Rien ne vaut une bonne dose de culture pour combattre le froid hivernal! À travers la photographie, la peinture ou encore la projection vidéo, Baron vous sélectionne comme à son habitude une liste d'expositions qui vous donnera envie de consommer de l'art contemporain.

«ART THRPY» Mirov à la Galerie MainLine. Du 22 au 25 février.

28055881_145406952820174_4306447139617961733_n

«Mirov concentre son art autour de l’expérience humaine. Que ce soit dans ses toiles ou encore dans ses œuvres de street art, elle a toujours le même but : faire réfléchir et pousser plus loin le questionnement des gens envers leur propre nature, leur perception de soi, leurs peurs et leurs propres limites. ART THRPY explore la relation que l’on établit avec soi-même et la dualité qui y est centrale : on est à la fois notre allié le plus puissant, à la présence permanente, mais aussi (et surtout) notre ennemi potentiel le plus destructeur. 

Avec son exposition, Mirov invite les spectateurs à se confronter à leur propre personne dans une exploration de leur connexion à soi et de la nature de leur dialogue intérieur. Ce que l’elle propose, c’est que l’ultime obstacle à conquérir, c’est nous-même.» immirov.com / événement facebook

«Du dessin à l’objet» Sébastien Gaudette à la galerie AVE - Arts Visuels Émergents. Du 15 février au 7 mars.

Affiche_560x312

«Fasciné par le papier, Sébastien Gaudette oriente son processus de création autour de l’illusion, de la matière et du geste. Ses oeuvres sont le résultat d’une transformation partant du dessin vers la sculpture. L’exposition rassemblera un corpus d’oeuvres sur le thème du papier réalisées ces trois dernières années.» Galerieave.ca / événement facebook

«Pool of Plenty» Michelle Bui à la Galerie de l'UQAM. Jusqu'au 3 mars.

27459707_10156404181462590_3692979869622958718_n

«Michelle Bui s’intéresse à la relation ténue, parfois difficile, mais toujours symbiotique entre culture et commerce. Désormais omniprésente dans notre expérience visuelle, cette relation s’incarne de manière prépondérante dans notre rapport à la culture matérielle. Les objets accumulés et consommés, tant par un individu que par une société, véhiculent énormément d'informations liées à notre identité. 

L’exposition Pool of Plenty rassemble des œuvres photographiques qui tapissent les murs de la galerie telles des affiches publicitaires. Utilisant avec aisance le langage ornemental et décoratif du domaine de la publicité, Michelle Bui surpasse le spectacle visuel et s’engage dans un travail qui aiguise aussi le sens du toucher et de l’odorat.» Galerie.uqam.ca / événement facebook

«The Curtain Sweeps Down»  Erdem Taşdelen à VOX, centre de l'image contemporaine. Du 14 février au 31 mars.

Erdem_Tasdelem_1000x714

«La première exposition individuelle d’Erdem Taşdelen à Montréal explore les implications sociopolitiques de l’histoire entourant Genç Kızlar, une œuvre littéraire publiée en Turquie en 1950. Paru sous le pseudonyme de Vincent Ewing, ce roman en langue turque était en réalité l’œuvre d’une jeune femme de 21 ans, Nihal Yeğinobali, qui avait auparavant traduit plusieurs livres de l’anglais au turc, mais qui elle-même n’en avait jamais écrit. 

Regroupant œuvres sonores, photographies, peintures et textes, le projet de Tasdelen explore les répercussions sociopolitiques de «Genç Kizlar», une œuvre littéraire publiée en Turquie en 1950 sous le couvert d'une fausse identité.» Centrevox.caévénement facebook

«Lost Love» Eve Tagny à Never Apart. Jusqu'au 7 avril. 

EveTagny_Premonition-1280x647

«La prémisse du livre Lost Love est l’histoire d’un amour naissant, abruptement interrompu par le suicide d’un des partenaires. À partir de cette expérience personnelle ancrée dans un contexte de violence sociale héritée, cette oeuvre offre une méditation sur les effets d’une telle perte, ainsi que sur le processus de deuil et de guérison qui en découle. Lost Love est le résultat d’un parcours de deuil, empli d’un amalgame d’actes de commémoration d’un amour disparu. Le suicide et le trauma étant des ruptures du cycle naturel, le défi des survivants est de trouver des voies de résilience afin de le restaurer.» Neverapart.com

