Les hipsters libanais en ont marre d'être pris pour des terroristes

Author:
Publish date:
Social count:
0

C’est dur d’être un hipster à Beyrouth. Et pas seulement à cause de l’entretien méticuleux que nécessite une belle barbe. Une journaliste de la radio publique américaine NPR a traîné dans un quartier branché de l’Est de la ville, et les hipsters barbus lui ont tous raconté la même chose: ils en ont assez d’être pris pour des terroristes. Un des jeunes interviewés travaille comme barman, ce qui est en général incompatible avec des convictions islamistes. Le problème, c’est que pour aller au travail, il doit passer par un checkpoint de police, et il est constamment stoppé et fouillé. C'est tellement pénible qu'il songe sérieusement à se raser (même s'il avoue que sa barbe est «comme sa copine»).  Lire la suite sur slate.fr