Maxwell : le soul dans le sang

Author:
Publish date:
Social count:
2
best-bet-albums-maxwell-650-430

logo-programmeb

Celui qu'on nomme parfois le fils spirituel de Marvin Gaye se produira au Festival de Jazz le 6 juillet prochain. L'un des artistes-phares du mouvement musical neo-soul, un terme inventé par le directeur de Motown de l'époque, Kedar Massenburg, à la fin des années 1990 pour décrire le genre de musique de Maxwell et de ses compatriotes Erykah Badu et D'Angelo, en sera à sa première visite.

Le chanteur qui vante les bienfaits de l'amour monogame est né à Brooklyn en 1973 et commence sa carrière musicale avec un contrat avec Columbia à l'âge de 21 ans, en 1994. L'album, intitulé Maxwell's Urban Hang Suite, parait finalement en 1996. Pour ce premier opus, Maxwell est entouré de collaborateurs de choix, notamment Leon War, qui a co-écrit plusieurs des pièces de l'icône de la soul Motown Marvin Gaye en 1976 pour l'album I Want You, et du guitariste Wah Wah Watson qui a lui aussi oeuvré avec Gaye. Ce coup de main, particulièrement bienvenue en début de carrière, contribue au rapprochement qui est souvent fait entre les deux stars de la soul. Il faut dire que le romantisme au cœur des paroles du Brooklynois a été partagé par Gaye lui-même.

C'est avec une reprise de la chanson de Kate Bush, This Woman's work, que Maxwell atteint le succès à proprement parler, lors d'une session MTV. Il arrive à rendre les mots siens malgré que la pièce ait été écrite par une femme, et à se la réapproprier complètement. Il interprète aussi lors de cette session le succès de Nine Inch Nails, Closer.

S'ensuivent deux albums pour Maxwell, Embrya en 1998 et Now en 2001. L'artiste disparaît des radars peu de temps après et ne réapparait qu'en 2009, avec son quatrième album en carrière, BLACKsummers'night. Si les suites d'une éventuelle triologie étaient annoncées (s'intitulant blackSUMMERS'night et blacksummers'NIGHT, respectivement), ces projets n'ont pas encore vu le jour, n'empêchant pas le premier volet de la série de le remettre dans les faveurs populaires de très belle façon. BLACKsummers'night comprend des mélodies solides et contagieuses telles que Fistful of Tears, où Maxwell s'amuse dans sa vidéo en noir et blanc à pasticher le visuel des grands noms de la soul. Son album paraît pratiquement au même moment que celui d'Erikah Badu, sa collègue neo soul, New Amerykah Part Two (Return of the Ankh). Ils feront donc des apparitions dans la tournée l'un de l'autre, pour le plus grand plaisir des fans de neo-soul.

« Si Martin Luther King composait des chansons, elles sonneraient vraisemblablement comme du Maxwell à son meilleur », écrivait Roland Laird du webzine musical PopMatters. Celui-ci fait référence au cœur que Maxwell met dans la composition de chacune de ses pièces, tout comme Luther King mettait tout son cœur dans ses discours et ses actions, même si les pièces de Maxwell n'ont rien de politique.

C'est donc un grand nom du neo-soul que les Montréalais auront la chance de voir le 6 juillet prochain à la Salle Wilfrid-Pelletier de la Place des Arts. Pour des rythmes envoûtants qui prennent d'assaut le corps et le cœur, c'est un rendez-vous avec Maxwell.

Maxwell au Festival de Jazz
6 juillet - 19h30
Salle Wilfrid-Pelletier - PdA