📸 Découvrez nos photos du vernissage des expos hivernales de Never Apart! 📸

«Cover to Cover» Ho Tam à la galerie Articule. Jusqu'au 11 mars.

hotam_0

«Cover to Cover est une petite exposition de l’ensemble de la pratique de publications de Ho Tam. HOTAM et POSER sont deux projets. HOTAM est un projet éponyme d’autopublication d’une série de livres utilisant le format du magazine, chaque numéro étant un projet indépendant qui explore à la fois la forme et les contenus. Similaire en format, POSER est une série de livres de photographies instantanées. L’exposition Cover to Cover porte sur l’artiste derrière la lentille - en tant que voyageur ou étranger qui photographie d’autres voyageurs et personnes en transit.» Articule.org / événement facebook

«Out Of Sight» Lynda Gaudreau à la Galerie Leonard et Bina Ellen (Université de Concordia). Jusqu'au 17 février.

PHL6346

«OUT OF SIGHT c’est l’histoire de la création d’une exposition qui continue de se développer. OUT OF SIGHT s’intéresse à ce qui est en dehors de notre champ de vision, mais qui pourtant agit activement sur notre perception. 

La série OUT de Lynda Gaudreau a été amorcée en 2009. Elle explore ce qui n’entre pas dans un système, le « misfit », la marge et l’excentricité esthétique, politique et sociale. Déjà en 2010, la Galerie invitait Gaudreau à réaliser le projet OUT OF GRACE entre la chorégraphie et l’art visuel où le corps vivant occupait sur cinq semaines les cinq espaces de la Galerie en parallèle avec l’évolution d’œuvres visuelles.» Ellengallery.concordia.ca

«Faux climats» Noémie Weinstein à la Maison des arts de Laval. Du 18 février au 22 avril.

27540487_1724467774280004_1024542782704973136_n

«L'exposition Faux climats rassemble des aquarelles et des huiles sur toiles réalisées à partir d'images capturées dans les parcs zoologiques. Cette recherche, axée sur les dispositifs de sécurité utilisés pour maintenir les animaux en captivité, a mené l'artiste à réfléchir sur certains éléments qui sont le plus souvent camouflés afin de générer une mise en scène, une fausse représentation de la liberté. C'est ce jeu de dissimulation architecturale, et la composition de paysages factices, qui composent les peintures de cette exposition. 

À travers ce corpus d'oeuvres, Noémie Weinstein cherche à mettre en évidence le caractère paradoxalement troublant de ces environnements artificiels, qui sont délibérément conçus dans une perspective d'illusion autant chez le visiteur que chez l'animal.» Laval.ca événement facebook

«Thinking About A Picture» Scott McFarland à la Galerie Division. Jusqu'au 3 mars.

division

«Galerie Division est fière de présenter Thinking About A Picture du photographe torontois Scott McFarland. Dans cette deuxième exposition solo à la galerie, l'artiste présente trois récentes séries d'œuvres: Sky Leaks, Lens Cleaning et Santa Anita.

Chaque série subvertit à sa manière les conventions de la photographie. Dans Santa Anita, l'aspect narratif est voilé, ainsi que toute représentation nette des chevaux et leurs cavaliers. Dans Sky Leaks, la redoutée lumière qui rend les films irrécupérables devient en soi le sujet de l'œuvre. Finalement, dans Lens Cleaning, plutôt que d'éliminer la poussière, McFarland édifie les débris trouvés en les réintégrant dans son processus de création. Dans chacune des séries, l'artiste, ses outils et ses expériences personnelles se font vivement sentir, ce qui nous fait prendre conscience de toutes les manipulations et des nombreuses successions d'étapes dont l'art photographique est composé.» Galeriedivision.com

Julien Laperriere au Livart. Jusqu'au 21 février.

Livart

«Une exposition qui explore la dualité intrigante des forces qui s’opposent et se complètent, alors que les sujets nous renvoient des images dans lesquelles s’allient puissance et vulnérabilité. Le reflet d’un l’équilibre fragile où coexistent le mystère, l’abandon et l’authenticité de l’inattendu.» Lelivart.comévénement facebook 

«Earth sea sky constellations for my relations _ » Hannah Claus à MAI (Montréal, arts interculturels). Du 15 février au 17 mars.

