Katie Eary

Avatar:
Author:
Publish date:
Social count:
0
katieeary

Tout juste diplomée du Royal College of Art, la carrière de la jeune designer anglaise Katie Eary connaît une assension fulgurante. En un temps records, les plus grands magazines et icônes de mode (Le British Vogue, une certaine Lady Gaga et les autres) l'encensent et s'arrachent ses créations.

Katie Eary 6

Quand Katie Eary a-t-elle commencé à faire des vêtements?
Depuis toujours je crois… Je me rappelle que j’avais cinq ans la toute première fois. J’ai fait mon premier chapeau à cet âge avec du papier carton à l’école. Je me souviens qu’un professeur était sous le choc, et m’avait demandé si c’était vraiment moi qui l’avais fabriqué!

As-tu toujours voulu être designer?
Non pas du tout! Je crois être une artiste avant tout, et le tissu s’est tout simplement avéré être mon medium.

Qui sont les designers qui t’ont inspiré le plus durant ta carrière?
Riccardo Tisci et Hedi Slimane : Pour leur parfaite compréhension de la jeunesse.

Comment trouves-tu ton inspiration pour tes collections, par exemple ta dernière collection?
L’inspiration peut vraiment venir de tout endroit, à n’importe quel moment. Par exemple, elle peut surgir lors d’une conversation qui mènera à une idée ou à un sujet captivant. Pour la dernière collection (construite notamment autour d’imprimés canins), l’inspiration est surgie d’une conversation avec un gangster, qui pour subvenir à ses besoins, organisait des combats de chiens(!).

Quels sont les matériaux avec lesquels tu préfères travailler pour tes créations?
Tout ce qui est, ou peut éventuellement être imprimé. Mais je vais vraiment tout utiliser, bien que j’aie un faible pour les couleurs et toute matière brillante.

Crois-tu que Londres t’a influencé en tant que designer?
Absolument, il n’y a pas d’autre endroit comme Londres! Mon studio est situé juste à côté d’un « pawn shop » dans une partie vraiment pauvre et dure de la ville. J’adore l’idée créer dans mon atelier, avec tout près de moi ce côté très brut, très terre à terre du quartier.

Katie Eary 3

À quoi ressemble une journée typique pour Katie Eary?
7 am : Du thé avec un toast.
8 am : Je quitte pour me rendre à mon studio.
9 am : J’arrive à mon studio avec mon équipe, et on travaille à la sueur de notre front.
9 pm : Je reviens à l’appart, je mange, je dors. (et je répète le lendemain!)

Quel partie du processus créatif en mode est-ce que tu préfères?
Les trois dernières semaines avant un défilé, quand il m’est tout simplement impossible de dormir, lorsque des idées impossibles et fantastiques viennent en tête et prennent forme, et qu’il FAUT livrer!

Est-ce qu’il t’était difficile de partir ta propre entreprise?
Non…Mais j’espère que ça ne paraît pas arrogant! Il n’est jamais facile de survivre, il y a très peu d’argent…Mais j’ai toujours senti que ce chemin était presque choisi pour moi …J’y ai mis un effort incroyable, et j’ai toujours cru qu’on recevait d’une façon ou d’une autre, les résultats de nos efforts.

Quand tu as mis sur pied ta propre entreprise, t’était-il difficile de gérer à la fois le côté créatif et administratif de ta ligne de vêtements?
Oui, et c’est encore la chose qui m’est la plus difficile! À chaque jour, j’ai l’impression d’être sur la corde raide, mais j’imagine qu’il est difficile de faire autrement en création… Il faut s’investir complètement, et essayer de garder une sorte d’équilibre!

Est-ce que les designers reçoivent un support financier de la part des gouvernements ou d’organisations à Londres lorsqu’ils souhaitent se partir en affaire?
Oui, il y a certains programmes à Londres qui existent. Il n’est pas facile de recevoir l’aide financière nécessaire, mais, je considère avoir été très chanceuse à ce jour!

L’industrie de la mode est reconnue pour être particulièrement hostile. Comment selon-toi les créateurs qui ont mis sur pied leur propre entreprise font pour survivre financièrement à Londres?

C’est une question difficile. Je crois que chaque designer a un destin et un futur qui lui est imprévisible. Mais ce que je sais, c’est que je me suis rendu ici avec mes trippes.  Et, qui sait ce que l’avenir nous réserve?

katieeary.co.uk