Tom Armand, illustrateur et motion designer

«Je dirais que se créer une atmosphère propice à sa bonne humeur pour moi c'est LA base. Que ce soit danser ou chanter (comme une casserole!) 20 minutes avant d'attaquer le boulot, se regarder un épisode de série, faire un jogging, ou autre.»
Author:
Publish date:
Social count:
466
Profil_Dess

Qui êtes-vous et quel est votre parcours?



Je m'appelle Tom Armand - alias Dess -, j'ai 25 ans et je suis illustrateur et motion designer. Je vis et travaille actuellement en banlieue parisienne. 

Alors malgré le fait que j'ai trouvé ce que je voulais faire assez tôt dans ma vie, je n'ai pas été si emballé que ça par les études que j'ai faites. Explications! 

Élève plutôt studieux jusqu'à la fin du collège, j'ai eu la chance de pouvoir intégrer dès la seconde une formation spécialisée dans les arts appliqués au lycée Jean-Pierre Vernant à Sèvres. Une chance, malgré le niveau d'exigence souhaité en terme de production. Je crois que les trois années qui ont suivi ont été les pires de ma scolarité! Beaucoup «se tirent dans les pattes» pour être le premier, la compétitivité n'a jamais été mon fort. Les professeurs n'aimaient pas mon comportement un peu nonchalant à l'égard des sujets qu'ils nous proposaient. 

Après l'obtention de mon bac, je me suis tourné vers des écoles de second choix, quand d'autres de ma promotion ont pu se voir retenus dans des écoles parisiennes réputées.

 J'enchaîne donc sur un BTS Communication visuelle option multimédia. Moins axé webdesign que ce que je pensais, je me rends compte que si je veux progresser il est impératif que je «m'autoforme» à tout un tas de logiciels utilisés dans le monde professionnel. Plus de libertés sur la direction des projets lancés, c'est exactement ce dont j'avais besoin pour me sentir à ma place: à mi-chemin entre liberté totale et rigueur scolaire. 



BTS en poche, je me rends bien compte que ce n'est qu'un bout de papier qui importe peu dans un monde où le recrutement commence à «2 années minimum d'expérience». Je décide donc de prendre une année pour moi, une année pour se focaliser sur ce qui me caractérise dans ce domaine, une année pour continuer d'élargir mes compétences sur logiciels. Une année aussi pour faire un service civique dans ma ville, me permettant de me familiariser avec un milieu professionnel sans avoir de sérieuses responsabilités pour autant. Cette expérience m'ayant aussi appris que j'avais la chance de pouvoir faire des études et qu'il fallait que j'en profite. 



8c9de748109643.588f3eb49b109

J'ai donc repris mes études, cette fois-ci en alternance. L'idée de pouvoir mettre à contribution ce que l'on apprend en formation au quotidien dans une agence, c'est assez gratifiant sur le point personnel. D'autant plus que mon bagage de connaissances accumulées depuis deux, trois ans commence à payer puisque je trouve enfin un moyen de les exploiter dans mes projets. À côté j'essaie de continuer de dessiner sur papier.

Deux ans s'écoulent et je me retrouve en possession d'un diplôme de motion designer. L'idée d'avoir un profil de «directeur artistique/chef de projet» comme on en voit un peu partout aujourd'hui me déplaisait dans le sens où l'aspect création et réalisation, le fait de mettre les mains dans le plat, répondre à des problématiques techniques étaient complètement absents et que, plus le temps passait, plus l'idée d'être indépendant se faisait sentir.

Votre emploi actuel?



Aujourd'hui je pense être autant motion designer qu'illustrateur. Même si aujourd'hui mon côté illustrateur est l'une des compétences que je souhaite mettre en avant, ça reste une passion et je n'ai pas encore trouvé l'opportunité de travailler sur des projets autres que des collaborations entre illustrateurs. Je suis indépendant depuis un an maintenant. Je bosse essentiellement avec des agences.

Dans quelle ville?

Partout où il y a un ordinateur ou un bout de papier, un stylo, une bombe de peinture! [rires]

Un mot pour définir quel type de travailleur vous êtes... 



Passionné. J'ai toujours pris du plaisir. Même dans les projets que je n'aimais pas spécialement sur le papier, j'ai toujours su l'amener vers des choses qui me plaisaient. Chose que j'aurais du comprendre plus jeune vu le plaisir que je prends aujourd'hui à travailler!

Quels outils sont essentiels à votre vie?



Adobe Photoshop sans contestation possible je pense. Dire que j'utilisais Photoshop 7, que j'avais 14 ans, que ça a été l'une de mes révélations pour poursuivre dans ce secteur d'activité à l'époque où je faisais mon stage en entreprise de 3ème.. [rires
]

À quoi ressemble votre espace de bureau ? 



Imaginez une tempête, des feuilles volantes, des numéros, des idées de futurs projets, des stylos un peu partout par terre, un grand bordel quoi! Mais j'adore quand il est bien rangé! [rires]

Bureau_Dess

Qu’écoutez­-vous comme musique en travaillant ?



Wow, mmh... J'adore la musique, en général. Ça dépend du projet, ça dépend du niveau de concentration dont j'ai besoin. Ça peut aller de quelque chose de plutôt classique comme «Ora - Ludovico Einaudi» à quelque chose de plus éclectique comme «Human - Sevdaliza» pour n'en citer que deux.

Avez­-vous une façon d’organiser vos journées pour optimiser votre travail?

Quand je bosse pour du pro, j'aime travailler d'une traite, envoyer mon boulot la nuit et me lever, avoir déjà un retour client dans mes mails et pouvoir attaquer directement après le petit-déj!

0b3ec747192423.58738e3333822

Quels trucs donneriez­-vous pour améliorer la productivité? 



Je dirais que se créer une atmosphère propice à sa bonne humeur pour moi c'est LA base. Que ce soit danser ou chanter (comme une casserole!) 20 minutes avant d'attaquer le boulot, se regarder un épisode de série, faire un jogging, ou autre.

Vous êtes meilleur que vos collègues de travail pour...

Agir, que ce soit pendant mes études ou en agence, je suis toujours le plus agacé par les formalités et l'organisation. Je n'ai qu'une hâte, c'est de commencer à poser des choses sur papier, stériles ou non.

Quel est le meilleur conseil qu’on vous ait donné? 



Le meilleur conseil que l'on m'ait donné me provient d'une amie qui m'a dit un jour: «Surtout n'accepte pas tous les projets qu'on te proposera» à l'époque où je ne savais pas trop ce dans quoi je m'embarquais en me lançant en solo. Elle se reconnaitra! [rires]

Quel est votre meilleur truc pour sauver du temps?



Être curieux de tout. Car c'est, pour moi, intimement lié au fait d'avoir de l'imagination, de créer, d'avancer, peu importe où ça nous mène, d'apprendre de nouvelles choses, d'évoluer, de déjà se focaliser sur demain.

Quelle est votre routine de début et de fin de journée ?

Au risque d'être un peu ringard, le matin j'dirais mon litre de thé vert, le soir une petite demi heure d'ASMR, ce sans quoi j'ai du mal à m'endormir. J'suis pas bien sur que je m'arrête de réfléchir quand je dors... (rires)

Mis à part votre ordinateur et votre téléphone, de quel gadget ne pouvez-­vous pas vous passer?



Mon GH4R (appareil photo et video) sans contestation. Quand on a l'opportunité de pouvoir «emprisonner» des instants que l'on vit grâce à un appareil, ce serait dommage de s'en priver! 

Tom Armand alias Dess

site web | facebook | instagram | behance