Projet 67 : l'Expo au goût du jour

Avatar:
Author:
Publish date:
Social count:
47

Projet 67, c’est le nouveau voisin de l’Espace Go, quelques pas plus haut que le Comptoir. Situé au coin des boulevards St-Joseph et St-Laurent, il s’inscrit sur la liste grandissante des nouveautés à découvrir dans ce secteur chéri et éclectique des irréductibles du plateau, loin des restaurants convenus de l’avenue Mont-Royal.

Avec son décor épuré, mais très design signé Fabienne Lamontagne (la conjointe du chef et co-propriétaire Jean-François Vachon), Projet 67 fait un peu penser au Furco, le nouveau chouchou du quartier des spectacles. Il a cependant une petite touche plus chic, avec ses chaises rouges et son îlot de béton massif qui forme une table commune originale, un joli clin d’œil à Habitat 67. D’ailleurs, l’hommage à l’Expo 67 se décline par toutes sortes de détails dans ce restaurant.

D’abord, le menu est présenté en deux temps. Il y a le menu Inspiration, dans lequel on retrouve plusieurs plats à la carte dans une formule dégustation (comptez idéalement trois plats par personne pour un repas), puis il y a le menu Hommage, où on propose des plats inspirés d’une région qui devrait changer toutes les saisons. Actuellement, c’est La Bourgogne (France) qui est à l’honneur avec entre autres du lapin, des escargots et du cerf bourguignon. Un menu 7 services est également offert à 90 $. L’ancien chef du « M sur Masson » ose des mariages audacieux et intrigants. Et ça fonctionne. Très bien à part ça.

Le gravlax de saumon est bien entouré : crème fraîche à l’aneth, tuiles de bagel, sésame et oignons perlés marinés. Un plat parfaitement balancé. Même l’aneth qui est une herbe souvent trop goûteuse ponctue délicatement le poisson.

Lors de notre passage, une entrée de pieuvre est ajoutée à la carte. Goûtez-y sans attendre si elle vous est proposée : savoureuse et parfaitement cuite, elle est tendre et on peut presque la couper à la fourchette. Elle est servie sur un délicieux houmous de légumes de saison accompagné de roquette et de tomates cerises confites à l’olive noire. On gratte le fond de l’assiette.

Le tartare de bœuf au raifort ne pouvait pas être ordinaire. Servi avec des huîtres frites au panko et des morceaux de concombre au gin, il propose un classique réinventé. Le bœuf est coupé finement et on goûte bien la viande, parfaitement relevée.

La morue noire est pour sa part servie dans un bol, avec une gremolata de shiso, des edamame et des palourdes, avec un lait d’amandes au thé noir servi en accompagnement. On arrose le plat de cette douceur qui finit presque en soupe de fruits de mer aux saveurs discrètes, peut-être un peu trop dans ce cas-ci.

Pour les desserts, la carte propose de belles options sucrées-salées, que nous n’avons cependant pas dégustées. La prochaine fois, promis.

Le souci du détail est évident, tant dans la présentation des assiettes que dans la cuisine inventive de Vachon. Les combinaisons audacieuses s’amalgament étonnamment bien pour créer de nouvelles saveurs. C’est beau, c’est bon, et c’est rafraîchissant.

Parlant de rafraîchissement,  la facture refroidira vite les ardeurs des gastronomes. Si la nourriture est assaisonnée à la perfection, la note, elle, est un peu trop salée. C’est le gros bémol de cette expérience, jusque-là parfaite. À deux, nous avions pris quatre plats, bien que cinq ou six aurait vraiment été l’idéal. Malgré cela et le fait que nous n’ayons pris ni alcool ni dessert, la nôtre s’élevait à 90 $. Comme les portions sont modestes et ne contiennent pas de pâtes ou de riz, on reste sur notre faim.

Avec Projet 67, Jean-François Vachon fait, encore une fois, preuve d’un flair et d’une finesse indéniable, mais soyez prêts à sortir le porte-feuille.

Décor : épuré, moderne.

Prix : entre 40 et 50 dollars pour deux plats, ajoutez une dizaine de dollars pour un verre de vin

Faune : très adulte

Ambiance : chic et agréable

Musique : indie-pop et d’un volume parfait. On s’entend parler, un gros plus.
Facteur temps : ouvert jusqu’à minuit du lundi au mercredi, et jusqu’à 1h00 du jeudi au samedi.

Pssssst : Tout le mois de janvier, si vous montrez au serveur que vous avez "liké" la page facebook du restaurant, on vous offre un verre de bulles !

Bon à savoir : c’est le voisin de l’Espace Go. Réservez d’avance si vous comptez passer avant 20h les soirs de spectacle.

Projet 67

4902 boul. Saint-Laurent
Montréal, Québec,
H2T 1R5

-30-