FME 2012: Rencontre avec Fanny Bloom

Avatar:
Author:
Publish date:
Social count:
4
dtc_fannybloom_promo3

Lorsque le groupe La Patère Rose s’est dissout l’an passé, un énorme vide s’est fait sentir dans la scène émergente locale. Un vide que Fanny Bloom, la chanteuse du défunt groupe, a su remplir avec brio à l’aide son projet solo. Son premier album, Apprentie Guerrière, sorti plus tôt cette année, a reçu de nombreux éloges de la part de la critique locale. Baron a profité du passage de Fanny Bloom au FMEAT pour discuter avec elle.

Le titre de ton nouvel album semble assez révélateur. As-tu senti le besoin de devenir plus confiante en toi après la fin de La Patère Rose ?

fanny_01

En fait, Apprentie Guerrière est un album de rupture. Pas seulement avec mon groupe, mais diverses formes de rupture. Sur cet album, j’ai dû trouver ma voix, j’ai dû avoir le courage de m’affirmer et ne pas avoir peur de me faire confiance.

Tu viens de sortir un nouveau vidéoclip assez touchant pour ta chanson Les bijoux. Peux-tu nous parler du concept ?

Au début, je trouvais plein de concepts pour de vidéoclip, mais c’était toujours trop compliqué et ça tombait à l’eau. Finalement, j’ai demandé au réalisateur du vidéo, Iouri Philippe Paillé, si nous pouvions faire de quoi avec des vieux films des vacances de noces de mes grands-parents. Il m’a indiqué qu’il savait exactement où ces films avaient été filmés et nous avons été filmés notre vidéoclip à la même place. C’est un peu un hommage à des gens vraiment spéciaux pour moi.

Tu as fait quelques collaborations en anglais récemment, entre autres avec Le Trouble et Qualité Motel. Cherches-tu une nouvelle clientèle ?

Non pas vraiment. Lorsque ces groupes m’ont demandé de collaborer avec moi, j’ai d’abord été intéressé par la qualité du projet. Si quelqu’un a un projet excitant à m’offrir, c’est sûr que j’embarque, peu importe la langue.

Comment décrirais-tu le FMEAT ?

fanny_02

Je crois que c’est vraiment un lieu de rencontre incroyable. C’est incroyable de pouvoir réunir autant d’artistes de qualité au même endroit avec un public aussi réceptif. Parce que tous les gens sont loin de chez eux, il y a un effet d’entrainement et tout le monde se donne à fond.

Finalement, quels sont les plans d’avenir pour toi ?

Préparer une belle rentrée montréalaise pour l’hiver. Je voudrais faire un gros spectacle pour clore un peu mon dernier album et me lancer dans le prochain.

Gros spectacle ? Vises-tu le Centre Bell ?
Non pas vraiment, de toute manière, je ne voudrais pas jouer là-bas. Je trouve que ça manquerait d’intimité.