Beaux Dégâts : un concours grivois pour les arts de la rue

Author:
Publish date:
Beaux Dégâts : un concours grivois pour les arts de la rue

La 22e édition de Beaux Dégâts a eu lieu juste avant d’Under Pressure, le 6 août 2014. La soirée « presque mensuelle », qui a quitté les murs du Fresh Paint Gallery pour élire domicile aux Foufounes Électriques, permet à une poignée d’artistes de créer des murales dans une ambiance conviviale. Pour cette édition, Beaux Dégâts s’associait avec le festival de graffiti montréalais, Under Pressure.

Le 6 août, aux Foufounes Électriques, six équipes d’artistes ont déployé leurs talents devant les yeux ébahis de 350 personnes. Après avoir tiré un thème au sort, les participants avaient seulement deux heures pour produire une œuvre et se faire élire par le public. Pour voter pour leur équipe préférée, les gens devaient jeter leurs canettes de bière dans la « poubelle » placée devant la murale de leur choix. Le groupe récoltant le plus de canettes remportait les honneurs. L’alcool coulait donc à flot, démocratie oblige.


Beaux Dégâts : un concours grivois pour les arts de la rue

Parmi les six équipes, il y avait Woodland Créature, composée d'Osmoze, Mc Baldassari et Aude Guivarc'h ; le groupe YO YO GROS qui rassemblait MonstR, LSNR et Okies ; Les deux artistes d’HoarKor Jonathan Himsworth et Shane Watt ; le Mash up Club composé d'Oram 79 et de Malcolm Pinnel ; et enfin, la team d’anaphylaxie regroupait Marc-André Giguère et Kristofer Dompierre.

Adrien Fumex, gestionnaire du projet, explique que « l’idée [de Beaux Dégâts], c’est de faire un évènement pour promouvoir le festival Under Pressure. On a commencé par brainstormer avec plusieurs bénévoles et chacun est arrivé avec son idée : improvisation, donner des thèmes à la dernière minute, détruire les œuvres après leur création et un système de vote original. Au final, ça a marché dès la première soirée, donc on a décidé de la produire tous les deux ou trois mois ».

Pour Sterling Downey, le fondateur du festival Under Pressure, « le but de l’événement, c’est de faire du réseautage, rigoler avec les visiteurs et aussi autofinancer le festival Under Pressure. Il permet aussi de faire de la publicité pour Under Pressure, vu que Beaux Dégâts se produit souvent. Ça reste dans l’esprit des visiteurs et, quand le festival arrive, au mois d’août, les gens sont déjà motivés et prêts à participer ».

Beaux Dégâts : un concours grivois pour les arts de la rue

Bilan de la 22e édition de Beaux Dégâts : Woodland Créature a amassé le plus grand nombre de canettes.