Les 29 et 30 juillet prochains se tiendra pour la première fois à Montréal la finale de la troisième édition du championnat de Formule E, le Hydro-Québec Montréal ePrix. Le circuit de voitures électriques passera en plein centre-ville et promet d’être un événement compétitif mais également interactif et familial.

Programme B

« Ça va être un beau parcours de 2,75 km, beaucoup plus large que ce qu’on a pu voir du côté de New York la fin de semaine dernière », indique Patrick Carpentier, ex-pilote automobile professionnel et porte-parole de l’événement à Montréal. En effet, 20 pilotes vont concourir sur un circuit rectangulaire qui débutera et terminera sur le boulevard René-Lévesque, et se situera aux alentours de Radio-Canada. Le parcours établi dans l’arrondissement de Ville-Marie, qui contient 14 virages, a été spécialement imaginé pour ces deux journées de finale. « C’est la première fois de l’histoire à Montréal où on voit un parcours de ce type dans les rues », ajoute-t-il.

Légèrement moins bruyantes et beaucoup moins polluantes que les automobiles de Formule 1, les voitures électriques de course sont encore relativement méconnues. « Les gens ont la perception que l'électrique est moins impressionnant, mais ces voitures-là atteignent les 220, 225 km/h, et en pleine ville c’est vraiment une expérience! continue M. Carpentier qui se passionne pour ce type de course automobile depuis quelques temps. À force de faire des recherches sur la construction des voitures et de travailler pour RDS, je m’y suis vraiment intéressé. Je trouve que c’est un réel avancement comparativement à la voiture à essence, c’est l’avenir. »

serveimage

D’ailleurs, le porte-parole indique que les manufacturiers automobiles y portent un intérêt grandissant. « Audi, BMW, Renault, Jaguar sont déjà dans le championnat, mais j’ai vu que Mercedes et Porsche pourraient possiblement entrer dans l'électrique aussi. »

En plus de la compétition, plusieurs activités seront offertes au public pour ce premier volet montréalais. Une zone-famille Hydro-Québec prévoit des activités pour les plus petits, tandis qu’une zone jeux accueillera un mur d’escalade, des jeux vidéo géants, des expériences de réalité virtuelle et autres simulateurs de pilotage. Plus familiale que la Formule 1 avec ses podiums situés sur la scène principale, la course offrira ainsi au public une proximité avec les pilotes.

L’événement se veut également une manière de démocratiser l’électrique et ses potentiels, puisque plusieurs innovations québécoises en matière d’électrification des transports seront présentées dans la zone Innovation Montréal c’est électrique, dont les projets Téo Taxi et Communauto. Les participants auront aussi l’occasion d’essayer des voitures et VUS à motorisation électrique. Enfin, concerts, breakdance et acrobaties en BMX viendront rythmer le week-end de course. « Cet événement implique davantage le public, se félicite M. Carpentier. Les gens pourront aussi voter pour leur pilote préféré et trois pilotes obtiendront plus de puissance selon ces votes, on appelle ça le «fan boost», c’est assez interactif! »

La ville a signé une entente de trois ans afin de faire revenir le championnat en sol montréalais. Le porte-parole se montre confiant quant à l’avenir de la discipline et voit la popularisation de l’électrique comme une avancée importante. « Dans le cadre du 375e anniversaire de Montréal c’est une belle initiative d’accueillir ça chez nous. Déjà que des taxis plus écologiques s’en viennent, c’est le fun de voir que ça fonctionne, il faut encourager ce mouvement. »

Les épreuves du samedi 29 juillet et du dimanche 30 sont d’autant plus importantes qu’à l’issue de la fin de semaine, la Formule E connaîtra le grand gagnant de son championnat pour la saison 2016-2017. « Ça devrait se jouer entre le Suisse Sébastien Buemi et le Brésilien Lucas di Grassi », relève-t-il. Ces deux pilotes occupent respectivement la première et la deuxième place présentement. 

Hydro-Québec Montréal ePrix

Les 29 et 30 juillet à Montréal