Jackalop: Retour vers le futur

Avatar:
Author:
Publish date:
Social count:
0

La jeune entreprise Jackalop stylise des vêtements aux couleurs vintages, modernes et conçus pour les températures québecoises.

« Ami fidèle de la licorne, le jackalop est l'étrange rejeton d'une alliance douteuse entre l'antilope et le lièvre. En 2005, cette curieuse bête a vu son nom être dérobé par un projet qui centre ses activités sur la création vestimentaire, sans toutefois s'y limiter. Par l'utilisation quasi exclusive de ressources québécoises, Jackalop s'inscrit parmi les marques dont la mondialisation n'a pas corrompu l'éthique. Jackalop se consacre à rendre l'ensemble de son projet investigateur du mouvement Slow Art et d'appliquer celui-ci dans l'industrie, fort empressée, du vêtement.» Sophie Berthiaume, Designer de Jackalop.

Jackalop?

Au tout départ, le projet était basé sur la création et confection de complets pour la planche à neige, principalement des onepieces. L'intérêt était d'offrir une option nouvelle sur le marché québécois, soit un habit de snowboard unique, issu de la fabrication locale. L'approvisionnement en textile et les délais de production étant importants, Jackalop a dû élargir sa gamme de produits en y incorporant des tee-shirts, cotons ouatés à capuche et manteaux de ville.

Comme le graphisme à une place importante pour nous, on a commencé à imprimer nous-mêmes, sous forme de logo ou motif, nos illustrations. Le but étant d'offrir un produit avec un rendu professionnel tout en fabriquant chaque pièce une à une, de façon artisanale.

Parlez-nous de votre nouvelle collection?

Bien que plusieurs semblent s'amuser avec le style 1980, nous, on l'aime pour vrai. Comme l'amour pour mon k-way rouge de 1986 ne m'a jamais quitté, j'ai décidé de lui rendre hommage, en créant une ligne de coupe-vent pull-over 3 tons. Nous prenons particulièrement plaisir à jouer avec les couleurs, surtout pour le printemps, alors la découverte d'une étoffe corail fluo nous a enchantés.

Un second hommage, cette fois à la chemise de laine typiquement canadienne, nous a amenés à produire des polars à carreaux dont les épaules et la capuche sont couvertes de toile, pour protéger de la pluie.

Inspirés des arts graphiques et technologiques, les imprimés de notre collection de « Formes » ont été réalisés par Marie-Pierre Hawey, une graphiste de Québec. Encore une fois, je ne peux pas nier l'influence marquée des années 80.

Pour le reste, c'est pour le simple plaisir de jouer avec les couleurs, comme le coton ouaté Jason et les Harlequins, noms empruntés aux anciennes Volks multicolores.

Votre stratégie marketing?
Chez Jackalop, il n'y a jamais vraiment eu de stratégies marketing, peut-être à part le fait de ne pas en avoir, mais encore là, ça reste discutable à savoir si c'est, ou pas, une stratégie. Nous n'avons jamais fait de publicité en bonne et due forme, mis à part pour les événements auxquels on participe. Le bouche-à-oreille reste sans doute ce qui a le plus d'impact dans la commercialisation de nos créations.

Quelles sont les difficultés de mise en marché au Québec, au Canada et à l'international pour une marque comme Jackalop?
Un problème majeur que rencontre une petite entreprise, c'est certainement la marge que le made in China creuse entre la production en série et les trucs artisanaux. Ici, il est si facile de se procurer un vêtement pour une bouchée de pain que c'est moins tentant de débourser plus, même en sachant que le produit est unique et local. La mondialisation est vraiment un désastre dans l'industrie du textile et de la production vestimentaire au Canada. L'approvisionnement en matériaux locaux est très ardu et la majorité des manufactures ont dû fermer. Il en résulte des coûts de production très élevés pour une petite entreprise qui s'entête à fabriquer ici.

Nous ne vendons pas encore à l'étranger, mais nous avons une opportunité d'ouvrir sur le marché japonais. Là-bas, ils recherchent la qualité et c'est quelque chose que l'on croit être capable d'offrir. Reste à voir si nos tarifs et modèles pourront concurrencer le marché, mais c'est un projet qui nous inspire fort bien!

Projets à venir pour Jackalop?
Adapter le mouvement « Slow » (comme dans Slow Food) aux arts, aux affaires et à la mode, figure parmi nos plans d'avenir. Basé sur un mode de vie plus lent, mais plus introspectif, donc plus créatif et inspiré, le mouvement Slow vise contrebalancer l'excès d'agitation et de stress du monde actuel. Aussi, Jackalop veut devenir une entreprise « verte » en prenant des mesures concrètes pour réduire son empreinte.

Dès l'automne 2010, une collection de vêtements pour enfants, ainsi qu'une collection vintage de secondes mains risquent fort bien de prendre place, auprès de nos habits de ville et de notre planche à neige.

jackalop.com