«Particules d'existence» au Centre Phi. Du 27 mars au 12 août.

Capture d’écran 2018-03-18 à 15.19.06

«Avez-vous déjà contemplé un ciel étoilé et sondé l’inconnu à la recherche d'un sens à la vie sur terre? La science et la technologie nous permettent désormais de plonger au cœur du cosmos et de ses mystères. Grâce aux nouvelles formes d’expériences narratives et à la réalité virtuelle, les visiteurs de Particules d’existence sont invités à explorer et à repousser les frontières invisibles de l'Espace, intérieur comme extérieur.» centre-phi.com

«Conversations | Montréal-Lyon» Julie Favreau, Isabelle Guimond, Tricia Middleton, Jean-Pierre Aubé, Noémi McComber, Guillaume Adjutor Provost, Thomas Bégin et Philippe Allard à la Galerie B-312. Du 5 avril au 26 mai.

b-312conversationsverticale

«Initié par les commissaires Marthe Carrier et Chloé Grondeau, la Galerie B-312 propose Conversations, un projet d'expositions au sein duquel Lyon et Montréal se rencontrent afin de mettre l'emphase sur les scènes de leurs villes respectives. Deux territoires et surtout deux bassins d'artistes jouissant d’une importante reconnaissance publique. Relevant d'une pluralité de médiums et d'un éventail d'artistes à différentes étapes de leur carrière, cette proposition transatlantique aura lieu en deux temps: au printemps 2018, Marthe Carrier et Chloé Grondeau investiront cinq espaces de diffusion avec une proposition curatoriale puisant au coeur de la création montréalaise. Bikini, La BF15, la Galerie Tator, la Factatory et Néon, avec la complicité de Moly Sabata, un centre de résidences d'artistes, accueilleront expositions individuelles et de groupe pour une mise en lumière d'artistes résidant outre-atlantique. En 2019, ce seront les diffuseurs lyonnais qui se déploieront sur le territoire montréalais.» galerieb312.ca

«Don't Blame Us If We Get Playful» Leyla Majeri à la Galerie de l'UQAM. Jusqu'au 14 avril.

blameus

«Se déployant au sol, l'exposition Don't Blame Us If We Get Playful propose un environnement dans lequel se brouillent deux pratiques qui, de manières distinctes et à différentes échelles, (re)négocient les limites de la matière. Papier, carton, plâtre et divers rebus y sont manipulés et mis en scène non pas pour prétendre à un jardin, mais bien pour en explorer les limites poreuses. Guidée par cette approche plurielle et spéculative, Leyla Majeri s'attarde aux intersections de l’imaginaire, de la nature et du politique, traçant en chemin leurs liens écologiques.» galerie.uqam.ca

«Terriens» Roger Aksadjuak, Shuvinai Ashoona, Pierre Aupilardjuk, Shary Boyle, Jessie Kenalogak, John Kurok, Leo Napayok à la Galerie de l'UQAM. Jusqu'au 14 avril.

2018_Terriens2_g

«La Galerie de l’UQAM accueille, dès le 10 mars, l’importante exposition Terriens, en tournée canadienne depuis sa présentation à la Fondation Esker de Calgary à l’hiver 2017. Réalisées individuellement et collectivement par sept artistes contemporains, dont six sont des artistes inuits, les céramiques et œuvres sur papier de Terriens puisent leur inspiration de la condition terrestre. Elles sont à la fois visionnaires, transformatives et d’un autre monde, mais aussi profondément humaines.» galerie.uqam.ca

«Wake, Girl» Ariane Fairlie à la galerie AVE - Arts Visuels Émergents. Jusqu'au 4 avril.

Invitation Image NEW

«Wake, Girl aborde les sentiments d'anxiété, de dépression, d'isolement, et est aussi une tentative d'échapper - ou de se réveiller - de ces sentiments à travers la peinture, l'impression et la photographie. La plupart des œuvres d'art de cette exposition ont été créées en hiver, et la lutte de l'artiste pour trouver l'inspiration dans une période si stérile est finalement devenue une impulsion pour son travail.» galerieave.ca

«Qui parle?/Who Speaks?» Jo-Anne Balcaen, Raymond Boisjoly, Moyra Davey, Suzy Lake, Isabelle Pauwels, Krista Belle Stewart et Ian Wallace à la Galerie Leonard & Bina Ellen. Jusqu'au 21 avril.

