Zoofest 2014 : une fan finie au Harry Potter Show

Author:
Publish date:
Social count:
2

Une nouveauté très convoitée cette année au Zoofest, Le Harry Potter Show invite les moldus à prendre part à l'univers d'Harry Potter pour un spectacle d'humour unique dans lequel des humoristes qui auraient tout donné pour aller à Poudlard défilent devant vous dans un heureux mélange de sketchs et de stand-up

Je dois d'abord dire que pour moi l'idée de faire un show d'humour sur Harry Potter c'est probablement la meilleure idée depuis l'invention du feu (OK non, mais c'est pour dire que des attentes, j'en avais). Et je ne suis visiblement pas la seule que ça titille de la sorte parce que la petite salle des Katacombes était remplie à rebord; il y avait du monde au balcon et pas un siège de libre dans la place. Comme la plupart des humoristes qui ont défilé sur scène (mis à part l'intrus Yannick de Martino à qui on pardonnerait n'importe quoi parce que quand il ouvre la bouche, on rit), j'ai grandi avec Harry. Harry Potter pour moi, c'est la Bible. Des histoires où chercher des réponses et du réconfort.

C'est le fun de se retrouver entre tripeux d'Harry Potter. C'est le même feeling que quand j'allais faire la file à minuit dans une librairie avec des inconnus parce que je ne pouvais pas attendre plus longtemps avant de mettre la main sur le nouveau tome des aventures de mon sorcier favori. Tu te sens en famille. Mais la famille ce n’est pas nécessairement le public le plus facile. La famille, ça ne rit pas de tes jokes plates. Puis faut le dire, ils y en avaient quelques-unes, par-ci par-là.

C’est un spectacle inégal et un peu garroché auquel nous convient ces jeunes humoristes de la relève (dont la chouchou Katherine Levac, récemment sacrée grande gagnante d’En route vers mon premier gala, qui vole le spectacle en confessant son aversion profonde pour Cho Chang sur le ton qu’on lui connaît). Au final, c’est le plaisir fou et très visible qu’ils ont à citer cet univers fantastique qui vient sauver le tout. Mention spéciale à François Tousignant dont l’enthousiasme est contagieux. On le croit quand il dit qu’aujourd’hui encore, à 24 ans, il laisse la fenêtre ouverte au cas où un hibou lui apporterait enfin sa lettre d’acceptation à Poudlard. On le croit parce qu’on fait pareil.

Malgré plusieurs bonnes idées, une ambiance impeccable (grâce surtout à la voix de Dumbledore qui introduit chaque numéro et à l’omniprésence du Choixpeau magique) et juste assez de blagues incontournables aux dépens de Poufsouffle, on a parfois l’impression d’entendre les mêmes blagues sexuelles ou raciales qu’on nous rabâche toujours sauf qu’on y a intégré (en forçant un peu par moments) des références à l’oeuvre de la très grande (immense) J.K. Rowling.

C’est une première mouture et l’idée est indéniablement bonne. Reste à la travailler un peu mieux.

À voir, si vous arrivez à mettre la main sur un billet, aux Katacombes le 18 et le 20 juillet.