Projet HEC édition 2013 par l'École de design industriel de l’Université de Montréal

Avatar:
Author:
Publish date:
Social count:
0

Développé dans la cadre du cours Idéation, mieux connue sous le nom de ‘’projet HEC’’, cet événement fort apprécié est issu d’un atelier donné aux étudiants de deuxième année en design industriel de l’Université de Montréal. L’objectif est inégalé : les étudiants doivent concevoir, fabriquer et vendre un produit en 12 exemplaires de qualité manufacturière. De 10$ à 35$, chaque objet répond à une problématique quotidienne.

Très apprécié des étudiants, bien qu’exigeant, le projet HEC est stimulant et enrichissant pédagogiquement grâce à une équipe de tuteurs dynamiques et tous issus de la pratique professionnelle en design. Jean-François Jacques, le chargé de cours, est épaulé cette année par quatre chargés de formation pratique, soit André Keilani, Annie Legroulx, Claude Mauffette et Michel Morelli.

« Un exercice aussi demandant et réalisé en 6 semaines, fait plutôt référence à l’intuition créative qu’un processus de design rigoureux » nous dit monsieur Jacques, il enrichit en affirmant, « Les étudiants sont drôlement motivés, car ils ont une réaction immédiate du public, mais surtout, comme dans la vraie vie pour un produit, ils reçoivent de l’argent pour leur conception et c’est là, la clé de cet atelier. »

La présence de ces tuteurs issus du milieu professionnel permet aux étudiants d’être guidés tout au long de l’atelier, afin d’arriver à une idée originale à l’intérieur des délais prévus. Les idées se confrontent et s’entremêlent sans cesse lors de débats et critiques aussi animés que constructifs. Sans les contraintes d’un thème, les équipes de 3 étudiants entrent dans une phase d’idéation qui éveille tout de suite l’intérêt et la créativité. Cependant, ces dernières doivent rapidement passer à la production des objets puisque le temps alloué est court. Les étudiants apprennent à répondre à d’importantes contraintes, au niveau du temps de conception, des techniques de fabrication et des coûts de production.

La dernière phase du projet consiste à concevoir une image de marque, sans cet atout, un produit risque de mal se vendre. Au dernier sprint, tous se concentrent sur la présentation et l’emballage du produit, ainsi qu’à la conception d’un kiosque, puisque la vente prend l’allure d’une foire.

Et enfin s’ensuit le clou du spectacle, qui ne dure qu’une heure. Plus de 400 personnes attendaient avec fébrilité les coups sonnants de midi aux portes du salon L’Oréal des HEC, pour se procurer les produits tant convoités. Cette vente éclair est déterminante pour savoir si le produit est une réussite commerciale. Cette édition 2013 de la vente HEC fut encore un grand succès pour les étudiants.

Pour plus d’information : www.din.umontreal.ca

(source: v2com)