Eindhoven: se remettre d’une rupture

Avatar:
Author:
Publish date:
Social count:
5

Lorsqu’une entreprise quitte une ville ou une région, les conséquences sont d’une grande ampleur. Dans certains cas, c’est le cœur même d’une agglomération qui part ainsi. Différents plans d’aide sont ensuite demandés pour faire face à la lourde tâche qu’un tel départ engendre.  C’est le cas d’Eindhoven, aux Pays-Bas. La multinationale Philips représentait une part importante de son économie. Après un siècle passé dans la région, la compagnie a décidé de plier bagage au tournant des années 80 pour déménager sa production vers l’Asie. Aujourd’hui, Eindhoven est la ville la plus innovante au monde avec ses 22,6 brevets pour 10 000 habitants et occupe aujourd’hui une place de choix dans l’industrie du design. Un contraste marqué avec le reste du pays, qui traverse sa troisième récession depuis 2009.

Design

Quand les vieilles usines Philips se sont retrouvées abandonnées, il a fallu peu de temps pour inspirer les étudiants de l’Académie du design locale. Aujourd’hui, ces anciennes installations ont été transformées et pullulent de galeries, restaurants branchés et d’événements culturels prisés.

En plein cœur de cet ancien quartier industriel, on retrouve aussi d’importants projets immobiliers, comme Strijp R, un projet de 500 unités d’habitations écologiques qui portent en eux l’histoire de l’agglomération. Le tout repose sur un souci de préservation des vieux bâtiments, dont on récupère l’architecture. Les quelques arbres qui surplombaient le fief de Philips ont tous été récupérés par la même occasion.

Ce souci de préservation du patrimoine est également au cœur du projet USINE, un bistro français ayant ouvert ses portes dans une ancienne fabrique. Le défi fut de taille, mais sa réalisation permet aujourd’hui à ce bistro de faire concurrence aux restaurants les plus chics de Rotterdam.

Finalement, c’est en construisant un quartier complet – avec des commerces de proximité, des écoles, des logements abordables, des espaces verts et des pôles culturels – que la recette de ce succès a été répétée avec Strijp S.

Ce vent de renouveau qui souffle sur Eindhoven lui a non seulement permis de se sortir des durs lendemains de l’effondrement d’une bonne partie de son économie, mais aussi d’inverser son bilan migratoire avec Amsterdam.

Les étudiants de la prestigieuse Académie du design d’Eindhoven, qui, autrefois, déménageaient à Rotterdam ou à Amsterdam après leurs études, sont d’ailleurs de plus en plus nombreux à y rester.  Le dynamisme de la ville et les prix abordables y jouent pour beaucoup.

Le vide laissé par le départ de Philips aura généré un espace où tout est à construire. Bref, où tout est possible. Laissant place à la créativité locale, ces espaces ont carrément transformé ce carrefour industriel en pôle culturel.

HTC

Les quartiers laissés vacants abritent désormais plus d’une centaine de sociétés et emploient près de 8 000 chercheurs. Le High Tech Campus (HTC) est une initiative de Philips qui a permis à ses anciens employés d’avoir un endroit où fonder leur propre société en utilisant leurs connaissances.

Plusieurs des installations sont partagées à la manière du co-working. Au coeur de ce campus, on retrouve cette idée de plus en plus populaire d’innovation ouverte, c’est-à-dire de réunir des entreprises d’avant-garde en un même lieu afin d’arriver à de meilleurs résultats plus rapidement, en misant sur le partage d’information. Au final, c’est 60 000 emplois qui ont été créés depuis 2011.

Nouvelles technologies : s’adapter

Au-delà de l’innovation de ses créateurs, Eindhoven a aussi su se distinguer par l’emploi de méthodes avant-gardistes pour mener à bien ce renouveau.

Certains projets adoptent la méthode de crowdsourcing qui permet la prise de décision collective en matière de design. Parfois, ce sont certaines parties d’un projet existant qui sont carrément laissées à l’inspiration des participants. Par le biais de plateformes en ligne, les habitants sont en mesure de participer à l’élaboration du quartier dans lequel ils vivent en le personnalisant.

En définitive, la ville d’Eindhoven a su combler le vide laissé par Philips en transformant un carrefour industriel laissé vacant en agglomération à la fine pointe de la technologie. Les autorités ont su rassembler les forces vives de cette ville et la remettre sur pied de façon durable.  Plutôt que de remplacer une usine par une autre, les différents gouvernements ont travaillé à réutiliser ces espaces pour changer la nature d’Eindhoven. Bref, pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué? Eh bien, aujourd’hui, cette ville est la plus innovante au monde et incarne un pôle important de design allant bien au-delà des frontières des Pays-Bas.