Raphaël Potvin, agent de spectacle chez Coyote Records - Baron Mag

Raphaël Potvin, agent de spectacle chez Coyote Records

«Je pense que le changement est naturel dans la vie, il faut seulement savoir s'adapter. Je pense qu'on met peut-être trop l'emphase sur le négatif relié à tous ces bouleversements en oubliant le positif.»
Author:
Publish date:
Social count:
6
Raphaël Potvin (1er à partir de la gauche) au sein de la formation Caravane.

Raphaël Potvin (1er à partir de la gauche) au sein de la formation Caravane.

Qui êtes-vous et quel est votre parcours?

Je m'appelle Raphaël Potvin et je suis agent de spectacles chez Coyote Records. Je suis également bassiste pour la formation Caravane. J'ai commencé à jouer de la musique à l'âge de 15 ans au sein du groupe punk The Hunters. Nous avons enregistré 3 albums et parcouru les routes du Canada, des États-Unis et de l'Europe pendant une dizaine d'années. Nous avons ensuite commencé à écrire des chansons en français et en 2014 est né Caravane, projet avec lequel j'ai enregistré 2 albums. Suite à toutes ces expériences, j'ai commencé à travailler chez Coyote l'an dernier.

Parlez-nous de Coyote Records et de votre activité au sein de l'étiquette.

Coyote Records est une maison de disque qui est née il y a déjà plus de 10 ans. À travers le temps, la boîte s'est forgée une bonne réputation dans le milieu en lançant des albums marquants d'artistes tel que Karim Ouellet, Klô Pelgag, Claude Bégin, Antoine Corriveau, Laurence Nerbonne, etc. Le volet spectacles est venu complémenter l'aspect disque il y a environ deux ans. Tranquillement, nous tentons de bâtir une agence qui deviendra, nous l'espérons, aussi prestigieuse que la maison de disque elle-même.

Est-ce que votre activité a changé par rapport aux années précédentes?

Il s'agit de ma deuxième année alors c'est encore assez difficile d'évaluer!

Comment est-ce que vous ressentez la crise de l'industrie musicale et comment est-ce que vous la confrontez, quelles sont les solutions que vous y apportez?

Je pense que tout le monde, artistes et professionnels de l'industrie, ressent la crise à différents niveaux. Par contre, étant jeune et n'ayant jamais connus «les belles années», pour ma part, faire de la musique et/ou graviter autour de cette dernière a toujours été une passion, voire une vocation. Ça n'a jamais été facile, mais ça toujours été plaisant. Je pense que le changement est naturel dans la vie, il faut seulement savoir s'adapter. Je pense qu'on met peut-être trop l'emphase sur le négatif relié à tous ces bouleversements en oubliant le positif. Et ce n'est pas en faisant cela qu'on va avancer.

Qu’est-ce que vous souhaitez trouver à un événement comme les Rendez-vous Pros des Francos?

Étant donné que je suis relativement nouveau dans l'industrie professionnelle, je cherche seulement à rencontrer des gens.