JEAN LELOUP : L’amour est sans pitié en vinyle - Baron Mag

JEAN LELOUP : L’amour est sans pitié en vinyle

Author:
Publish date:

C’est le Bicentenaire de la naissance de Frankenstein! En l’honneur de l’événement,L’amour est sans pitié sera édité en vinyle pour la première fois.

Leloup a pleuré de joie. Jamais aucun format data ne lui aura donné la joie du sillon creusé, de la musique sculptée par le stylo de diamant sur la surface noire d’encre du bakélite. On se souvient que L’amour est sans pitié était sorti juste après l’annonce de la Suprématie du Binaire.



Flashback: En 85, Jean Leloup, ainsi que tous les Rockers du Temps qui Passe regardaient avec honte le nouveau format, le CD de plastique, minuscule, fragile, qui trônait misérablement sur la table. Autour, sur les murs, les magnifiques vinyles, tableaux de maîtres aux proportions splendides, voués à la disparition… « Nous ne pourrons plus lever l’aiguille et en égratigner la surface. Nous ne pourrons plus le lancer en frisbee les soirs de pleine lune. Nous ne pourrons plus pinner la pochette sur le mur et lancer des dards dessus. Nous n’allons plus jamais voir les montagnes russes de nos riffs favoris. »
Les fabricants de vinyles, ruinés, laissaient leurs machines à l’abandon. Mais une poignée de farouches guerriers organisaient déjà dans l’ombre la Vengeance des Sillons. Ils ramassèrent les presses dans les ordures, les retapèrent, cousant les morceaux, clouant les parties de l’une sur l’autre. Ci-dessous, la première Imprimeuse à Vinyle retapée en 1987. Remarquez l’étroite ressemblance avec le monstre célèbre, qui lui valu son surnom. Qui osera à présent affronter la suprématie des disques sillonnés? Remarquez la réaction de iTunes au moment de la rencontre avec Frankst Prometteur! 

Le vinyle est une sculpture aux proportions parfaites. Tel la roue qui d’abord fut octogonale, puis ovale jusqu’à sa forme ronde, il s’est développé sur des siècles pour en arriver à cet assemblage de matériaux et de formes saisissant, dont la poésie mystérieuse s’apparente à celle des pyramides. Alliant le carré parfait du carton double-tressage à l’imprimé sculptural des sillons délicats sur le disque mince et rigide, les proportions, les matériaux, le poids, forment un ensemble parfaitement équilibré, à l’image du système solaire, dont chaque planète concourt à l’élégance de l’ensemble. Le sourire de la Joconde est à l’art ce que le vinyle est à la musique, dirions-nous. Depuis quelques années, tandis que pâlit le CD, les boutiques refleurissent du format d’Or. Frankst fonctionne à plein régime. Sa mâchoire précise imprime deux tonnes de disques par jour, en une mastication continuelle. Le Sauvage a pleuré en apprenant la nouvelle: pour le Bicentenaire tous ses albums vont enfin comparaître dans le format Noble.

Bientôt Le dôme, mais pour commencer, le Jour des vinyles.

SOURCE: AUDIOGRAM