Bike Polo: Règles fixes pour pignons fixes

Avatar:
Author:
Publish date:
Social count:
0

Photos: Gustav Hoiland

« Comparé à aujourd’hui, on devait ressembler à des barbares », raconte Matt Messenger, se remémorant ses premières parties de polo à vélo sur terrain dur. Les propos de celui qui est considéré comme l’un des fondateurs de ce sport illustrent à merveille les nombreuses mutations que le polo à vélo a dû subir pour passer d’un simple passe temps à un sport réglementé.

Aujourd’hui, les tournois de polo à vélo se déroulent dans un cadre très fixe, même si les parties entre amis sont souvent pratiquées avec plus de laxisme. « Deux équipes adverses s’affrontent sur leur vélo. Chaque équipe est formée de trois joueurs, explique Jesse Bourns, un joueur de Montréal. Les parties durent dix minutes ou s’arrêtent après qu’une des deux équipes ait compté cinq buts. »

« Pour commencer, chaque équipe doit se positionner au fond de son territoire, pour faire en sorte que les roues arrière des vélos touchent la bande. La balle est située au milieu du terrain. La partie commence lorsque l’arbitre crie « 3-2-1 polo », rajoute Jesse. Le but du jeu est de marquer dans le filet adverse avec notre maillet. S’il est possible de passer la balle à ses coéquipiers avec le devant et le côté du maillet, il faut utiliser le devant du maillet pour compter. »

« Un joueur doit toujours demeurer sur son vélo. Dépendamment des équipes, si un joueur perd l’équilibre et met un pied au sol, il doit soit retourner dans sa zone en passant derrière son filet ou il doit aller toucher un objet désigné avec son maillet, affirme Jesse. »

Les contacts sont permis, mais seulement à certaines conditions. « Seuls les contacts de type corps à corps, maillet sur maillet ou vélo sur vélo sont permis. Un autre type de contact serait considéré comme une faute, lance Jesse. » De plus, pour exécuter un contact corps à corps, le cycliste doit toujours avoir une main sur son guidon et tenir son maillet avec l’autre.