#misspixels expose au Japon

Avatar:
Author:
Publish date:
Social count:
105

C'est dans l'illustration et le design graphique qu'Isabelle Gagné a développé son entreprise sous le nom de Misspixels. Depuis, ses illustrations se sont promenées à l'extérieur du pays. Elle a aussi créé du contenu pour des banques d'images comme Istockphoto ou Getty Image. En 2009, elle s'approprie son IPhone comme médium d'expression, c'est ce qui lui est le plus profitable et on reconnait son art à travers le monde. Même le magazine Wired mentionne sont travail et les éditions No Scratch Press souligne son travail dans un livre sur l'iphoneographie ce qui la fait voyager à travers le monde pour participer à des expositions collectives. Misspixels est devenu LA référence canadienne en art mobile, c'est pour cette raison qu'elle est maintenant au Japon. Baron lui a envoyé quelques questions par courriel pour en savoir plus sur sa présence là-bas.

Baron: Où exposes-tu exactement et pour combien de temps?

Misspixels: À la Galerie Irohani, Sakaï, Osaka. J'y suis jusqu'au 10 avril, et le 11 avril, je donnerai une conférence au Apple Store d'Osaka.

B: Comment est arrivée l'idée que tu exposes là?

M: J'ai été sélectionnée par l'organisme Passage d'Artiste, qui depuis plus de 10 ans, organise des séjours comme ça. Quand on m'a offert cette possibilité, j’ai évidemment sauté dessus. Je rêve du Japon et de vivre une expérience d'immersion via mon art, ça me semblait la totale!

B: Comment a été rendue possible cette expérience?

M: Grâce à Passage d'Artiste et aussi à l'organisme japonnais International Art Bridge. On m'offrait la possibilité d'exposer et de résider sur place. J'ai aussi reçu la bourse destinée aux artistes du CLD de Mirabel pour m'y rendre. Il s'agit de la première fois qu'International Art Bridge présente de l'art mobile!

B: Que retrouve-t-on dans ton exposition?

M: Je présente ma série « Sending data » sur laquelle je travaille depuis l'été 2012. Sending data est une exposition qui présente 38 images carrées crées et entièrement éditées avec une plateforme mobile comme principal médium. Ces images résultent d’une recherche picturale dont les premiers balbutiements ont émergé à l’été 2012. Ça a comme thématique l’envoi et la réception de données dans l’univers virtuel (Sending and receiving data). Directement reliée au projet « hashtag », l’exposition présente 27 nouveaux mots clics en 4 grandes zones de discussion. Chacune de ces zones illustre une conversation sur un média social, un échange d’informations ou un transfert de données. Il s’agit d’une exploration d’une conversation transposée visuellement.  Aux côtés de ces 4 grandes zones, on retrouve des mots clics en solos, eux aussi reliés à des images. Ces dernières illustrent une donnée lancée sur le web qui n’a pas reçu d’interactivité. Les images sont toutes au format carré. Ce format est aussi un code de communication sur le web puisqu’il a été imposé par certaines plateformes de diffusions.

 www.misspixel.com