Le festival d'art urbain Amalgam a fêté cette année sa 5 année. Prenant place pendant 2 jours en août au centre-ville de Sherbrooke, il s’est fait petit à petit une place parmi les grands.

S’il a débuté modestement, principalement avec des artistes de Sherbrooke et des environs, il est connu aujourd’hui pour être parmi les 3 plus grands événements du genre au Québec, accueillant des noms bien connus de la scène locale et montréalaise.

Ce festival, cofondé par Vincent Cloutier et Guillaume Cabana, et organisé en collaboration avec le Comité Tags et graffitis de la Ville de Sherbrooke et la Boutik MTN Sherbrooke, se décrit comme un festival d'art urbain. Mais Amalgam est tellement plus que ça.

Le festival ne fait pas nécessairement courir les foules. Pas encore en tout cas.

Il y a bien un certain nombre de curieux locaux qui viennent se promener au cœur du festival, sous l’échangeur du viaduc des Grandes-Fourches, en visitant festival de bouffes de rue Bouffe ton Centro qui a son siège une rue plus haut sur Welllington Nord. On y voit également de nombreuses familles venues profiter de l’animation comprenant danse, cirque de rue et musique animant le site principal.

Il y a aussi les amateurs d’art qui visitent la galerie temporaire, où étaient exposées cette année une cinquantaine d'œuvres autour de la pièce maîtresse, création de l’artiste Vincent Arnold.

Pièce de Vincent Arnold pour le 5e anniversaire. - Crédit photo: Nickie Robinson

Pièce de Vincent Arnold pour le 5e anniversaire. - Crédit photo: Nickie Robinson

Amalgam fait surtout courir les artistes de partout au Québec et même d’ailleurs. Ceux-ci proviennent d’horizons bien différents: il y a bien sûr des muralistes, des graffeurs, mais également des tatoueurs, des illustrateurs et des graphistes qui y viennent de plus en plus nombreux à chaque année pour se partager les murs.

Cette année, plus d’une cinquantaine d’artistes s’y étaient donnés rendez-vous. Les Montréalais ArtGang MTL et leurs amis, Axe Lalime et Monk.e (2 membres de K6A), Bryan Beyung, Hsix, Jaber, Les Hommes de lettres, Mono Sourcil et Stare étaient de la fête.

Axe Lalime (K6A) et Vincent Cloutier (cofondateur) - Crédit photo: Nickie Robinson

Axe Lalime (K6A) et Vincent Cloutier (cofondateur) - Crédit photo: Nickie Robinson

Le duo 123Klan y sont venus en famille avec leurs 2 enfants (Cléo et Aiik) pour la réalisation d’une murale familiale.

Le Klan 123: Klor et Scien (123Klan), Cléo et Aiik (123Kids) - Crédit photo: Nickie Robinson

Le Klan 123: Klor et Scien (123Klan), Cléo et Aiik (123Kids) - Crédit photo: Nickie Robinson

Ils étaient tous entourés de plusieurs membres et amis du « crew » local 203: Arnold et Borrrris (oui, oui 4 « r »), Bosny, Janek, Heseke, Lyf3r, Naimo et Scribe. Ainsi que des artistes nationaux et internationaux comme Debza (France), Esprit (Suisse), SbuOne (France), Snikrdbs et Marc Sirus (Ottawa).

Sans parler de Cyrielle Tremblay (de retour du Mexique), Eric « Flying », Mister Crocks, MP Plante et Gaby Roy, Murène et de nombreux autres artistes, dont 2 jeunes bien prometteurs du crew AK (Alphabet’s Killer).

Amalgam, c’est un MOMENT unique.

- C’est un moment de partage où une communauté de bénévoles accueille les artistes à bras ouverts, les loge et leur cuisine même de bons petits plats.

- C’est un moment de simplicité où les artistes, peu importe leur statut social, acceptent de coucher dans un Airbnb pas très luxueux, à même le sol d’une shop de tattoo, ou même dans leur camion.

- C’est un moment de camaraderie où les artistes se retrouvent simplement entre eux.

Klor (123Klan) et Monk.e - Crédit photo: Nickie Robinson

Klor (123Klan) et Monk.e - Crédit photo: Nickie Robinson

- C’est un moment de complicité où les jeunes et moins jeunes artistes de tous genres ont l’opportunité de côtoyer les grands de la scène, de prendre conseils et exemples, mais aussi de parler simplement, rire avec eux dans une ambiance vraiment spéciale.

Stare dessinant dans le cahier d’un jeune admirateur - Crédit photo: Nickie Robinson

Stare dessinant dans le cahier d’un jeune admirateur - Crédit photo: Nickie Robinson

- C’est un moment de folie où les bruits des bombes aérosol se combinent à la musique des DJs et chanteurs invités, aux chants des artistes, aux éclats de rire et même aux danses improvisées.

Petite danse de Scribe du haut de son échafaud - Crédit photo: Nickie Robinson

Petite danse de Scribe du haut de son échafaud - Crédit photo: Nickie Robinson

Mais avant tout Amalgam, c’est surtout un moment de plaisir.

Les artistes y viennent principalement pour peindre pour eux. Pas pour le public, pas pour la gloire et surtout pas pour un salaire. Mais juste pour leur plaisir.

Et le nôtre bien sûr.