À l’approche du Printemps Nordique de la Place des Arts qui se tiendra du 4 au 29 avril prochain, Baron Mag a rencontré Christel Durand, fondatrice du premier festival scandinave montréalais FIKA(S) qui collabore à deux évènements musicaux au sein de la première édition du Printemps Nordique.

Programme B

En octobre dernier, on découvrait la programmation riche du Printemps Nordique, une manifestation pluridisciplinaire qui met en vedette les pratiques artistiques des pays tels que la Norvège, le Danemark, la Suède, l’Islande et la Finlande. Le volet musical a été pensé en collaboration avec le Festival Immersif de Kultur et d’Art Scandinave – le FIKA(S), et présente Ane Brun à la Maison Symphonique et Arvvas à la salle Claude-Léveillé.

La programmation du Printemps Nordique a été mise sur pied par la directrice de la programmation de la Place des Arts Clothilde Cardinal. «Ce que j’aime, c’est que son objectif était de créer son événement certes, mais de toujours collaborer, déclare Christel Durand. Là, ils collaborent avec FIKA(S) pour la musique, avec la Tohu pour le cirque, avec Danse Danse pour la danse. Elle voulait créer une association d’organismes culturels qui allaient mettre en avant les cultures nordiques.»

Christel Durand - Crédit photo: Rose Carine Henriquez

Christel Durand - Crédit photo: Rose Carine Henriquez

Et cette démarche de travailler ensemble ne peut qu’être positive pour FIKA(S), selon Mme Durand qui a lancé le festival en 2016. Celui-ci a connu deux éditions couronnées de succès et qui prouvent un intérêt grandissant pour la culture nordique.

D’ailleurs, c’est à partir de l’amour que porte Christel Durand à la musique nordique que FIKA(S) a pris forme pour ensuite s’ouvrir à plusieurs disciplines, toujours dans un esprit de découverte. «Je voulais un festival qui mette en avant le dialogue, affirme-t-elle. Donc, pas juste proposer des shows où les gens viennent et s’en vont. Je voulais vraiment qu’il y ait une partie d’échange, soit entre le public et les artistes. Notre ligne directrice était de toujours faire des évènements à taille humaine.»

Résonnance nordique au Québec

Il y a une part de hasard dans l’attrait grandissant pour les cultures scandinaves au Québec, pense Christel Durand. La synchronicité des choses a voulu qu’elle lance FIKA(S) dans une période de boum touristique vers l’Islande, par exemple. «Au niveau culturel, tout a explosé ces derniers temps. Après, est-ce que c’est une mode ou est-ce ça va durer? se questionne-t-elle. Quoi qu’il arrive, effet de mode ou pas, leurs paysages sont merveilleux, leurs artistes sont de très bons artistes et on veut créer un pont entre nos cultures.»

Sans être forcément identiques, des spécificités dans la manière de vivre nordique trouvent une certaine résonnance dans l’art de vivre québécois. Christel Durand souligne les longs mois d’hiver en commun. «Leur culture en elle-même est liée à avoir une qualité de vie qui se passe à l’intérieur, ajoute-t-elle. Et les pays scandinaves ont toujours servi d’exemples économiques et sociaux, et je trouve que le Québec est fait d’une façon où ils sont plus enclins à comprendre ce genre de mode de vie. Je crois qu’ils [les Québécois] se reconnaissent dans ces cultures qui mettent en avant le bien-être du citoyen.»

L’avenir de FIKA(S)

Durant le Printemps Nordique, FIKA(S) se situe dans ce qu’on appellerait une année «off», mais la réflexion entourant l’édition 2019 est déjà entamée. «Cette année nous permet de restructurer un peu FIKA(S) et de repartir sur des bases pour pouvoir grandir», explique Christel. Les souhaits sont la continuité de ce qui fonctionne déjà, entre autres poursuivre les tournées musicales dans différentes villes du Québec.

La directrice du festival insiste également sur le fait d’offrir une image juste des cultures nordiques. «C’est important pour FIKA(S) de toujours travailler avec des spécialistes des sujets donnés, car il est hors de question qu’on soit une espèce de vitrine imagée de la Scandinavie, note-t-elle. Il y a une honnêteté intellectuelle à avoir. Si on a une tribune pour s’exprimer, il ne faut pas dire n’importe quoi.» Et c’est l’une des choses qu’elle apprécie du Printemps Nordique qui offre des spectacles, mais aussi des conférences et des ateliers avec les acteurs du milieu.

FIKA(S)

Site web | Facebook | Instagram 

👉 Pour tous les détails de l'événement Printemps Nordique, c'est par ici