29103817_10155657803258992_1308765948934390823_n

«L’exposition rassemble une dizaine d’œuvres récemment acquises par la Galerie qui problématisent, sous différents angles et selon des modalités variées, le statut auctorial de l’artiste contemporain.e, sa discursivité et les multiples positions qu’il ou elle adopte en tant que «sujet parlant» dans sa pratique. Constituée de vidéos, de photographies et d’installations conceptuelles, mais aussi de textes et de documents connexes, cette exposition vise à mettre en lumière diverses manifestations directes et indirectes de l’identité langagière des artistes, et à questionner la pluralité d’autres voix (individuelles, socioculturelles, institutionnelles) avec lesquelles elle s’enchevêtre.» ellengallery.concordia.ca

«Les propriétés mathématiques d’un beigne» de Shanie Tomassini & «À perpétuité» de Karine Payette à CIRCA art actuel. Du 24 mars au 28 avril.

29186645_1194616653974588_2297842203704629172_n

«Shanie Tomassini aime bousculer l’intégrité de la matière, comme s’il fallait chaque fois éprouver la substance d’une forme pour s’assurer de sa nécessité, de sa cohérence et de sa réalité. Il y a dans sa pratique un délicat travail de sape qui cherche à ébranler les perceptions, à porter de subtiles atteintes au sens et à la forme des objets. Les propriétés mathématiques d’un beigne poursuit cette réflexion sur la confusion des sens à travers la déroute de la forme. 

Avec À perpétuité, l’artiste montréalaise Karine Payette poursuit sa réflexion entamée il y a quelques années autour des rapports complexes que l’humain entretient avec les autres espèces. Elle conjugue ici deux thèmes phares de sa pratique multidisciplinaire, soit l’habitat et et le vivant. Si l’univers domestique, les espaces de vie et l’incessante quête de (ré)confort ont formé un aspect majeur de sa démarche, cette installation cinétique constitue le point d’amorce d’un nouveau corpus tourné cette fois vers les environnements artificiels dans lesquels évoluent les animaux, comme les jardins zoologiques, les cirques et les animaleries.» événement facebook

«Partage et Héritage» Gilles Carle à la galerie Arsenal art contemporain. Du 31 mars au 13 avril.  

28276686_1609340672487286_6680653103423599505_n

«Chloé Sainte-Marie, muse et compagne du réalisateur québécois, souhaite offrir au public à travers cet accrochage une opportunité unique de plonger dans l’univers de Carle. Véritables témoins de sa vie, 400 dessins et acryliques sont réunis ici sous la forme d’un nouvel hommage, assurant la pérennité du patrimoine de l’artiste. Inspirées aussi bien de la caricature, de la bande dessinée, des dessins érotiques et satiriques que de mouvements emblématiques de l’histoire de l’art, ces oeuvres témoignent du souci de Gilles Carle d’immortaliser avec une même passion tout ce qu’il rencontre.» arsenalmontreal.com

«Sans Titre/Untitled» Pat Cantin à la Galerie Carte Blanche. Du 3 au 8 avril.

28783555_1640242479403084_2615941928343009038_n

«L'artiste Pat Cantin présente ses plus récentes créations. Baignant toujours dans le portrait, cette série se veut beaucoup plus mature et définie.» événement facebook

«Regard Animal» Ariane Bilodeau à Antidote Bouffe Végane. Du 30 mars au 30 avril.

Capture d’écran 2018-03-18 à 14.51.06

«Regard Animal, c’est une série de portraits et d’histoires d’animaux. Regardez des peintures vivantes et modernes tout en lisant des récits factuels – jamais moralisateurs – qui stimuleront la prise de conscience et la réflexion sur des pratiques et enjeux en lien avec le bien-être animal.» événement facebook