Bike polo: Artistes, n’oubliez pas vos casques

Avatar:
Author:
Publish date:
Social count:
3
baron-polo-matt

« Ça prend une bonne dose d’indépendance et de confiance pour jouer au polo à vélo. Il ne faut pas avoir peur de se laisser aller, même si on peut se blesser ou décevoir les autres. Ce sont les mêmes qualités que l’on retrouve souvent chez les artistes », explique Cecily Upton, une photographe qui a publié un livre de photographie entièrement dédié à la culture du polo à vélo intitulé 321Go.

En fait, la culture du polo à vélo est étroitement liée au milieu des arts. Chaque tournoi est promu à l’aide d’affiches artistiques et documenté à l’aide de capsules vidéo. Même les bicyclettes des joueurs peuvent être considérées comme des objets d’art. « Les joueurs rajoutent souvent des pièces à leur vélo pour qu’il reflète le mieux leur personnalité », stipule Matt Bowen, l’artiste qui a remporté les deux dernières compétitions internationales d’affiches de tournoi de polo à vélo.

baron-polo-art

La passion des joueurs de polo pour leur sport de prédilection expliquerait aussi la créativité des joueurs de polo, croit Bowen : « Les gens qui jouent au polo à vélo sont activement engagés à faire connaitre leur discipline. Ils utilisent tous les moyens possibles pour en faire la diffusion. C’est pour cette raison que plusieurs joueurs utilisent les nouvelles technologies qui existent, se transformant en producteur de documentaire ou en graphiste. »

Sport unique, art unique
S’il semble y avoir une constance dans l’art découlant du polo à vélo, c’est qu’il ne peut être catégorisé. « Je me garde bien de lui trouver des caractéristiques sinon celle de ne pas en avoir », explique Fabrice Houdry, commissaire de Terrain Dur, l’une des plus grandes expositions d’art à avoir eu lieu sur le polo à vélo. Pour Bowen, l’art issu du polo à vélo reflète les particularités culturelles d’où il provient : « Les affiches venant de l’Europe semblent être plus léchées et rappellent l’art déco. C’est drôle à dire, mais j’ai l’impression que les affiches provenant du Canada sont celles qui sont les plus polies, alors que celles en provenance des États-Unis ont des allures plus punks. »

www.cecilyupton.com