Modèles d'affaires - Olives et Café Noir : utiliser les sentiers battus.

Avatar:
Author:
Publish date:
Social count:
9

Tapenade maison, bonbons Haribo, sandwichs gourmets ou douceurs épicées ; dans le décor un peu terne du carrefour Beaubien / Christophe Colomb se dresse un ilot de saveurs où les habitants du quartier peuvent tantôt faire leur épicerie fine, tantôt s’arrêter pour une pause café.

Modèles d'affaires: Olives et Café Noir from Extra Caramel on Vimeo.

Olives et café noir existe depuis 5 ans, mais la seconde vie de l’épicerie-café date d’il y 9 mois à peine. Julia et son conjoint Charles voulaient commencer un commerce. Mais, à la rédaction du plan d’affaires, ils se sont très vite heurtés à l’éternel problème des prévisions financières : comment estimer ses revenus et ses dépenses avant même de connaître l’emplacement, le coût du loyer, et la nature du commerce ?

« C’est très difficile de demander un prêt sans montrer des états financiers réels, nous dit Julia. Les institutions financières ont beaucoup de difficulté à prêter de l’argent avec des états financiers prévisionnels qui demeurent assez abstraits. C’est un peu comme le problème de la poule ou de l’œuf. Les prix varient considérablement en fonction de la localisation, mais ce seront les liquidités potentielles qui aideront à déterminer le choix du lieu… »

Tout obstacle menant à une nouvelle solution, le choix du rachat d’entreprise s’est alors imposé. En effet, pour qui a un certain capital sans pour autant avoir de l’expérience en gestion de commerce, cette option est une excellente carte à jouer. Elle représente notamment un atout auprès des bailleurs de fonds – des banques en particulier – qui, on le sait, jouent un rôle souvent décisif dans les projets de démarrage d’entreprise.

Mobilier, inventaire, localisation, clientèle et surtout expertise, la passation a permis au couple de ne pas devoir démarrer à zéro et de poursuivre le développement de l’entreprise où l’ancien propriétaire l’avait laissé.

Entre les mains de Julia et de Charles, l’épicerie s’est spécialisée dans de nouveaux produits, et le côté café, délaissé par manque de temps, a pu être remis en avant. En exposant des œuvres d’artistes émergents, les nouveaux propriétaires ont aussi insufflé une vocation culturelle au café, ce qui a eu pour effet de l’ancrer davantage dans la vie de quartier.

Lorsqu’on l’interroge sur les stratégies qu’elle a mises en place, Julia insiste sur l’importance de l’essai-erreur – une réalité dans toute entreprise mais peut-être encore plus dans le domaine alimentaire. « Un commerce, c’est imprévisible. On veut prévoir au maximum mais ce n’est jamais la même chose d’un jour à l’autre, d’un mois à l’autre, d’une année à l’autre. »

À part avoir acheté trop de chocolats de Noël (qui ne s’y prendrait pas ?) le couple ne relève pas d’erreurs majeures dans leur parcours. Julia et Charles se sentent chanceux d’avoir pu bâtir leur commerce sur des bases solides grâce, entre autres, à une clientèle fidèle. Cette clientèle a quant à elle su apprécier leurs efforts pour préserver le commerce et offrir à Rosemont–La Petite-Patrie une épicerie de qualité et un lieu de tout à fait exquis.

1109 Rue Beaubien Est, Montréal
olivesetcafenoir.com