Depuis quelques années, les marchés d’artisans et autres magasins pop-up fleurissent et gagnent de l’ampleur. Internet et les réseaux sociaux ont également permis la réussite de plusieurs petites entreprises, artistes et entrepreneurs locaux. Et tout cela combiné accroît fortement notre tendance à l’achat local. Car plutôt que d’arpenter la rue Sainte-Catherine à la recherche d’un produit fabriqué de l’autre côté du globe, pourquoi ne pas regarder du côté de ceux qui produisent eux-mêmes et surtout ici? À l’approche de l’effervescent temps des fêtes, nous sommes allés questionner plusieurs entrepreneur-es québécois-es concernant leur préparation lors de ce moment charnière de l’année. Une série d'entrevues qui réfléchit et se réjouit!

Nous avons lancé l’invitation à plusieurs artisans issus de domaines distincts afin qu’ils nous parlent de leur réalité. On avait envie de leur donner la parole concernant les enjeux d'une consommation locale réfléchie, qui peine encore malheureusement à concurrencer les multinationales.

Marie-Elaine Guay, soucieuse de sensibiliser le public, a été la première entrepreneure à se prêter au jeu. C’est elle qui se cache derrière la confection et toute la gestion logistique des produits biologiques et naturels Skog. Non seulement acheter des produits de soin corporels locaux a un impact sur l’économie des petites entreprises québécoises, mais également sur la santé du corps et celle de l'environnement. 

Crédit: Valérie Poulin

Crédit: Valérie Poulin

Comment appréhendes-tu l'arrivée des fêtes pour la conception de tes produits?

Skog, c'est une petite compagnie et je fabrique tout toute seule. Puisque ça fait 3 ans que je participe à la grande foire d'artisans Puces Pop, je connais à peu près les quantités dont j'ai besoin. Et même si j'en ai de trop, je reçois énormément de commandes en ligne alors ce n'est pas perdu. Je suis assez organisée, je me prépare un échéancier hebdomadaire qui m'aide à y voir plus clair et à me garder disciplinée. Puisque je travaille de la maison, c'est facile d'être distraite!

Est-ce que Noël est ta plus grosse période d’achalandage et de revenus?

Absolument, et je crois que c'est le cas pour la plupart des artisans locaux. Les points de vente nous font une liste de ce dont ils ont besoin comme stock, et il y a aussi les commandes en ligne pour les cadeaux de Noel, ceux de nos amis, et les marchés de Noël.

Participes-tu à différents marchés de Noël d’artisans? 

Je sais que beaucoup d'artisans font TOUS les marchés des fêtes. Personnellement, j'ai une approche différente. Je me connais, je ne suis pas très «business», ni «people», ni «vendeuse» et je connais mes limites. Mes trois jours entiers à Puces Pop me conviennent, et ça me prend une semaine à m'en remettre parce que c'est beaucoup de gens, de conversations, d'explications, et même si j'adore ça, je reste quand même assez sauvage dans mon approche! J'ai un besoin viscéral de silence et d'espace dans la vie. Faque, je fais seulement deux ou trois marchés, that's it

Depuis une couple d'années, tu me diras ce que tu en penses, mais j'ai l'impression que les gens achètent davantage de produits locaux conçus par des artisans et/ou artistes du Québec...

Je suis totalement d'accord, la mentalité commence à changer. Les gens retournent à la source, mangent bio, achètent local, consomment des produits naturels et de l'art local. MAIS il y a encore beaucoup d'éducation à faire. Il y a encore plus du 3/4 de la population qui achète n'importe quoi à la pharmacie, sans regarder les ingrédients, sans s'intéresser à ce qu'ils ingèrent ou appliquent sur leur peau. C'est pour ça qu'on est là, pour leur parler et divulguer notre mission.

Les marchés d’artisans se multiplient de plus en plus, période de fêtes ou pas. Est-ce que ça change la donne pour les artisans d’avoir ces événements pop-up là?

Les foires et les marchés sont primordiaux à l'émancipation et la survie des petites entreprises. Skog a d’ailleurs commencé comme ça, même avant que j'aie mes points de vente! Pour ma part, j’en fais environ 3 ou 4 par année.

Est-ce que tu réalises beaucoup de ventes grâce à ta boutique en ligne également?

Oui, c'est clair. Mon compte Instagram aide aussi beaucoup à mes ventes en ligne. Ça rappelle à mes clients que j'existe, et aux gens qui me connaissent moins de voir mon quotidien et l'authenticité de Skog.

Dans ton domaine, la cosmétologie, est-ce que les gens ont tendance à acheter local ou plutôt à se tourner vers les grosses compagnies? (On imagine aisément la réponse d'ailleurs!)

Je vais y aller avec un exemple: le shampoing. Les gens, depuis qu'ils sont jeunes, sont habitués à ce qu'un shampoing mousse (composition à 50% et + d'agent moussant) et que ça sente longtemps (fixateur de parfum, parfums, agent stabilisateurs). Alors, lorsqu'ils vont vers le naturel, ils ont un choc et ça les déstabilise, ça les sort de leur zone de confort. Mais la vérité c'est que la texture à laquelle ils sont habitués, et je l'étais aussi, est irritante. Souvent, on nous vend un rêve avec «vous resplendirez!», genre. Mais la vérité, c'est que TU RESPLENDIS DÉJÀ. Je crois donc qu'il y encore beaucoup d'éducation, avec douceur et respect, à faire, mais ça part de soi. 

Ça part de s'aimer assez pour mettre de côté la bullshit de la publicité qui vient avec les produits de «beauté». Ça part de se respecter assez pour prendre le temps de CONNAÎTRE ce qu'on achète, et savoir d'où ça vient, quels ingrédients sont utilisés. Ça part de cesser d'être un robot et de commencer à se poser des questions!

web1200_MG_4070

Enfin, pourquoi acheter local? Quels sont les avantages et les répercussions?

L'achat local a un impact direct sur l'environnement. Il y a peu ou pas de transport donc moins de pollution. Les artisans locaux fabriquent leurs produits avec des matières d'ici, donc on encourage souvent plus qu'une petite entreprise. On permet à des gens de notre ville ou province de vivre de leur art, tout en se faisant le cadeau de consommer des produits de qualité, faits avec amour, sans contribuer au système capitaliste des multinationales qui ne veulent que s'en mettre plein les poches. On crée de l'emploi tout en arrivant à répondre à nos besoins, de manière écoresponsable. Moi j'trouve ça beau en estie!

Skog - produits naturels et biologiques

site web | facebook | instagram