Sébastien Langlois: Amener l’imaginaire dans la réalité.

Avatar:
Author:
Publish date:
Social count:
0

Tiré tout droit de l’imaginaire divagué à la Tim Burton, Sébastien Langlois recrée ses esquisses à la lettre. « La coquette » est tirée d’une série de meubles de chambre offerts par l’artiste, en partant de la table de nuit à la bonnetière.

Qu’est-ce qui est le plus dur lorsque tu te lances en ébénisterie à ton compte, mis à part de te faire connaître?
Pour se lancer en ébénisterie, il faut acquérir beaucoup d’équipement (assez dispendieux), ainsi qu’un local pour travailler, car on ne peut pas pratiquer l’ébénisterie n’importe où. Il faut donc investir beaucoup d’argent au départ dans l’outillage et celui-ci est toujours “à améliorer” ! Il est donc difficile de générer beaucoup de profits...Vendre mon produit est très difficile. Je suis un créateur avant tout... Je suis ébéniste car j’ai du talent en ébénisterie, le travail manuel est facile pour moi, tandis que le marketing et la vente sont des métiers qui ne sont pas venus à moi naturellement.

Quels conseils donnerais-tu à quelqu’un qui veut se lancer en affaires à son compte dans le même domaine?
Il faut être passionné, créatif, polyvalent et y mettre beaucoup de temps. Pour ma part, j’ai besoin d’y aller à mon rythme, j’essaie de m’amuser à travers ce travail !

artiste-ebeniste.com