Le jeu productif

Author:
Publish date:

Jouer pour être plus productif? Jouer pour être plus créatif! Si on a démontré plus d’une fois l’intérêt du jeu dans les techniques d’apprentissage chez les enfants, on oublie trop souvent que, même chez l’adulte, le jeu peut jouer un rôle important dans notre développement. Pour bien des grands, jouer peut sembler une perte de temps, un investissement improductif. Par contre, bien des créatifs ont su démontrer les bienfaits du jeu sur la créativité et l’innovation. Qu’est-ce qui se cache derrière ce lien entre jeu et créativité?

Bien sûr, il existe une multitude de types de jeu: jeu de rôle, de société, sportif, etc. mais on remarque un point commun à la plupart de ces derniers: le jeu permet de nous engager de manière tactile; on fabrique ou bricole des trucs, on s’échange des objets, on en déplace d’autres, bref, il permet de sortir de la relation écran/clavier et nous permet de s’activer autrement et d’entrer en relation avec notre environnement. Au final, s’il design avec l’aide d’outils informatiques, le designer design bien souvent des objets ou environnements qui seront appelés à être vécus de manière tactile.

Jouer, c’est se mettre en situation d’immersion. Qu’on soit compétitif ou qu’on joue pour le plaisir, le jeu a la faculté de nous faire oublier nos préoccupations, de faire tomber nos gardes et ainsi nous permettre de plonger dans un tout autre contexte. Lorsque le jeu se termine et qu’on revient à notre contexte habituel de travail ou de création, on retrouve ce dernier avec un œil nouveau. Le simple fait d’avoir laissé nos tâches habituelles pour un moment permet de les mettre en perspective.

Le jeu suscite l’émotion. En situation de jeu, on s’abandonne, on met tout son cœur, on rit, on se passionne, on explore, on découvre, on se retrouve surpris. Bref, le jeu permet de passer par toute une gamme de ressentis. C’est d’ailleurs, à la base, un des objectifs principaux des créatifs: susciter l’émotion et la passion chez leurs clients ou les utilisateurs de leur design. Le jeu permet donc de raviver cette sensibilité à l’exploration et à la surprise qu’on perd parfois, par habitude, dans notre travail. Jouer, c’est aussi prendre des risques, pour ceux qui ont l’habitude d’être plus prudents et conservateurs, il peut s’agir d’une belle opportunité de se mouiller davantage. Après tout, il n’y a pas trop de stress à perdre au jeu, on ne s’en formalise pas trop!

Des jeux, ça prend des règles. Le créatif, dans son travail, doit également composer avec plusieurs contraintes, que ce soit au niveau de la réglementation ou encore des contraintes de son client. Il est constamment appelé à développer des solutions et des stratégies pour composer avec ces dernières. Le jeu permet de s’exercer à ce niveau. Même si on élabore une stratégie en vue de remporter une partie de jeu de société ou autre, il n’en demeure pas moins qu’on donne à notre esprit matière à réflexion et qu’on le challenge.

Au-delà des nombreux liens qu’on peut faire entre le jeu et le travail du créatif, le jeu est avant tout un moyen de connecter et d’échanger. Les jeux d’équipe, qu’ils aient un lien ou non avec le boulot, permettent aux gens de mieux se connaître. Souvent dans des situations de jeu, comme on s’y engage pleinement, certaines barrières contextuelles relatives au travail tombent et on se laisse aller davantage à montrer notre vraie nature. Si le jeu peut sembler être improductif sur le plan pécuniaire, on se rend compte qu’il amène une foule d’avantages créatifs et sociaux qui, au final, risquent de rendre l’équipe plus productive, tout en ayant du plaisir.

» Consulter les archives de la chronique Créatique