Marc-André Paradis: Collectionner les restos

Avatar:
Author:
Publish date:
Social count:
5

Il y a maintenant 10 ans, Marc-André Paradis lançait son premier restaurant «apportez votre vin», Les Infidèles. Depuis, cinq autres ont vu le jour dont quatre d’entre eux sont encore en vie. L’un de ces plus récents joujoux se nomme Les Héritiers, un cinquième restaurant de cuisine française, situé sur la rue Mont-Royal. C’est assis à une table près de la fenêtre de ce dernier que je me suis installé pour tenter de soutirer une entrevue de l’entrepreneur. Parce que, non, Marc-André n’est pas facile à interviewer. Pas qu’il soit désagréable, il est même très sympathique, seulement pas très bavard…

Habituellement, lorsque j’interviewe un entrepreneur, je n’ai qu’à poser une petite question pour qu’il commence à me raconter son historique, ce qu’il a appris, par où il est passé... Mais dans le cas de Marc-André, il répond très succinctement à mes questions.

Comment arrive-t-on à posséder cinq restaurants?
On commence par en ouvrir un. (rires)

Est-ce qu’il faut avoir suivi des cours?
Non, mais il faut savoir que c’est beaucoup d’implication et qu’il faut s’associer avec les bonnes personnes. Il faut surtout s’associer avec des cuisiniers afin de les attacher au four. C’est ça le secret, je pense. Les bonnes associations.

Comment est né le premier restaurant que tu as ouvert?
Ça faisait environ 10 ans que je travaillais dans les restaurants «apportez votre vin», alors j’étais pas mal connu comme serveur. J’ai donc eu la chance que plusieurs personnes me suivent. J’avais une bonne clientèle, à qui j’ai commencé à partager mon idée d’ouvrir un restaurant. Puis, ils étaient tous intéressés à venir voir ça. Les Infidèles a donc eu un succès instantané.

Comment se passe tout le côté promotion et publicité lorsque tu décides d’ouvrir un restaurant?
Je n’achète jamais de publicité dans les journaux. Habituellement, il s’agit du bouche-à-oreille et je laisse également des cartes d’affaires à l’entrée.

J’ai remarqué par contre qu’avec L’emporte-pièce, un autre de tes restaurants, vous utilisez beaucoup Twitter pour vous faire connaître.
Ça, c’est de la faute à Mathieu Bonneau, mon associé. C’est étonnant la réponse qu’on a eue grâce à Twitter; il fait du bon travail. C’est fou comme ça marche. Je n’ai jamais vu autant de critiques sortir sur un resto que pour L’emporte-pièce. Tout le monde en a parlé.

Le succès des restaurants de Marc-André est indéniable. Tous dans la cuisine française, ils se démarquent tous à des niveaux différents. L’un est plus classique, l’autre plus bistro, certains plus innovateurs, mais tous jouissent d’une très bonne réputation.

«Je viens de confirmer hier avec un autre associé concernant un nouveau restaurant qui va ouvrir très bientôt» me lance-t-il juste avant de partir.

www.monsieurb.ca
www.othym.com
www.lesinfideles.ca
www.lesheritiers.com
www.lemportepiece.com