Le journalisme économique: Entrevue avec Cliff Feigenbaum du Journal Green Money

Avatar:
Author:
Publish date:
Social count:
0

L’importance de comprendre et d’être informé sur l’économie, mondiale ou locale, est essentielle dans la compréhension des choix politiques et sociaux que nous vivons quotidiennement. À petite échelle, c’est le pouvoir d’achat : payer 0.99 $ pour un paquet de pâtes de 700 gr. et non 900gr., a des conséquences sur le pourcentage qu’on doit débourser pour manger et la liquidité que nous avons pour vivre. À grande échelle, la différence de prix engendre spéculation, famine, guerre et autres répercussions. Tout ceci, dans son ensemble, peut être compris en lisant nos quotidiens généralistes et spécialisés en économie. Le besoin de se garder informé dans tous les secteurs économiques est depuis le début du capitalisme marchand un besoin capital pour savoir où investir. C’est pourquoi les médias économiques ont continué à prospérer malgré la chute de l’industrie du média. Mauvaise ou bonne journée, il y a un besoin de savoir ce qui se passe dans l’économie à la minute près. Derrière ces médias (Bloomberg, FT, The Economist Group, Les Affaires, Wall Street Journal et autres), il y a les journalistes qui analysent, décortiquent et recherchent toutes ces données pour nous livrer l’essentiel. Nous discutons avec des journalistes, éditeurs et professeurs en Chine, au Canada, en Europe et aux États-Unis sur l’éthique du journalisme économique et la question essentielle, qu’est-ce qu’un bon journaliste économique (ou d’affaires)? [Leonardo Calcagno]

Cliff Feigenbaum est le fondateur et éditeur du Journal Green Money et greenmoney.com, un magazine basé à Santa-Fe, qui traite de l'investissement socialement et écologiquement responsable, depuis 1992.

En quoi consiste la couverture économique de Green Money?
Notre objectif est d'aider nos lecteurs à prendre des décisions financières en les aidant à aligner leurs valeurs avec leur argent et leurs habitudes de consommation. Nous couvrons des sujets allant des producteurs locaux, des aliments biologiques, de l'énergie verte à l'environnement, tout en passant par la gouvernance dans les entreprises.

Pour vous, qu'est-ce qu'un bon journaliste économique?
Celui qui peut voir de nombreux points de vue et qui peut les décomposer avec des articles accessibles. Il est important de garder son éthique en place. Par exemple, il vaut mieux ne pas faire d’histoire positive sur les sociétés de tabac ou la fabrication d'armes si l’on pense que ce sont de terribles entreprises.

Avez-vous des conseils à donner concernant l'utilisation des médias sociaux comme outils de travail?
Parmi les centaines de courriels que je reçois à chaque jour, seulement 10% méritent mon attention et je me limite donc à ceux-ci. Dans un autre ordre d’idées, Twitter est un lot d'opinions et il faut donc être prudent de ne pas présumer qu'il s’agit de faits. Facebook est bon pour évaluer les tendances d'informations. Les tendances sont très importantes pour nous faire une idée de ce qui se passe dans le monde.

Vos prévisions 2011?
La situation politique mondiale aura un effet direct dans nos vies. Par exemple, le prix de l'énergie qui grimpe nous rappelle la nécessité de développer de plus grandes sources d'énergie renouvelable.

greenmoneyjournal.com