À mi-chemin durant SXSW 2013

Avatar:
Author:
Publish date:
Social count:
4

Ça fait déjà quelques jours que le festival SXSW est entamé et la fatigue est à son comble. Malgré le soleil et les 30 degrés Celsius qui règnent sur la ville d’Austin, les festivaliers ne se découragent pas et vont à la découverte de nouveaux artistes.

Voici un retour sur ce que j’ai vu jusqu’à présent dans ce festival qui conjugue cinéma, nouvelles technologies et musique.

Planète Québec

La scène musicale québécoise est bien représentée à Austin, tout particulièrement au Swan Dive. Ce bar maculé de blanc aux allures épurées attire beaucoup de Québécois présents au festival, mais aussi quelques Américains curieux.

Hier après-midi, au showcase présenté par M pour Montréal, nous avons pu entendre Peter Peter qui, manifestement, se démenait corps et âme afin de nous faire planer sur ses chemins étoilés.

Par la suite, c’était au tour de Koriass, qui a livré un très bon spectacle en compagnie de DJ Manifest et de Bobby One. Au départ, la foule ne participait pas vraiment. J’étais la seule à claquer des mains lorsque Koriass le demandait. Puis, la foule s’est soulevée au son de la chanson St-Eustache.

Karim Ouellet a, quant à lui, offert un spectacle à la fois intime et timide, fidèle à ce qui fait son charme. Le banjo s’est fait pas mal aller dans le spectacle offert par Lisa Leblanc. Visiblement, l’Acadienne a su charmer les Texans avec sa musique aux sonorités  « trash-folk » puisqu’elle a attiré les plus grandes foules dans l’enceinte du Swan Dive Bar.

Trade Show

Durant la portion « Interactive » de SXSW, le Convention Center a accueilli des artisans-inventeurs invités à exposer leurs créations les plus loufoques et imaginatives au public pendant quatre jours. Disons qu’il s’agit d’une foire « techno-branchée » au cours de laquelle sont également présentées plusieurs conférences sur les milieux du cinéma, des technologies et de la musique.

Parmi ce qui a retenu l’attention, on retrouve sans contredit le « Project Glass » de Google, un genre de lunettes ultramodernes avec plusieurs applications intégrées, ainsi que le piano numérique « Roli Seaboard ». Cet instrument dispose d'une surface caoutchoutée permettant de plier et de tordre les touches, ce qui a pour effet de changer la sonorité de la note.

Flatstock 38

Un peu dans la même veine que le Trade Show, le Flatstock 38 est l’occasion pour les artistes graphiques de présenter leurs œuvres : des affiches de spectacle et de films. L’événement co-présenté avec le American Poster Institute (API) permet à des artisans peu connus de se faire connaître. Toutefois, ça manquait un peu d’ambiance, et le tour se faisait trop rapidement.  Les artisans semblaient, pour la plupart, désintéressés et peu enclins à parler au public.

Fader Fort 

C’est  l’un des plus gros événements organisés pendant SXSW. Il faut réserver à l’avance sur Internet pour ensuite se procurer le bracelet officiel et faire la file pour pouvoir entrer dans l’enceinte du Fader Fort. Le site ressemble à une cour de récréation pour adultes où l’on peut jouer au ping-pong, regarder des spectacles et boire de l’alcool gratuitement.

L’ex-mannequin et protégée du célèbre photographe Terry Richardson, Sky Ferreira, a offert une prestation plutôt ordinaire. Au fil des chansons, l’artiste a semblé se foutre un peu de son public et a marmonné les paroles de ses succès, sans vraiment interagir avec la foule.

Les rappeurs Schoolboy Q et Action Bronson ont su, quant à eux, animer la foule. « When I say High. You say Power » a été l’hymne de leur spectacle et le public a beaucoup aimé.

Nous ne somme présentement que jeudi. Le festival n’est pas encore terminé. La ville d’Austin est en pleine effervescence. Les rues sont bondées et bien d’autres événements sont prévus jusqu’à dimanche. À suivre!