L’agneau du Québec n’a rien avoir avec celui de la Nouvelle-Zélande. - Bobby One - Baron Mag

L’agneau du Québec n’a rien avoir avec celui de la Nouvelle-Zélande. - Bobby One

Author:
Publish date:
Capture d’écran 2014-03-16 à 19.34.03

logo-programmeb

En collaboration avec les Francouvertes, les webzines culturels Baron Mag, Sors-tu.ca et Camuz vous présentent, à chaque lundi, un coup d’oeil sur chacun des trois participants des préliminaires pour chacune des sept semaines de la première étape.

Pour la soirée du 17 mars, Baron vous présente Bobby One, un jeune rappeur qui marche dans les traces de Koriass. Il concourra avec Coroner Paradiset Jacques Bertrand Junior.

L'entrevue de Camuz avec Coroner Paradis
- L'entrevue Sors-tu.ca avec Jacques Bertrand Junior

Maintenant, faites place à Bobby One.

Quelle est ta relation avec la nourriture? Aimes-tu faire des recettes?
Sans me considérer comme un expert, je suis quelqu’un qui est fasciné par la cuisine et aime expérimenter de nouveaux goûts et de nouvelles recettes.  J’aime cuisiner et partager de longs repas en bonne compagnie, accompagnés de bonnes bouteilles bien sûr. Je vois la nourriture et la cuisine comme un plaisir et non comme une obligation. En général, j’aime cuisiner un bon poisson, une belle pièce de viande accompagnée d’une salade avec les aliments que j’ai sous la main. Mes deux voyages au Moyen-Orient m’ont permis de remplir mon armoire de bonnes épices fraiches, outils indispensables dans ma cuisine.

Quelle est la première recette que tu as appris à faire? Peux-tu nous l’expliquer?
Je suis né dans un petit village sur la rive-sud de Montréal où les jardins étaient très répandus dans les cours arrière du voisinage.  Asperges, tomates, concombres, carottes, etc, poussaient abondamment et se partageaient entre les voisins. Donc, sans être à 100% certain de MA première recette, j’imagine que cela a dû ressembler à une tomate fraîche coupée maladroitement avec quelques bouts de basilic garrochés sur le dessus et un peu d’huile d’olive.

Quels sont les aliments dont tu ne pourrais jamais te passer et pourquoi?
Asperges, agneau, huile d’olive,  pommes. Ma mère étant allergique au bœuf, nous avions une bergerie à proximité qui nous préparait  un agneau entier ( carré, côtelettes, saucisses, etc. ). J’ai donc développé un goût pour l’agneau du Québec, qui en passant n’a rien avoir avec celui de la Nouvelle-Zélande.  Asperge,  je pourrais souper seulement avec cet aliment.  L’huile d’olive, car il n’y a pas une journée où je n’en utilise pas. Finalement la pomme, pour ses 1001 façons de l’apprêter. Je suis du genre à rapporter quatre sacs chaque automne quand je vais en cueillir d’en l’un des nombreux vergers de Mont-St-Hilaire.

Qu’aimes-tu le plus cuisiner pour ta petite famille?
Un tartare maison.  Une côte de bœuf. Un poisson que je viens de pêcher. De l’agneau bien sûr.

Quel est le pire repas que l’on t’ait servi?
En fait,  sans me souvenir d’un repas spécifique, chaque fois qu’on me sert une viande ultra cuite version semelle de botte. Je trouve dommage de voir une belle pièce de viande gaspillée de la sorte, qu’on doit manger avec un sabre et un pic à glace.

Je viens manger chez toi ce soir, que vas-tu me servir? Comment vas-tu le préparer?
Bonne question, selon l’inspiration du moment j’imagine. J’aime cuisiner des trucs simples où la qualité des produits prédomine. Où je réside à Montréal,  j’ai un magasin de fruits et légumes à proximité et de bonnes boucheries et poissonneries. Si tu viens chez moi, attends-toi à participer à la préparation.  Le soleil  qui  commence à se coucher par la grande fenêtre de la cuisine, un verre à la main,  on jase. Chacun ses tâches, ça ouvre l’appétit. On partage un bon moment.  Pour moi la cuisine c’est beaucoup ça…

*sinon vous pourriez gager un p’tit 2$ sur l’agneau ;)

www.bobbyone.ca