Next d'Infopresse: Nous sommes tous une (excellente) histoire - Baron Mag

Next d'Infopresse: Nous sommes tous une (excellente) histoire

Author:
Publish date:

Avec la soirée Next qui avait lieu hier, Infopresse a frappé dans le mille: une formule rythmée où neuf conférenciers au parcours varié ont su se livrer de manière authentique, touchante, parfois drôle, parfois très intense, en un deux heures bien rodé. Récit d'une soirée inspirante (et photos au bas de l'article). 

Dans une arène lumineuse, entourés de toutes parts par les spectacteurs, c'est à un ballet au tempo irréprochable et à la scénographie ingénieuse auquel on a pu assister dans la 5e salle de la Place des Arts hier. On vous résume ici ce qui a retenu notre attention pour chacune des interventions.

C'est à Ody Giroux qu'est revenue la tâche de briser la glace. Fondatrice de Spirituelles à Montréal, la femme d'affaires s'est exprimée sur sa pratique de la méditation et des bénéfices ressentis. Selon elle, le plus beau cadeau qu'on peut faire à son entourage est de lui offrir son attention complète, cadeau que l'assistance lui également offert puisque les téléphones étaient déconseillés pour la soirée. Après une courte séance de méditation guidée, elle a terminé en disant: « Chaque fois que vous allez faire le silence, chaque fois que vous allez essayer de méditer, ce ne sera jamais des heures perdues. »

Cath Laporte, directrice artistique qui a fait ses armes chez Sid Lee, d'abord à Montréal puis à Amsterdam, a raconté son parcours au sein du café qu'elle a cofondé, TRUST, dont le principe moteur est "Come as you are, pay as you feel". De ce modèle d'affaires singulier, elle a « pris goût à partager et pas à vendre nécessairement », et a « trouvé le bonheur en partageant le bonheur ». Elle a déploré qu'il soit actuellement « plus facile de montrer sa force et ses fesses que sa vulnérabilité et son coeur », et souhaite que plus d'énergie soit mise dans les écoles à aider les jeunes à trouver leur essence et ce qui les rend heureux. Un plaidoyer qui a trouvé écho dans l'assistance.

L'artiste suivant, Jacques Poulin-Denis, a donné une belle leçon de résilience à travers une conférence-performance. Fondateur de la compagnie Grand Poney, qui depuis 2009 incorpore la danse, le théâtre et la musique, il a démontré que malgré un accident où il a perdu une dent et son pied droit, qu'il n'a « jamais retrouvé », il a réussi à se tailler une place dans la discipline qui le passionne, la danse. La résilience, selon lui, se pratique volontairement et accidentellement. L'incertitude, la faiblesse et le doute sont au rendez-vous dans ce processus qui comporte une série de choix. Une belle découverte, devenue coup de coeur instantanément.

Le Dr. Irwin Adam Eydelnant a suivi, en nous présentant ses réflexions et expérimentations sur la nourriture. « À travers la nourriture, on connecte les uns avec les autres, on se raconte des histoires, on brise des barrières », a-t-il affirmé, l'amenant à la conclusion que la nourriture est le premier réseau social, celui que tout le monde comprend. Ses expériences sur la dégustation de liquide sous forme nuageuse, qu'il a réussi à mettre en place dans ses laboratoires, nous a beaucoup intrigué.

Alexandre Robert, issu de la famille Croteau qui détient la chaine de boutiques l'Aubainerie, (anciennement les magasins Croteau), a livré un discours empreint d'énergie et d'authenticité. Son motto "if you go, you get", appliqué à toutes les sphères de sa vie, lui a valu de nombreux succès, comme une association entre l'Aubainerie et le coureur Bruny Surin ou encore avec Véronique Cloutier. « Des fois, les opportunités viennent à nous. Oui c'est vrai, le if you go you get il faut courir après, mais des fois, c'est les opportunités qui se présentent, et on les refusent. Pour les mêmes raisons: on a peur, on veut pas, on se sent pas à la hauteur. Mais au fond, il faut foncer! » Compris?

Sortant de trois mois d'isolation à composer son prochain album, David Giguère remplaçait à pied levé La Bronze. En plus d'interpréter trois pièces de son répertoire, le chanteur et comédien a lancé: « Donnez-vous le droit à l'erreur, lâchez prise et crissez vous patience. » Des conseils tout à fait complémentaires à ceux d'Ody Giroux en ouverture.

Le personnage le plus flamboyant de la soirée était sans doute Erick Giasson, l'autoproclamé « yogi de Wall Street », ancien financier abonné aux malchances, maintenant propriétaire du studio de yoga Wanderlust. Avec toute sa fougue, il a raconté son parcours et ses accès mégalomanes, son « petit trio de malchance assez intéressant » (une presque faillite lorsque la valeur de ses investissements massifs chez Nortel s'effondre, suivi d'un cancer puis de la rupture d'avec la mère de ses enfants pour un de ses amis, deux années particulièrement mouvementées), son entrée dans le yoga avec l'attitude combative d'un Ironman, et le nouvel équilibre qu'il a fini par trouver, à mi-chemin entre sa tête et son coeur. Tout un personnage.

A suivi Sophie Boulanger, fondatrice de la lunetterie en ligne Bonlook. Après avoir parlé de l'environnement involontaire (majoritairement familial) et volontaire qui sculptent notre appétit pour l'entrepreneuriat, elle a partagé sa maxime préférée, "Better done than perfect" (qu'elle traduit par Mieux vaut fait que parfait). « Ce n'est vraiment pas la glorification de botcher les choses, a-t-elle rectifié. Il faut accepter l'imperfection, et c'est pas à pas qu'on finit par accomplir quelque chose de grand. »

La partie conférence de la soirée s'est conclue avec le rappeur Samian, un autre moment fort de la soirée. Après avoir présenté sa plus grande peur et son plus grand rêve, et sondé des gens au hasard parmi la foule sur les leurs, il a conclu en disant: « Ce soir, vous avez deux choix: soit que vous nourrissez vos rêves, soit que vous nourrissez vos peurs. »

En attendant de choisir, c'est la Guilde culinaire qui a nourri les estomacs dans un flamboyant cocktail post-conférence. Mention à la scénographie signée Gabriel Poirier-Galarneau et à l'identité graphique intelligente de Nouvelle Administration. Tout cela donne très hâte à la prochaine édition.

Next
d'Infopresse