Combien BIXI a-t-il coûté aux Montréalais?

Author:
Publish date:
Social count:
10

Le système de vélos en libre-service BIXI va bientôt entamer sa neuvième saison. Depuis sa création au printemps 2009, BIXI a survécu grâce aux fonds publics. Quelle est la facture pour les contribuables montréalais? Si l’objectif était de favoriser l’usage du vélo et le transport actif, les fonds affectés à ce service auraient-ils pu être mieux dépensés?

De 2009 au début de 2014, la Société de vélo en libre-service (SVLS), un organisme sans but lucratif, était chargée d’exploiter les trois secteurs d’activités de BIXI : la gestion du système de vélos, la vente du système BIXI et des équipements à l’international, et les services de centre d’appels(1).

La SVLS a rapidement connu des problèmes financiers. En juin 2011, Montréal lui a accordé un prêt de 37 millions $. La Ville s’est aussi portée garante pour une marge de crédit de 11 millions $. En dépit de ce soutien, la SVLS avait accumulé des pertes totalisant plus de 22 millions $ à la fin de 2013. En janvier 2014, Montréal décidait de placer l’organisme sous la protection de la Loi sur la faillite. Le solde du prêt et de la marge de crédit totalisait alors 38,2 millions $, dont la Ville était ultimement responsable(2).

Lors de la faillite de la SVLS, Montréal a hérité du volet montréalais de BIXI et vendu son volet international à un entrepreneur privé pour 4 millions $. Après le remboursement de la marge de crédit par la Ville, le déboursé total de cette première phase pour les contribuables montréalais a donc été d’environ 34,2 millions(3). La suite sur iedm.org