Démarrer son entreprise sans argent : 6 stratégies pour y arriver

Author:
Publish date:

» Consulter les archives de la chronique Conseils et portraits d’entrepreneurs

Boostrapping ça vous dit quelque chose? Se lancer sans aucune ressource externe (prêt bancaire ou levée de fonds auprès d’investisseurs en capital), c’est ce qu’on appelle le bootstrapping. À l’international, le monde de l’entrepreneuriat suit de près ce mode original de financement des start-up pour mieux le définir, en apprécier les vertus et les limites. Même s’il n’est pas seulement réservé aux start-up, le boostrapping  se développe aussi au sein de sociétés de plus grande taille pour développer des projets intrapreneuriaux et y insuffler une dynamique entrepreneuriale. Il est de plus à l’origine de nombreuses innovations de financement des PME.

Pour les entrepreneurs qui démarrent, cette façon de faire peut s’avérer utile, surtout quand par exemple, on ne correspond à aucun critère pour bénéficier des multiples programmes d’aides au démarrage d’entreprises. Mais parlons sérieusement. Comment fait-on pour démarrer son entreprise sans fonds? Pour utiliser certaines d’entre elles personnellement, voici quelques stratégies pour développer votre projet…sans trop vous ruiner. Oui, l’entrepreneuriat c’est prendre des risques, mais des risques contrôlés tout de même!

Avoir des collaborateurs, et non des employés

C’est certain que pour donner de la crédibilité à votre entreprise, vous aurez tendance à vouloir une équipe, des employés etc.…Mais avoir une masse salariale, en plus d’être lourd administrativement, l’est tout aussi financièrement, que moralement (vous vous engagez quand même à fournir un boulot à des personnes qui comptent sur vous pour vivre!)

Avoir des collaborateurs vs des employés est une formule plus souple, qui vous permet d’avoir un modèle de rémunération plus flexible, que ce soit basé sur des commissions, des revenus partagés ou autre modèle..)

Ainsi, la pression est moindre et vous savez que la motivation est là car tout le monde y gagnera!

Faire des échanges de services

Un peu dans le même esprit que le point précédent, l’idéal est de faire des échanges de services avec la majorité des personnes qui pourraient être utiles à votre entreprise. Cela prend au départ une bonne évaluation de vos besoins, mais également de vos compétences, pour savoir ce que vous pouvez proposer et demander en retour.

Je suis TRÈS fan de ce modèle et mon conseil est d’OSER proposer un échange de services : vous serez peut-être surpris de la réponse de votre la personne en face. Et si elle dit non, et bien, vous saurez que vous n’avez pas de temps à perdre avec elle! Le but est de faire en sorte que tout le monde soit gagnant.

Partager des ressources

J’ai vu récemment que des entrepreneurs sous-louaient leur appartement dans le but de financer leur entreprise! Ingénieux, n’est-ce pas? Disons que c’est une autre forme de coworking…chez soi! C’est ce genre de partage de ressources qui vous permet d’économiser et mieux encore, d’avoir des rentrées d’argent. Un autre exemple, est de partager une ressource humaine. N’ayez pas d’orgueil mal placé en vous disant que ces stratégies ne sont pas dignes de votre entreprise! Petit secret : même les grandes ont recours à ce type de mesures, alors pourquoi pas vous?

Solliciter sa communauté

Vous entendrez peut-être souvent parler de love money, ces fonds qui viennent de gens qui vous aiment : parents/famille, amis, conjoint, collègues…sans rien demander en retour, ou très peu.

Aujourd’hui, ce concept va plus loin grâce au crowdfunding qui nous permet de solliciter le monde entier, pour les faire tomber en amour avec notre projet, et avec nous aussi.

Je ne l’ai jamais essayé personnellement, mais j’ai vu des projets devenir des succès mondiaux, ayant bénéficié de dons de personnes à travers le monde que les porteurs de projet ne rencontreront probablement jamais dans leur vie. Et ça, c’est magique! Là c’est certain que le réseautage d’affaires prend une toute autre dimension…

Vendre des parts de votre entreprise

Un modèle qui convient beaucoup plus aux starts-up dans le domaine techno/web, mais souvent, il s’agit d’une façon ingénieuse de financer le salaire de votre développeur informatique par exemple (que vous ne pouvez payer pour l’instant), en signant une convention, promettant un certain pourcentage des actions de votre entreprise, et donc des revenus, en attendant que votre produit/service soit prêt pour la commercialisation.

Le DIY

« On n’est jamais si bien servi que par soi-même »? Même si cet adage peut nous jouer des tours (car on développe une difficulté à déléguer, on met trop d’énergie aux mauvais endroits, et quoiqu’on dise, ce n’est pas vrai qu’on peut être bon dans tout!), il n’en demeure pas moins que nous sous-estimons souvent nos propres compétences et capacités. Rédiger votre plan d’affaires vous paraît compliqué? Essayez gérer votre entreprise. Même si j’offre ce service via mon blogue, je trouve que pour certains aspects de l’entreprise, l’entrepreneur demeure la meilleure personne pour répondre à ce besoin et fournir le travail.