19990489_1481766115202287_1036834591687349288_n

«Dans cette exposition, Hannah Claus met en relief la relation entre divers éléments qui façonnent notre univers. L’installation «chant pour l’eau», un voile imposant et complexe composé de fils et d’images numériques, reproduit les formes d’onde d’un chant mi’kmaq. Union entre voix, eau et chant, cette œuvre est inspirée par les principes intrinsèques des kahion:ni, ou ceintures wampum, dans lesquelles s’amalgament la mer et le ciel.

Artiste visuelle d’origines anglaise et kanien’kehà:ka (mohawk) habitant Tiohtià:ke (Montréal), Hannah Claus utilise dans ses installations différents processus et matériaux pour aborder les thèmes de la mémoire et de la transformation d’une perspective autochtone.» M-a-i.qc.ca / événement facebook 

«Naissance à rebours» Bill Viola à DHC/ART. Jusqu'au 11 mars.

22773433_10155949126348319_995654093_n

«Connu comme un pionnier de la vidéo, Bill Viola a une carrière qui s’étend sur plus de quarante années. Monobandes et installations vidéo, environnements sonores, performances musicales électroniques et émissions de télévision: dans son œuvre, il sonde des thèmes universels comme la vie, la mort, l’éveil de la conscience, l’esprit et la condition humaine. La présentation à DHC/ART réunit quatre œuvres vidéo sur écrans plats, soit The Return (2007), Ancestors (2012), Walking on the Edge (2012) et The Encounter (2012), de même qu’une œuvre projetée intitulée Ascension (2000).» Dhc-art.org

«Buveurs de quintessences» Fortner Anderson, Steve Bates, Marie-Claire Blais, Olivia Boudreau, Claude Closky, Marie Cool Fabio Balducci, Alexandre David, Adriana Disman, Kitty Kraus, Stéphane La Rue, Kelly Mark et János Sugár à la Fonderie Darling. Du 22 février au 6 mai.

27655104_2068299620118010_5312644033385937936_n

«Cette exposition collective réunit les œuvres de douze artistes autour de la notion de vide en art. Motivées à la fois par un geste critique et par une quête d'absolu, ces œuvres minimales questionnent d'une part le statut d'auteur et d'objet d'art, ainsi que le lieu d'exposition. Elles cherchent d'autre part à transcender la matérialité, à stimuler une perception au-delà du regard.» Fonderiedarling.org / événement facebook

«Avant le numérique» Michel Campeau au Musée McCord. Du 16 février au 6 mai. 

mccord-campeau-web-1320x480-fr-1

«Le photographe montréalais, Michel Campeau (1948), porte un regard subjectif et sentimental sur la culture matérielle héritée de la photographie avant le numérique. Ses images de chambres noires et ses collections de photos anonymes des années 1950 rendent hommage à la grande famille des photographes amateurs, dans laquelle le visiteur se reconnaîtra.» Musee-mccord.qc.ca

👉 Découvrez nos photos du vernissage!

«Fantômes» Olivier Tétreault à la galerie Artgang Montréal. Du 9 au 23 février.

19642482_320521568437228_3649188611456418104_n

«L’exposition photographique Fantômes est le fruit d’un long travail entrepris par Olivier Tétreault datant de sa collaboration au tournage du film documentaire Manoir réalisé par Martin Fournier et Pier-Luc Latulippe.» Artgangmontreal / événement facebook

«Traces du passé, images du présent» Gilles Boisvert à la Galerie Bernard. Jusqu'au 17 mars.

27331853_1557236857693787_7325197052547500837_n

«Les œuvres graphiques et abstraites de 1960 à 2017 présentées dans le cadre de cette exposition, témoignent de la fructueuse carrière de l’artiste peintre. Boisvert nous trace ainsi l’évolution de son incomparable et unique style qu’il n’a cessé de parfaire depuis plus de 50 ans. Dans cette exposition, il y a un lien indéniable entre les œuvres anciennes et les plus récentes. La virtuosité du geste et du trait graphique de l’artiste est en constante confrontation avec la surface à peindre en plus d’avoir perpétuellement cette fougueuse convoitise à outrepasser les limites imposées par celle-ci.

Par des traits fins, rebelles et des couleurs éclatées, l’œuvre de Boisvert provoque le sentiment d’une totale liberté. Elle ouvre à l’interprétation subjective, profonde et sensible où le spectateur se laisse inlassablement porter dans une évasion contemplative.» Galeriebernard / événement facebook