Faire partie de la marge: CISM 89,3 fm à 20 ans.

Avatar:
Author:
Publish date:
Social count:
0

L’initiative des étudiants de l’Université de Montréal a permis de former des animateurs dans le domaine journalistique et de servir de tribune pour les nouveaux groupes de musique. Bon nombre de musiciens québécois qui connaissent maintenant un succès, ont eu leur première diffusion en ondes grâce à CISM.

À l’intérieur des pages de cette édition de Baron, nous allons laisser la parole à ceux qui ont traversé la fréquence la plus à gauche de la bande FM, soit en y collaborant ou en ayant profité de la visibilité qu’elle leur offrait en tant qu’artistes.

Souvenir

C’est en 1997 que j’ai découvert une station de radio qui rejoignait mes goûts musicaux pour la première fois. Mon groupe de musique venait d’enregistrer une démo cassette et j’avais entendu parler de cette émission qui s’appelait Punk pas les nerfs, qui s'avérait alors la seule possibilité pour nous, de pouvoir jouer à la radio. Jeune ado de la région de Sorel-Tracy, les ondes de CISM 89,3FM ne se rendaient qu’avec beaucoup d’interférence. C’est donc dans les partys au pit de sable, avec la radio des voitures dans le tapis, le coffre-arrière grand ouvert, que nous avions la meilleure réception. Cette station de radio était unique pour mes besoins de découvertes et de propagande. Chaque fois que je syntonisais le 89,3, je découvrais un nouvel artiste et c’est encore le cas aujourd’hui.

Open publication - Free publishing - More cism