Être un mauvais garçon à Paris

Avatar:
Author:
Publish date:
Social count:
28

Photo: Amandine Besacier

Nous sommes lundi matin. Il est 9h30 et les jeunes hommes se bousculent déjà devant la porte du coiffeur barbier. Dans le charmant quartier populaire du XIeme arrondissement de Paris trône fièrement l’enseigne des Mauvais Garçons. Un salon qui ne boude pas son goût pour la décoration raffinée et vintage. Là-dedans, ça se tutoie, ça discute de pousse de barbe et de taille de moustache sous fond de musique jazz. Et si les Mauvais Garçons étaient des gens très fréquentables ?

Baron  : Raconte-moi ton parcours, comment et pourquoi le métier de barbier?

Alexandre Jorge  : C’est avant tout une histoire de famille  : ma sœur Valérie était la première femme barbier à exercer ce métier dans la capitale parisienne. La formation à ce métier m’est apparue très vite évidente et s’est faite naturellement. Valérie a créé l’entreprise Les Mauvais Garçons en 1997, et j’ai fièrement repris l’affaire en 2004.

B.  : Quelles ont été les stratégies ou défis pour se démarquer des autres coiffeurs barbiers?

A. J.  : Les Mauvais Garçons se démarque sans doute des autres barbiers par son ambiance simple et décontractée, tout en fournissant un travail toujours impeccable et des conseils avisés.

B.  : J’imagine que tu te rends compte du regain d’intérêt pour les barbershops, comment ça se manifeste?

A. J.  : Il est tout d’abord drôle de constater que les presses écrites, télé et radio françaises ou étrangères viennent régulièrement nous voir dans le salon depuis quelques années.

Je vois de nouveaux articles qui fleurissent un peu partout chaque jour sur la barbe, la moustache, le métier de barbier...

Et puis notre métier progresse au fil des ans avec nos nouveaux clients... Les hommes découvrent ou redécouvrent que le métier en rapport avec l’entretien de la barbe existe!

B.  : Décris-moi le type de clientèle qui vient te voir?

A. J.  : Il y a de tout...de toutes les religions, de tous les milieux sociaux, de toutes les nationalités... en gros de tous les genres... Les mauvais garçons viennent de partout!

B.  : Existe t-il une «coupe» phare que l’on demande régulièrement?

A. J.  : Non... Tout dépend des goûts de chacun... et de la forme du visage surtout.. donc pas de coupe phare, plutôt des coupes personnalisées. Les hommes nous demandent souvent des conseils précis pour l’entretien de leur barbe, nous nous faisons un plaisir d’y répondre.

B.  : Quelles sont les étapes cruciales d’une séance chez un barbier?

A. J.  : Nous commençons par l’analyse de la pilosité de la barbe. Se succèdent ensuite les étapes suivantes  :

- Premier savonnage avec blaireau et savon à raser naturel afin de bien ramollir le poil.

- Premier passage de la lame dans le sens du poil.

- Second savonnage avec blaireau et savon à raser naturel.

- Second passage dans le sens inverse de la pousse du poil.

- Rinçage à l’eau tiède pour retirer l’excédent de savon.

- Cautérisation avec une pierre d’Alun qui va atténuer le feu du rasoir.

- Application d’une bonne crème hydratante naturelle type Baume Hydratant de chez Les Mauvais Garçons.

Et enfin l’étape finale de la serviette chaude sur la zone rasée!

B.  : Reçois-tu des commentaires de la part de femmes à propos de la nouvelle coupe de leur compagnon ? Les femmes viennent t-elles souvent jeter un coup d’oeil dans votre salon?

A. J.  : Il arrive que les femmes accompagnent leur homme et qu’elles aient un rôle dans le choix de la coupe. Elles manifestent leur contentement comme leur mécontentement, mais cela reste tout de même très rare. Certaines viennent observer le salon, la décoration... Il est même arrivé quelques fois qu’elles nous demandent de les coiffer!

B.  : Penses-tu que cette importance que les hommes attachent au soin de leur barbe ou de leur moustache est une manière pour eux de séduire?

A. J.  : Oui, c’est complètement le cas. La barbe est un moyen avant tout de cacher les imperfections et combler les creux du visage. L’essentiel est de donner une harmonie générale au visage et de rééquilibrer ses formes. Leur barbe ou leur moustache peuvent être un moyen de s’affirmer, et par là même, un moyen de séduire.

B.  : De quelle manière le métier a t-il changé à travers le temps?

A. J.  : Il n’a pas changé... nous effectuons toujours les mêmes gestes d’antan, avec le même rituel. Nous sommes attachés à garder ce côté artisanal. Les hommes ont peut-être changé, mais pas le métier...

B.  : Justement, trouves-tu que l’homme prend d’avantage soin de lui aujourd’hui?

A. J.  : Tout à fait. L’homme donne beaucoup plus d’importance à son apparence de nos jours. D’une part parce que les soins pour hommes se sont démocratisés, et d’autre part parce que nous vivons dans une société où l’image est très importante, et où il est nécessaire de paraître toujours impeccable!

Mais détrompez-vous, une barbe de 3 jours faussement négligée demande beaucoup de soin et d’entretien...

Les Mauvais Garçons

60 rue Oberkampf

75011 PARIS

www.lesmauvaisgarcons.fr