Devenir propriétaire: astuces et défis pour travailleurs autonomes

Author:
Publish date:

Pour les autres, devenir propriétaire? Si les travailleurs autonomes ont souvent cette impression, l'accès à la propriété est néanmoins chose possible avec un peu de planification et de rigueur budgétaire. Baron a demandé à deux propriétaires des conseils pour qui veut bien les suivre dans le monde de l'immobilier.

Économiser pour la mise de fond
Pour n'importe qui, travailleur autonome ou pas, obtenir une hypothèque passe par l'évaluation des revenus, du dossier de crédit et du taux d'endettement. Là où le bât peut blesser pour les travailleurs autonomes, c'est que leurs revenus ne sont pas garantis. Les banques peuvent se montrer frileuses lorsque les revenus fluctuent beaucoup d'année en année, d'où l'intérêt d'avoir une bonne mise de fond. Autre avantage à ne pas négliger: une bonne mise de fond diminue soit le montant des mensualités, soit la durée sur laquelle celles-ci seront payées, parfois les deux.

Deux conseils qui vont de pair avec une bonne mise de fond mais qu'il ne faudrait pas oublier pour autant: éliminer ses dettes et soigner ses revenus.

Déterminer un montant pour des mensualités confortables
L'un des pièges qui guettent les propriétaires est de choisir une maison au-dessus de son budget et de se retrouver pris avec des mensualités difficiles à payer. « On aurait pu se permettre plus cher, mais je ne voulais pas avoir une trop grosse hypothèque, parce qu'après ça tu es pogné » raconte Maxime Pilon, directeur photo travaillant à son compte. Avec sa copine Maude Miron Bilodeau, il a fait l'acquisition d'une maison unifamiliale à Longueuil en mars dernier. « Tu acceptes des contrats qui sont moins intéressants parce qu'ils sont payants, mais tu es un peu moins libre. »

Pour Natacha Castonguay, entrepreneure, et son copain Nicolas Beaupré, restaurateur, le montant qu'ils pouvaient payer chaque mois avait été soigneusement calculé: « On savait ce qu'on avait comme argent comme mise de fond, et on savait ce qu'on était prêts à payer par mois », dit-elle. Eux aussi ont opté pour une maison sur la Rive-Sud, à Greenfield Park.

Les défis

Trouver une banque qui veut vous accorder un prêt
Si pour certains, cette partie est facile, pour d'autres, il faudra magasiner davantage. Natacha et Nicolas ont passé à deux doigts de devoir se faire endosser par les parents de ce dernier... eux aussi travailleurs autonomes en architecture! Pour Maxime, obtenir un prêt hypothécaire n'a pas été difficile. « On avait 20% de mise de fond, ça devait aider », confie-t-il.

Localisation
« Montréal, c'était hors de question pour nous, il n'y avait rien en bas de 450 000$ », raconte Natacha. Il faut dire qu'avec une famille de bientôt 4 enfants, le nombre de chambres était un facteur important et restrictif dans le choix de maison du couple. Dans nos exemples, chacun des couples propriétaires ont fait l'acquisition d'une propriété sur la Rive-Sud, près du pont. Dans certains cas, rester sur l'île est un critère non-négociable. Il faut dans ce cas rester à l'affût des nouvelles arrivées sur le marché, ou opter pour un condo.

Les avantages d'être travailleur autonome

Être disponible pour les offres intéressantes et les visites
« Comme on a plus de temps et qu'on n'a pas un horaire régulier, on peut chercher n'importe quand les maisons » explique Maxime. « S'il y en a une nouvelle qui arrive sur le marché, on peut réagir plus vite que quelqu'un d'autre. On est capable d'aller visiter dans une heure. » Un avantage concurrentiel quand on sait que certaines maisons dans des quartiers recherchés restent affichées moins d'une journée.

Avoir du temps pour les rénovations
Avoir des talents manuels et du temps, c'est une combinaison qui vaut son pesant d'or. « Je trouve que le travailleur autonome a intérêt à faire ça: acheter quelque chose à rénover, pas quelque chose de clé-en-main », raconte Maxime. « Parce que justement, ce qui est cher dans les rénovations, c'est la main-d'oeuvre. Entre les contrats, j'avais plein de temps pour faire de la job manuelle: enlever les divisions par exemple. »

Pouvoir mettre une partie de son hypothèque dans ses dépenses
« L'avantage pour les travailleurs autonomes, c'est qu'on peut mettre une partie de l'hypothèque dans nos dépenses », conseille Maxime. Comme quoi être travailleur autonome ne comporte pas que des désavantages lorsqu'il est question de devenir propriétaire.