Cara Carmina : l’art d’être entrepreneure

Avatar:
Author:
Publish date:
Social count:
78
je t´aime

pub-sky
logo-programmeb

Illustratrice jeunesse, peintre, auteure, designer textile et photographe, Norma Andreu a habité Mexico avant de s’installer à Montréal en 2009. Elle a fondé Cara Carmina où elle expérimente avec différents médiums et des techniques variées.

Avec sa personnalité pétillante et ses nombreuses expériences à raconter, elle sera conférencière à l’événement de réseautage créatif Solstice  le 31 mai prochain. En attendant, elle a accepté de répondre à nos questions.

As-tu un médium préféré parmi ceux que tu utilises?
Oui! J’aime beaucoup travailler avec du papier et de l’encre. Ce sont deux médiums simples, mais qui offrent d’innombrables possibilités. J’aime la dualité du noir et du blanc et tout ce qu’il est possible de faire en les juxtaposant!

Qu’est-ce qui inspire ton travail?
Je trouve mon inspiration littéralement partout! J’aime regarder autour de moi, en quête d’inspiration, mais pour y parvenir, il faut regarder vraiment! Les souliers des passants sur la rue, les craquelures sur les murs, les couleurs du ciel, les fenêtres, les couleurs des fleurs, les ombres dans la rue, les couleurs particulières de l’écorce des arbres, les plis sur une feuille de papier… J’aime aussi les livres (ils sont une de mes plus grandes source d’inspiration), j’aime les mots et un texte écrit sur un morceau de papier. J’aime le design – une belle chaise, une vieille lampe —, les vêtements que porte une petite fille dans la rue, les paroles d’une chanson, les bruits qui résonnent dans la rue. J’aime aussi beaucoup la photographie et je prends beaucoup de photos parce que je veux pouvoir me souvenir de toutes ces choses qui m’inspirent sur le moment et qui partent ensuite. Je cherche de l’inspiration partout où je vais!

yo bigote 3

Tu travailles de chez toi ou d’un atelier à l’extérieur?
J’habite dans mon atelier. Autrement dit, mon atelier, c’est ma maison. Et j’adore ça!

Quelle a été l’étincelle (le moment déclencheur) pour te lancer dans les arts?
Je veux être une artiste depuis que je suis toute petite; je savais que c’était ce que je devais faire! Je dessinais beaucoup et j’ai même commencé à vendre mes illustrations à mes compagnons de classe lorsque j’avais dix ans! Cela dit, le moment déclencheur pour ma carrière comme artiste-entrepreneure sous le nom Cara Carmina a probablement été mon divorce. J’avais 25 ans et j’habitais à New York, mais je suis retournée au Mexique avec cette idée très claire : je voulais vivre de mon art, je voulais le pousser plus loin. C’était un moment à la fois effrayant et très inspirant!

Comment fais-tu pour passer de très petits projets à de très grands projets? 
J’ai été très chanceuse et la plupart des grands projets auxquels j’ai participé, comme la campagne de Ford, sont arrivés jusqu’à moi à la suite d’une série de coïncidences, ou grâce à des gens qui aimaient mon travail et à des amis sur les réseaux sociaux. Je note au passage que, pour moi, les réseaux sociaux ont été fantastiques pour faire connaître mon travail et décrocher des mandats. En ce moment, je travaille sur deux projets de livre que j’ai obtenus grâce aux médias sociaux!

Boy-reading-2

Quel est le défi le plus difficile que tu as du relever? 
De continuer à créer, tout en étant inspirée et en travaillant à être une meilleure version de moi-même (en tant qu’artiste) chaque jour. En tant qu’artiste, il faut toujours être à la recherche de façons de s’améliorer, il ne faut pas arrêter ni s’asseoir sur nos lauriers en s’imaginant avoir tout réussi. Cara Carmina est un travail solitaire et ça a été difficile, à certaines occasions, de parvenir à garder bien vivant chaque aspect de mon projet. C’est encore un défi!

Ton projet rêvé le plus fou? 
Parcourir le monde pour aller peindre sur les murs des villes les plus extraordinaires! J’aimerais beaucoup ça!

La création rime pour toi avec…? 
SATISFACTION
(La création m’apporte du bonheur au quotidien, en plus de donner un sens à ma vie comme rien d’autre ne parvient à le faire!)

SIM-P0514-LEnvol

Qu’est-ce qui t’a plu dans Solstice? Pourquoi as-tu accepté de participer?
L’idée de partager me plait beaucoup. Cela fait d’ailleurs complètement partie de ma vision avec Cara Carmina : partager, inspirer et s’entraider sont des thèmes centraux dans mon projet artistique. Lorsque j’ai reçu l’invitation pour participer à Solstice, j’étais très excitée. D’abord, c’est un honneur de penser que les filles qui organisent l’événement me voient comme quelqu’un qui a quelque chose d’intéressant à dire et à partager avec leur public. Je vois aussi dans l’événement l’occasion de surmonter ma peur de parler en public – c’est quelque chose que je fais peu souvent parce que ça me rend assez nerveuse, mais je crois qu’il faut pouvoir se pousser à vivre différentes expériences et m’éloigner de ma zone de confort est quelque chose que j’aime faire assez souvent. (Secrètement, ma troisième raison est que je sais que je vais ressortir de ma journée à Solstice en étant moi-même super inspirée!)

www.caracarmina.com