Qu'il est bon de vivre à Montréal en tant qu'artiste

Author:
Publish date:
Social count:
115

Lundi, le 14 juillet, la sixième édition de la conférence Off the Record, organisée par la galerie Fresh Paint, a réuni quatre artistes d’origine étrangère, aujourd’hui établis à Montréal : Jonathan Himsworth, Chris Dyer, Adida Fallen Angel, MC Baldassari venant respectivement d’Angleterre, du Pérou, d’Israël et de France. Le panel avait pour but d’établir un comparatif entre les milieux artistique d’ici et d’ailleurs. Durant l’évènement, les quatre invités ont donné des conseils, souvent tirés de leur propre expérience, pour réussir en tant qu’artiste et vivre de sa passion. Si vous avez raté ça, on y était pour vous.

L’avant Montréal

Les quatre artistes ont d’abord évoqué leur passé avant d’arriver à Montréal, d’un point de vue professionnel et artistique. Ils ont relaté les différentes façons dont l’art s’exprime dans leur pays, comment il est perçu par la population…

Adida Khavous a parlé d’art israélien. Il a expliqué que lorsqu’il y vivait, l’art de rue véhiculait beaucoup de messages haineux envers la population locale, à cause des différentes tensions qui perdurent au pays.

Chris Dyer, qui vient du Pérou, a expliqué que lorsqu’il était dans son pays natal, l’art de rue était surtout exercé par des gangs qui laissaient leur marque grâce à des messages politiques.

L’Anglais Jonathan Himsworth a remarqué que, lorsqu’il habitait en Angleterre, il était très difficile de se faire une place dans le monde de l’art, car les habitants ne laissaient pas de chance aux nouveaux artistes sous prétexte que toutes les possibilités ont été exploitées et qu’il n’est pas judicieux d’exercer un art similaire à autrui.

La française MC Baldassari a fait preuve d’honnêteté en avouant ne pas s’être vraiment intéressée à l’art français, car elle a surtout trouvé sa voie à Montréal.

L’influence artistique de Montréal

Ensuite, à tour de rôle, ils sont exprimés en quoi le fait d’avoir immigré à Montréal a changé leur façon d’exercer leur art et leur inspiration. Tous ont évoqué la grande qualité de vie montréalaise. Le fait d’évoluer avec des personnes sociables et ouvertes, ainsi que la possibilité de travailler avec des artistes reconnus, leur a beaucoup apporté. Grâce à leur rencontre et à la perspective d’avenir qu’offre Montréal, les artistes sont comblés. En effet, ils ont expliqué que la métropole québécoise est riche en évènements artistiques et en projets en tous genres, qui offrent la possibilité aux artistes de se montrer pour exprimer leur art en public. Les Montréalais sont sensibles à l’art, car il se trouve partout.

Par la suite, la plupart des artistes ont évoqué l’hiver montréalais. Ils expliquent qu’il est bénéfique pour leur art, car pendant la longue période de froid, ils sont enfermés chez eux et n’ont qu’une chose à faire : créer.

Tous ont été comblés et ne regrettent pas leur choix de s’installer dans la plus grande ville du Québec. Comme quoi Montréal continuerait de s’affirmer comme une ville à vocation culturelle.