« C’est la jungle: une sélection naturelle va se faire. » - Marie-France Pépin, fondatrice et directrice de Westing

Author:
Publish date:

» Archives de la chronique Dans les coulisses…

Dans le milieu musical depuis une vingtaine d'années, Marie-France Pépin a tout d'abord travaillé dans la production d'événements. Tout d'abord comme agente de spectacles chez Pierre Gravel International, pour ensuite être à son compte. Après être passée par les bureaux de L-A be, où elle a travaillé avec son bon ami Louis-Armand Bombardier, le directeur de la boîte de développement culturel, Pépin a lancé Westing à la fin septembre. Et c’est quoi cette nouvelle compagnie? Une entreprise basée sur la musique, qui offre des services de tournées, gérance, organisation d’événements et de consultation.

Celle qui garde de forts liens avec L-A be sait exactement où elle s’en va avec ce nouveau venu de l’industrie musicale. Parce que si elle se lance dans une nouvelle aventure, Marie-France Pépin a toutefois ses nombreuses années d’expérience pour l’appuyer. « Westing est en fait le résultat de ma passion pour la musique et de mon grand désir de partager mes découvertes. J’en ai fait un travail. Je veux aider les artistes à avancer, à percer. Je veux les aider à arriver où ils veulent aller. »

Pépin compte maintenant dans son écurie plusieurs artistes: Éric Goulet, Navert, Sunrise and Good People, Beat Market et quelques autres. Tous des coups de cœur. « Plus ça va, plus il y a des artistes qui m'approchent pour que je les représente. Mais j'y vais vraiment au coup de cœur. Et pour moi, ça se passe dans les trente secondes. C'est comme pour Sunrise and Good People: j'en étais à 10 secondes d’une chanson et je savais que je voulais travailler avec ce groupe. » Pourquoi? « C’est un feeling. Un bon instinct. Je suis profondément de gauche... Quand j'ai essayé d'aller à droite, parce que parfois on n'a pas trop le choix, la vie m'a ramenée à gauche assez vite. Et regarde aujourd'hui, je travaille encore avec une gang de punks! Je travaille avec des gens qui sortent des sentiers battus… Qui me ressemblent finalement! »

« Une chance que les blogues sont là! »

Même si elle travaille avec des équipes de presse – Royale Électrique, Mauvaise influence, Six Media et autres – la fondatrice de Westing a porté attention aux multiples mutations de la couverture médiatique. « Une chance que les blogues sont là! C’est le choc des générations! La moyenne d’âge des gens qui ont des blogues ou des webzines est plutôt basse. Les plus jeunes sont beaucoup sur le web. Ce sont les nouveaux venus! Tout se déroule sur ces plateformes. Si la couverture web n’était pas là, on ferait vraiment dur! »

Un nouveau modèle à suivre, les blogues et les webzines? « Les médias traditionnels traitent vraiment différemment l’information. J’ai l’impression qu’ils ont réalisé qu’ils manquaient le bateau, qu’il y avait de beaux talents dans la musique plus underground. Parce que s’ils ne s’adaptent pas, ils vont mourir. »

« Il y a plus d’artistes, mais pas plus de public. »

En plus de soulever la montée des nouvelles formes médiatiques, Pépin souligne les problèmes que le virage numérique a créés du côté des artistes. « Il y a une énorme augmentation de l’offre. Il y a plus d’artistes, mais pas plus de public. Avant, il fallait se battre contre 100 artistes, maintenant c’est plus de 1000! S’il y avait un gros spectacle en une fin de semaine il y a quelques années, maintenant il y en a vingt-cinq. C’est la jungle: une sélection naturelle va se faire. Il vaut mieux être solide pour réussir. »

Si Pépin croit qu’il est possible de réussir en faisant cavalier seul, elle insiste sur l’importance de s’entourer des bonnes personnes. « Faites-vous conseiller. Vraiment. C’est important de trouver un mentor, un conseiller. Prenez votre temps aussi. Je comprends le sentiment d’urgence, mais elle peut vous pousser à prendre de mauvaises décisions. Surtout, écrivez d’excellentes chansons! »